Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (5 / 32)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Satyricon, Cobalt, Abbath
- Membre : I, Hypocrisy, Aura Noir
- Style + Membre : Demonaz

IMMORTAL - At The Heart Of Winter (1999)
Par MEFISTO le 26 Avril 2014          Consultée 4936 fois

La courte période 1999-2002 aura été l'opportunité pour la planète de se rendre compte de deux choses : que le bogue de l'an 2000 était une des pires attrapes de l'histoire et… que rien ne freinerait désormais plus IMMORTAL.

Oui, c'est la veille de l'an 2000 et il est temps pour Abbath, à la croisée des chemins, de regarder vers l'avenir. Il retourne donc à la table à dessin et concocte une mixture composée de ses anciens méfaits engraissés notamment au Thrash/Death à la MORBID ANGEL et d'une production beaucoup plus claire et moderne. Ajoutez à cela une touche Heavy prédominante, trahissant les racines des membres du groupe influencés par les précurseurs de VENOM ou JUDAS PRIEST. Le résultat est à des lunes de ce que "Blizzard Beasts" offrait, même si la vélocité des riffs et l'ambiance frigorifique demeurent.

Pour vous « éclairer » davantage, disons que "At The Heart Of Winter" fait passer IMMORTAL sous le soleil en le sortant définitivement de l'igloo dans lequel il commençait à vivoter. Le disque est juste énorme, sonne comme un troupeau de mammouths dévalant une pente et envoie la sauce d'inspirante façon. Il en émane une telle clarté incisive qu'il n'est pas étonnant que les fans aient depuis propagé qu'IMMORTAL a inventé le Black Metal « polaire » sec comme un bloc de glace et dense comme un iceberg. Et ça ne doit pas être faux, car on ne compte plus le nombre de groupes ayant tenté de recréer ce climat cryogénique et cette technique de cordes acérées et grasses qui prévaut sur cette livraison.

"At The Heart Of Winter" étant considéré parmi les dix meilleurs albums de Black de tous les temps selon bien des magazines et zines du monde-entier-au-delà-de-la-voie-lactée-et-de-l'univers-entier, tout le monde y va de son analyse encyclopédique. Les uns prétendent qu'IMMORTAL a inventé le froid en Metal, d'autres, comme notre Canard adoré, prétend qu'Abbath s'est inspiré de JUDAS pour quelques intros et riffs. Et vous savez quoi ? Toutes ces hypothèses et rumeurs sont fondées si vous y croyez, car IMMORTAL jongle ici avec notre imaginaire et nos émotions, alors soit, alléguez, argumentez. C'est beau de lire tout ça, ça aidera cet album déjà légendaire à passer à la postérité.

Quand on écoute bien la musique d'IMMORTAL, on comprend pourquoi le groupe est considéré comme une référence. Sur "At The Heart Of Winter", c'est flagrant : riffs et mélodies catchy, structures simples malgré la longueur de certains morceaux (souvent étirés par des intros vaporeuses ou des bridges atmos et glaciaux), voix unique du chanteur et leader incontesté Abbath… Les stades sont remplis par des groupes qui allient efficacité, gros son et simplicité. L'histoire nous l'a démontré. Et même si IMMORTAL n'a pas attiré autant de spectateurs physiquement qu'un METALLICA, le stade intérieur de millions de fans à genoux devant son talent ne cesse de craquer depuis 1999, année où les Norvégiens ont réussi à rallier toutes les chapelles.

Dès qu'on a analysé l'aura et la substance de ce monstre sacré, de ce yéti-panda possédé, on s'attaque aux rejetons. Ils sont six et merde qu'ils ont envie de nous en foutre plein la gueule. Le leader de la petite famille pour moi demeure "Where Dark And Light Don't Differ", avec son riff absolument génial, un de mes préférés à vie. La thrashisante "Withstand The Fall Of Time" et son riff valeureux (un des plus marquants chez IMMORTAL) ne donne pas sa place non plus, tout comme la pièce-titre et son intro merveilleuse et la géniale clôture "Years Of Silent Sorrow". Chaque bloc de ce monument passe le test haut-la-main, que ce soit en raison de l'ambiance frigorifique ou du jeu mythique d'Abbath. Tous ces éléments réunis sont du stock à chérir.

Mais, même après toutes ces années, je suis incapable de clamer que "At The Heart Of Winter" est parfait. Et je n'ai pas d'autres arguments que ma subjectivité. J'ai un peu de difficulté avec "Tragedies Blows At Horizon", longue un peu et pas très charmante comparée au reste, et j'ai quelques réserves aussi sur "At The Heart Of Winter", qui, dans le genre, sera surclassée en 2002 par le mastodonte "Antarctica". Tout ça, c'est un feeling, mais c'est une certitude. Et cette incertitude sur sa perfection est aussi culte chez moi que cet album chez d'autres. Là s'arrêtent les maigres remontrances, on touche presqu'au sommet.

Avec le recul, c'était tout un risque quand même de choisir IMMORTAL comme nom de groupe. Abbath et Horgh lui ont rendu justice pour notre plus grand plaisir. Répétez maintenant ce scénario pour "At The Heart Of Winter", qui enfonce le clou avec six morceaux évoquant exactement ce qu'Abbath désirait. ÇA, c'est avoir des couilles. C'est accomplir son destin au bon moment.

Mais pour ne pas me fourvoyer dans mon analyse du groupe, je ne colle pas la note parfaite à ce joyau, car trois ans plus tard, IMMORTAL sortira son chef-d'œuvre incontesté chez Nuclear Blast. Mais ça, c'est moi.

Note : 4,5/5 arrondi à 5 pour toutes les raisons que l'on connaît.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


DØDHEIMSGARD
A Umbra Omega (2015)
Belle entrevue de Dark Schneider !




OBITUS
March Of The Drones (2009)
En avant marche, robot !


Marquez et partagez



Par DAVID, JULIEN, JEFF KANJI




 
   MEFISTO

 
   CANARD WC
   DAMONIL
   FENRYL
   MEGATHERION
   ONCLEGUUD
   POSITRON
   POSSOPO

 
   (8 chroniques)



- Abbath (chant, guitare, basse, clavier)
- Horgh (batterie)


1. Withstand The Fall Of Time
2. Solarfall
3. Tragedies Blows At Horizon
4. Where Dark And Light Don't Differ
5. At The Heart Of Winter
6. Years Of Silent Sorrow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod