Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  SINGLE

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Twilight Force, Reinxeed
- Style + Membre : Civil War, Thobbe Englund
 

 Site Officiel (916)
 Myspace (490)

SABATON - Swedish Pagans (2017)
Par JEFF KANJI le 11 Mai 2020          Consultée 510 fois

Dark Beagle vous a déjà conté ces tubes, ces titres emblématiques d'une formation qui ne sont gravés sur aucun album ? Si ce n'est pas le cas, c'est que vous n'avez pas lu l'imposante collection de singles et d'EPs de LACRIMOSA chroniqués sur Nightfall. De mon côté j'aurais évidemment pu évoquer X-JAPAN et son "Orgasm", mais la pratique remonte à bien plus loin, les BEATLES en ayant été les plus démonstratifs utilisateurs, eux qui avaient fini par décréter, en accord avec Brian Epstein et George Martin, que tout titre sorti en 45-tours serait exclusif à ce support (hors compilations bien sûr, bien pratiques, et à cet égard "The Beatles" rouge et bleu sont deux indispensables de n'importe quel mélomane).

Je sens que certains d'entre-vous ont déjà entonné les "Wo oh oh, oh oh oh oh" désormais indissociables des concerts de SABATON rien qu'à la lecture du titre. "Swedish Pagans" est devenu un incontournable du répertoire des Suédois. Introduit à l'occasion de l'enregistrement de son premier album live, et alors que Nuclear Blast (qui a flairé le gros poisson, après la sortie du magistral "The Art Of War") ressort des versions augmentées de ses albums, "Swedish Pagans" se voit ajouté à la tracklist de "The Art Of War". Mais il faut attendre 2017 pour que le titre, qui jusque là s'invitait de temps à autres, devienne régulier des setlists pour devenir carrément indéboulonnable. Là où les fans attendaient toujours les paroles a capella de "Primo Victoria", il y a maintenant ces "Wo oh oh, oh oh oh oh oh" que le public tend à entonner parfois de façon un peu lourdingue trop tôt pendant le concert, tout comme les "Noch ein bier" à une époque.

Tout ce folklore participe au côté beauf trop souvent accolé à SABATON qui n'a pour ambition que de pouvoir être proche de son public et de faire la fête avec lui, et "Swedish Pagans" est selon moi exactement le titre qui catalyse tout ce qui dessert la formation suédoise. Car derrière tout ce fatras, il y a l'un des fers de lance du Heavy Metal des années 2010. Un combo qui a survécu à de vastes chamboulements, assuré une tête d'affiche sur deux scènes en simultané (Wacken 2019) après avoir remplacé MANOWAR au Hellfest au pied levé avec un Joakim Brodén aphone (nous sommes très désolés que vous soyez faits pour souffrir). Et surtout, il essaye de livrer des textes pertinents ; si vous n'apprendrez peut-être pas l'Histoire militaire avec SABATON, vous en apprendrez tout de même sans doute de belles, et depuis cette époque, le groupe s'est même entiché d'un historien (j'en parle davantage dans la chronique de "Bismarck") pour diffuser son message. Tout cela en ayant écrit les plus grands hymnes du Heavy de ces dix dernières années (avec POWERWOLF certes).

Mais bon voilà, "Swedish Pagans" je ne peux pas. Peut-être est-ce le rapprochement que je faisais plus haut, mais cela m'empêche de profiter totalement du morceau, même quand je suis bras dessus bras dessous avec des potes dans le pit, où j'oublie dans la liesse ce hook entêtant qui reste en tête pendant des heures. Toujours est-il que je trouve ce morceau un peu lourd, et que sorti de ces fameux "Wo oh oh", il ne se passe pas grand-chose. Le rythme est sautillant oui, tout est fait pour qu'on danse la gigue (y compris au niveau des claviers), mais les mélodies ne prennent pas. Alors comme SABATON est loin d'être une quiche dans ce domaine, on arrive tout de même à le retenir… Mais il ressemble à une combinaison d'anciens refrains du groupe (il y a un bout de "40:1" par exemple, qui est un titre fondamentalement meilleur). Peut-on tenir décemment un morceau sur une simple ritournelle ?

Ça a déjà marché, une partie de la musique traditionnelle repose sur ce procédé, on pourrait aussi parler du thème gagnant de "Lambé An Dro" qui était au moins contrebalancé par des chœurs. Sur "Swedish Pagans" ne subsiste que le simple "hook" comme on dit maintenant et personnellement ça ne suffit pas à faire mon bonheur, surtout quand sa capacité à être instantanément mémorisable finit franchement par taper sur les nerfs. La pochette que j'ai choisie pour illustrer ce morceau d'Histoire (ha ha ha !) est celle qui fut proposée en 2017 pour un concours organisé par Metallian et offert avec leur numéro 100, parce que j'allais pas vous remettre une deuxième fois celle de "The Art Of War", et puis ce visuel cartoonesque change radicalement de celui plus sérieux généralement utilisé par le groupe. Bref "Wo oh oh…" et puis s'en va. Et il s'agit en réalité de la seule sortie physique qu'ait connu "Swedish Pagans".

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SATAN JOKERS
Addictions (2011)
Le coup de maître !




SAVATAGE
Ghost In The Ruins - A Tribute To Criss Oliva (1995)
L'hommage du groupe à son guitariste


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Joakim Brodén (chant)
- Pär Sundström (basse, chœurs)
- Rikard Sundén (guitare, chœurs)
- Oskar Montelius (guitare, chœurs)
- Daniel Mullback (batterie, chœurs)
- Daniel Mÿhr (claviers)


1. Swedish Pagans
2. Swedish Pagans (instrumental)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod