Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Ape, The German Panzer , Beast In Black
- Style + Membre : Accept
 

 Site Officiel (873)
 Myspace (288)

UDO - Steelhammer (2013)
Par FREDOUILLE le 22 Octobre 2013          Consultée 3714 fois

"Mastercutor", "Dominator", "Rev-Raptor", Celebrator"... et désormais "Steelhammer". Fin de série. Terminé les rimes. Basta. Et bien dites-moi en voilà un changement ! Et pas le seul d'ailleurs. Plus important cette fois, Igor Gianola et surtout Stefan Kaufmann (pour raison de santé) ne font plus partie du line-up et ont été remplacés au pied levé par deux petits nouveaux, pas ridicules du tout d'ailleurs sur l'album, Andrey Smirnov (guitariste russe de session pour Blaze Bailey) et Kasperi Heikkinen (AMBERIAN DAWN). Enfin, même l'artwork a changé de ton. Le vert vif des deux précédentes galettes ("Rev-Raptor" et la compilation "Celebrator") laisse la place ici à des teintes orangées avec un énorme poing levé, mécanique et clouté, presque en fusion lequel ne laisse planer aucun doute quant à la musique proposée sur "Steelhammer".

Car bien sur quand on s'apprête à écouter un nouvel album d'UDO on sait à peu près à quoi s'attendre. Il y a rarement tromperie sur la marchandise. Nous avons droit à notre dose habituelle de Heavy Metal traditionnel, burné et carré. Inspiré ou pas... Et comme il en propose quasiment depuis toujours. Insensible aux modes, imperméable à tout compromis, l'intégrisme musical par excellence quoi ! J'exagère un peu, je le reconnais mais avouez quand même qu'on est rarement déboussolé par un disque d'UDO. En tout cas, c'est pas avec "Steelhammer" que cela va commencer.
Car ce nouveau disque n'apporte de ce point de vue là et globalement aucun changement, aucune évolution du coté musique et compositions. Ou si peu. Mais est-ce réellement une surprise ? Non, absolument pas. Nous avons comme d'habitude, les sempiternels morceaux Heavy Metal couillus, rapides ou pas, avec des gros riffs qui tâchent, bien consistants, et des gros chorus débonnaires ("Steelhammer", "Death Ride", le mid tempo "A Cry For A Nation", "Take My Medicine" ou encore "Metal Machine" très ACCEPT dans l'esprit). Bref, bien dans la tradition du Heavy Metal allemand, bien dans la tradition du groupe.

Si UDO a beau être une institution en Allemagne en matière de Heavy Metal, ce n'est pas forcément et toujours un gage de qualité comme ont déjà pu nous le montrer par le passé certains de ses albums. Je pense par exemple à "Dominator", le dernier album en date assez moyen du groupe lequel m'en avait touché une sans faire bouger l'autre. "Mastercutor" était bien meilleur à titre de comparaison car beaucoup plus homogène et inspiré. Eh bien on va dire que "Steelhammer" se situe juste dans la moyenne. Entre les deux. Je ne peux malheureusement pas comparer avec "Rev-Raptor", n'ayant pas encore écouté le disque. Mais cela ne saurait tarder vu ce que j'en ai entendu ("Rev-Raptor", "Leatherhead", "I Give As Good As I Get", morceaux plutôt bons dans l'ensemble) sur le très bon "Live In Sofia" sorti également en 2013.

"Steelhammer" n'en demeure pas moins un album convenable et honnête malgré un début d'album un peu pataud et poussif je trouve avec quelques morceaux moyennement inspirés ("Steelhammer", "A Cry For A nation", "Metal Machine"), et quelques fautes de goût comme cette surprenante (novatrice ?) pseudo-ballade mélancolique (un peu plus de deux minutes), "Heavy Rain" et ses quelques violons laquelle ne sied décidément pas avec l'identité du groupe. C'est un peu maigre pour parler d'innovation me direz-vous. Heureusement, le groupe nous délivre un "Basta Ya" de qualité, carrément énergique et bourré de fraîcheur qui plus est chanté en espagnol s'il vous plait. Une vraie réussite. Dans le genre réussi, on retiendra également "Death Ride" lequel défouraille comme il faut (morceau le plus speed de l'album), l'efficacité d'un "Timekeeper" doté de très bons soli, les touches modernes de "Devil's Bite (samples à l'appui), le coté Rock d'un "Take My Medicine" ou encore la mélodicité et la légèreté de "Never Cross My Way" sur lequel Udo (encore très en voix décidément) montre qu'il ne fait pas qu'"hurler", bien au contraire. Son chant sait aussi se faire léger et mélodique quand il le faut. Respect.

Vous l'aurez donc compris, ce "Steelhammer" reste un album quand même bien plaisant et solide au final, un peu long tout de même (15 titres avec la bonus track), non exempt de remplissage, avec une seconde partie un peu plus inspirée mais où bien évidemment l'originalité n'est absolument pas la priorité du groupe vous l'aurez aisément deviné. Le combo allemand se contentant comme d'habitude de redistribuer les mêmes cartes pour un jeu un chouia différent. Un jeu tout de même bien fourni et de meilleure qualité que celui de "Dominator". Ce n'est déjà pas si mal.


Morceaux préférés : "Basta Ya", "Timekeeper", "Death Ride".
La curiosité de l'album : "Book Of Faith" et sa fin très...symphonique.

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


TAD MOROSE
Undead (2000)
Heavy metal suèdois racé et classieux! la claque!




TAD MOROSE
Modus Vivendi (2003)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
   DARK SCHNEIDER
   GEGERS

 
   (3 chroniques)



- Udo Dirkschneider (chant)
- Andrey Smirnov (guitare)
- Kasperi Heikkinen (guitare)
- Fitty Wienhold (basse)
- Franscesco Jovino (batterie)


1. Steelhammer
2. A Cry Of A Nation
3. Metal Machine
4. Basta Ya
5. Heavy Rain
6. Devil's Bite
7. Death Ride
8. King Of Mean
9. Timekeeper
10. Never Cross My Way
11. Take My Medicine
12. Shadows Come Alive (bonus)
13. Stay True
14. When Love Becomes A Lie
15. Book Of Faith



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod