Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Satyricon, Cobalt, Abbath
- Membre : I, Hypocrisy, Aura Noir
- Style + Membre : Demonaz

IMMORTAL - Blizzard Beasts (1997)
Par JULIEN le 26 Février 2004          Consultée 10519 fois

La fin d'une époque. Oui, ce "Blizzard Beasts" signe la fin d'une époque glorieuse pour IMMORTAL, celle de l'infernal duo Abbath (basse/batterie/vocaux)/Demonaz (guitares). C'est en effet à la suite de la parution du quatrième album studio du groupe que le guitariste légendaire des immortels manqua de perdre définitivement l'usage de l'un de ses bras, la faute à des sollicitations guitaristiques excessives. Et l'enregistrement de "Blizzard Beasts" y est certainement pour quelque chose.

"Blizzard Beasts" est un disque assez singulier dans la carrière d'IMMORTAL. En moins de trente minutes d'une furie intarissable, cette œuvre du légendaire groupe norvégien marque un virage sévère par rapport à l'extrémisme jusqu'au boutiste de "Pure Holocaust" et de "Battles In The North" : là où IMMORTAL jouait totalement la carte d'un black hyper violent et rapide, doté d'une forte capacité hypnotique, "Blizzard Beasts" s'abreuve, lui, délibérément à la source du Death tel que le pratique MORBID ANGEL.

Nous avons donc droit pendant trente minutes à un étalage foisonnant de terribles riffs bourdonnants et tendus, au bord d'une explosion à peine contrôlée, comme si une gigantesque boule d'électricité gravitait dans les airs, pulsant dans le plus pur style de l'ange morbide, mais comme projetée à travers la tourmente des sévères vents nordiques qu'IMMORTAL se plaît à invoquer toujours aussi frénétiquement (l'impressionnante introduction du disque doit d'ailleurs être lu comme un témoignage de l'allégeance d'IMMORTAL à cette nature dont il est incessamment question dans les textes de Demonaz).

Très intéressant sur le fond, "Blizzard Beasts" demeure néanmoins pour moi un disque extrêmement frustrant dans la forme : affligé d'un son irrégulier, fluctuant qualitativement d'un titre à l'autre, le disque perd de son unité et finit par ressembler à un assemblage de compositions plus expérimentales que de coutume, mais qui manquent cruellement de pêche : honnêtement, constatez l'enchaînement foireux entre l'intro, véritablement soufflante (c'est le cas de le dire), à base de vents violents jetant la voix rocailleuse et grimaçante d'Abbath dans l’œil du cyclone, et le premier titre "Blizzard Beasts", qui démarre à fond, avec un son qui perd beaucoup de volume par rapport à la tonitruante intro ! Crispant !

Plate et inconsistante, surtout au niveau de la batterie, cette production incongrue fout en l'air une musique véritablement réussie, à laquelle sa nouvelle robe de pur magma sonore brassant du frimas conférait une allure tout aussi glaciale que de coutume, la tension électrisante en plus. Si encore les morceaux s'étaient avérés mauvais, ou tout juste moyens, on n'aurait pas à s'accommoder d'un malheureux sentiment de dépit. Et c'est bien là le problème : la musique de "Blizzard Beasts" est excellente, véritablement digne de la légende qu'est IMMORTAL ! Ce disque aurait du être monumental : les guitares de Demonaz sont phénoménales et vivantes, relativement complexes, et les architectures des morceaux plus élaborées que d'accoutumée. Il n'en restera qu'un souvenir amer, et l'atypisme d'une longue et géniale composition isolée, terriblement épique au milieu de l'agression de morceaux très courts : "Mountains Of Might".

Répétons-le : "Blizzard Beasts" aurait pu, aurait du, être un album historique, certainement le plus incroyablement glacial et secouant d'IMMORTAL. Las ! Nous ne retenons comme point positif que l'arrivée d'un batteur enfin solide et régulier (le bien nommé Horgh, également marteleur des trois disques suivant) et une composition épique qui introduirait le deuxième tome (en trois chapitres) de la carrière d'IMMORTAL, une fois la page tournée. Demonaz aurait mérité une fin plus digne. Quel gâchis !

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


SATYRICON
The Forest Is My Throne (1993)
Black metal




CHILDREN OF BODOM
Are You Dead Yet ? (2005)
évolution dans la continuité pour ce très bon crû

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   JULIEN

 
   BIONIC2802
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Abbath (chant, basse)
- Demonaz (guitare)
- Horgh (batterie)


1. Intro
2. Blizzard Beasts
3. Nebular Ravens Winter
4. Suns That Sank Below
5. Battlefields
6. Mountains Of Might
7. Noctambulant
8. Winter Of The Ages
9. Frostdemonstorm



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod