Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Ape, The German Panzer
- Style + Membre : Accept
 

 Site Officiel (791)
 Myspace (204)

UDO - Timebomb (1991)
Par FREDOUILLE le 14 Décembre 2006          Consultée 4778 fois

4ème album et dernier album d'UDO première période.
Effectivement, "Solid", cinquième album du groupe ne sortira que 6 ans plus tard en 1997. "Timebomb" sort donc en 1991 et cette fois le groupe au line-up identique à celui figurant sur "Faceless world" n'y est pas allé de main morte. Le groupe allemand a de toute évidence décidé de passer la vitesse supérieure et d'en découdre très vite avec la concurrence de l'époque, tant il nous délivre là un album de Heavy metal en BETON ARME. En effet, jamais, je dis bien jamais, UDO n'avait jusque là sonné aussi heavy, aussi puissant, aussi rapide et jamais Udo Dirkschneider n'avait autant hurlé. Pas de temps mort ici si l'on excepte les 2 instrumentaux et le très réussi mid-tempo "Kick in the face" qui permet de donner à l'album une certaine bouffée d'oxygène. Le groupe semble en tout cas au sommet de sa forme!
Pas étonnant donc qu'à l'époque ce "Timebomb" ait été surnommé le "Painkiller" d'UDO, même s'il est loin d'en atteindre les sommets et les qualités.

Il est vrai que cet album dépote pas mal à commencer par un "Metal eater" qui déboule sans coup férir après un instrumental quelque peu quelconque "The gutter" et nous prend à la gorge comme rarement. "Metal eater" est un pur hymne en puissance et est servi par une rythmique massive. Matthias Dieth fait un énorme boulot sur ce titre et les soli sont d'une limpidité royale. L'album débute de la plus belle des façons et on espère une suite du même acabit. Malheureusement, "Thunderforce" n'est pas à la hauteur du titre précédent et on ne retiendra qu'une intro à la batterie qui évoque le GAMMA RAY époque "Insanity & Genius (K. Hansen avait dû écouter ce disque à l'époque!) et qu'un refrain légèrement rébarbatif sur lequel Udo Dirkschneider s'égosille abusivement.
Heureusement, l'album reprend de plus belle avec un court instrumental sur lequel Matthias Dieth démontre son savoir-faire. Cet instrumental laisse bientôt place à un "Burning heat" détonnant qui fleure bon le Painkiller de JUDAS PRIEST. Excellent morceau aux soli Priestiens et à la rythmique blindée de chez blindée. Malheureusement, le refrain n'est pas une grande réussite et est légèrement poussif.
"Back in pain" est un morceau un peu plus nuancé, très rock dans l'âme avec un refrain assez enlevé. J'aime beaucoup ce titre et particulièrement les soli pseudo-classiques de Matthias qui réalise là encore un boulot énorme.
"Timebomb" déboule alors avec une rythmique monstrueuse et c'est encore une fois à Painkiller (l'album) de JUDAS que l'on peut penser. Les choeurs sont ultra puissants et le refrain est martial. "Powersquad" est également un titre au tempo très rapide mais s'avère être un titre légèrement plus mélodique que la majorité des titres présents sur l'album. Un bon point là!
"Soldiers of darkness" est un peu anecdotique dans la mesure où il se situe dans la même veine que des titres comme "Metal eater" ou encore "Thunderforce". C'est puissant, c'est rapide et blindé, et une nouvelle fois Udo s'égosille comme rarement. Désolé mais à ce moment là de l'album ça commence sérieusement à me casser les oreilles.
Enfin, le mid-tempo très teuton dans l'âme "Metal maniac master mind" n'est pas une très grande réussite et le son de la batterie est atroce! Titre très dispensable!

Le surnom de "Painkiller" donné à l'époque à ce "Timebomb" ne vaut que par le son massif de cet album, que par ses rythmiques déferlantes et blindées et que par ses quelques titres qui rappellent bien entendu le JUDAS PRIEST de l'époque : "Burning heat" ou "Timebomb". Pour le reste, l'album n'est pas mauvais en soi mais ne se révèle que trop peu diversifié. Par ailleurs, Udo hurle abusivement sur tout l'album et finit tant et si bien par nous casser les oreilles. Et oui, il ne dispose pas d'un organe vocal aussi étoffé q'un Rob Halford!
Saluons tout de même l'énorme travail déployé par Matthias dieth tout au long de l'album (qui donne un plus non négligeable à l'ensemble des compositions), ainsi qu'à la section rythmique composée de 2 futurs RUNNING WILD.
Un bon album au final mais sans grand relief et sans grande variété! Le groupe n'a misé ici que sur la puissance et la rapidité! Dommage, le potentiel semble énorme.

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


MYRATH
Legacy (2016)
Plus commercial mais toujours aussi divin !

(+ 1 kro-express)



SEVEN WITCHES
Passage To The Other Side (2003)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Udo Dirkschneider (vocals)
- Matthias Dieth (all guitars)
- Thomas Smuszynski (bass)
- Stefan Schwarzmann (drums)


1. The Gutter
2. Metal Eater
3. Thunderforce
4. Overloaded
5. Burning Heat
6. Back In Pain
7. Timebomb
8. Powersquad
9. Kick In The Face
10. Soldiers Of Darkness
11. Metal Maniac Master Mind



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod