Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Ape, The German Panzer
- Style + Membre : Accept
 

 Site Officiel (803)
 Myspace (212)

UDO - Faceless World (1990)
Par DARK SCHNEIDER le 7 Décembre 2006          Consultée 6562 fois

Entamer une carrière solo après avoir quitté un grand groupe de renommée internationale n’est jamais une chose facile. Certains ont su exceller grâce à leur capacité à s’entourer des bonnes personnes (Ozzy Osbourne), d’autres ont du ramer (Bruce Dickinson). Reste qu’une des questions primordiales au musicien qui a des velléités d’indépendance, c’est de savoir si il quitte son groupe pour pouvoir s’exprimer différemment, ou au contraire si il souhaite faire perdurer l’héritage de son ancien groupe. Avec Udo Dirkschneider, ex-chanteur d’ACCEPT, les choses sont claires : Udo ne sait faire que du Heavy Metal et il en a parfaitement conscience. Ses fans veulent du ACCEPT, il ne va pas les décevoir.

"Animal House", premier album d’UDO, mais entièrement composé par les membres d’ACCEPT, était plutôt de facture honnête mais pas vraiment transcendant. Il était évident que les musiciens d’ACCEPT étaient en perte d’inspiration, "Animal House" est assez loin d’égaler un "Russian Roulette". Mais notre Donald Duck préféré est bien décidé à persévérer et un an après il sort "Mean Machine", qui fut cette fois-ci un véritable album solo, ce dernier est d’un niveau supérieur allant même jusqu’à allègrement piétiner les plates-bandes d’un "Balls To The Wall". Si ACCEPT semblait bien moribond, UDO était en pleine forme. C’est alors qu'ACCEPT décide enfin de donner un successeur à "Russian Roulette" : ce fut "Eat The Heat", en 1989, un album fortement teinté de Hard US. Un disque intrinsèquement bon mais qui dénotait sérieusement dans la carrière du groupe. Les fans auront bien du mal à accepter (ACCEPT ? bon ok je sors) ce revirement nettement plus commercial. Finalement, pourquoi évoquer l’opus d’ACCEPT dans cette chronique ? Tout simplement parce que la troisième galette d’UDO qui nous intéresse ici, "Faceless World", sortie en 1990, est sans aucun doute le fruit de la mûre réflexion d’un Dirkschneider ayant écouté le dernier album de son ancien groupe. En décodé, "Faceless World" est un album nettement plus mélodique que ses prédécesseurs, certains le qualifièrent même de commercial, affirmation exagérée mais qui donne tout de même une idée de son contenu.

N’y allons pas par quatre chemins : nous avons ici le meilleur album d’UDO. Si vous ne devez en posséder qu’un seul choisissez celui-là. "Faceless World" est le digne successeur de "Russian Roulette", il s’inscrit dans la même lignée entamée par "Metal Heart". Nous avons donc affaire ici à un Heavy Metal très carré, doté de refrains catchy et mélodiques. L’album commence très très fort avec "Heart Of Gold" : un tube. Les claviers, pourtant assez discrets, sautent aux oreilles tant on n'y était pas habitué avec UDO, mais rien à voir avec le choc qu'ont pu ressentir les fans d'ACCEPT avec "Eat The Heat". Sur le couplet, Udo alterne entre sa voix très posée et sa voix façon porc égorgé, mais bien évidemment sur le refrain c’est sa voix rocailleuse qui nous agresse les oreilles comme il convient. Impossible de ne pas évoquer la virtuosité du guitariste Matthias Dieth (ex-SINNER) : UDO a trouvé là un remplaçant parfait à Wolf Hoffman, il ne l’égale sans doute pas mais il parvient à nous le faire pratiquement oublier ce qui n’est pas un mince exploit ! Il est également important de préciser qu’une bonne partie des morceaux a été co-composé par Stefan Kaufmann, ex-batteur d’ACCEPT et producteur de cet album. C'est à croire que le batteur a compris que Udo était capable de produire un travail plus intéressant que les sieurs Hoffman et Baltes.

Dans la même lignée que "Heart Of Gold", des morceaux comme "Blitz Of Lightning", "Stranger" ou "Trip To Nowhere" font leur petit effet. Riffs accrocheurs et surtout refrains mélodiques et entêtants, ainsi que les chœurs teutons de rigueur font de ces morceaux des titres imparables. UDO n’en oublie pas d’être parfois purement Heavy, comme sur le vindicatif "System Of Life" dont le riff agressif évoque celui de "Aiming High". Le title track "Faceless World", qui dépasse quand même les 6 minutes, est sans aucun doute l’un des meilleurs morceaux de l’album et restera comme l’un des sommets de la carrière d’UDO. Ce morceau possède son lot de subtilité, bien loin du Heavy archi carré d’ACCEPT. Comme quoi, UDO est tout à fait capable de faire preuve de créativité (toute proportion gardée)et d'aller au delà de ce que proposait son ancien groupe.

Il est cependant un peu dommage de constater que la seconde partie de l’album est un peu moins bonne que la première. Bien que "Future Land" termine l’album en beauté. De même, il est décevant de constater que "Faceless World" a un défaut que n’avait pas "Mean Machine" : celui de posséder un ou deux morceaux de trop. Mais même les morceaux les plus faibles de cet opus n’auraient pas dépareillé sur un album d’ACCEPT, après tout, même les meilleurs disques d’ACCEPT contenaient leurs moments de faiblesse.

"Faceless World" est donc une grande réussite. Loin d’être un ersatz, UDO perpétue la légende d’ACCEPT bien mieux que ne l’ont fait ces derniers avec "Eat The Heat". Tout aussi mélodique et catchy, "Faceless World" évite de se compromettre avec des influences Hard US mal placées. Cet album confiné au sublime, il sera donc d’autant plus surprenant que son successeur, "Timebomb", lui soit aussi radicalement différent. En effet ce dernier est l’opposé même de "Faceless World" puisqu’il s’agit de l’album le plus agressif et bourrin qu’ai jamais enregistré Udo Dirkschneider. "Faceless World" quant à lui, est l'album d'UDO qui a remporté le plus de succès, ce qui est amplement mérité.

Vraie note : 4,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


OMEN
Battle Cry (1984)
Un album qui mérite son statut "culte"




LOUDNESS
Risky Woman (1986)
Et encore un single qui bute !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Udo Dirkschneider (chant)
- Mathias Dierh (guitares)
- Thomas Smuszynski (bass)
- Stefan Schwarzmann (batterie)


1. Heart Of Gold
2. Blitz Of Lightning
3. System Of Life
4. Faceless World
5. Stranger
6. Restricted Area
7. Living On A Frontline
8. Trip To Nowhere
9. Born To Run
10. Can't Get Enough
11. Unspoken Words
12. Future Land



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod