Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (15)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Twilight Force
- Style + Membre : Civil War
 

 Site Officiel (258)
 Myspace (306)

SABATON - The Last Stand (2016)
Par JEFF KANJI le 30 Septembre 2016          Consultée 2971 fois

Je pense qu'il ne fait plus de doute sur le fait que SABATON est devenu la nouvelle référence du Heavy Metal européen de cette décennie. En compagnie de POWERWOLF ou BATTLE BEAST il fait partie de ces combos qui incarnent la nouvelle génération au pouvoir. SABATON a largement mérité sa place avec des albums particulièrement réussis et surtout un touring acharné qui l'a vu consolider sa fan-base, non seulement chez lui, mais aussi en Allemagne et dans les pays de l'Est où le groupe est vraiment devenu gigantesque.

Il n'y a peut-être que la France qui n'a pas totalement succombé au Panzer Heavy Metal de tradition des Suédois, qui se démènent en sortant un nouveau produit tous les ans, avec rien que pour 2016 un Live et un nouvel album studio. On revit alors le rendement des légendes du Heavy comme IRON MAIDEN, SAXON ou JUDAS PRIEST qui abreuvaient les hordes grandissantes de fans.

Le monde du Metal a changé, les attentes et les objectifs aussi. Une formation comme SABATON œuvre dans le Heavy traditionnel et s'appuie sur le songwriting avisé de Joakim Brodén pour créer des hymnes simples, puissants et efficaces. Et c'est précisément ce qui l'a révélé à l'époque de "Primo Victoria". Le groupe est parfois incompris, mais dans tous les cas clivant, les aficionados l'aimant pour les mêmes raisons que ses haters le dénigrent ; et les deux parties ont autant raison l'une que l'autre.

Sans a priori, je suis soit agréablement surpris par le Heavy de SABATON ("The Art Of War", "Carolus Rex") mais aussi régulièrement indifférent ("Coat Of Arms", "Heroes" dans une moindre mesure). Le huitième opus des Suédois est déroutant. Parce qu'il ne propose pas la même recette calibrée que son prédécesseur, disque très professionnel avec pour but deviné de permettre à SABATON de briller médiatiquement et de continuer sa razzia en festivals et tournées, "The Last Stand" est une bouffée d'oxygène (et de stabiliser son nouveau line-up bien entendu).

Musicalement surprenant par certains côtés, notamment au niveau de l'utilisation des claviers ("Blood Of Bannockburn") et des changements d'atmosphères entre certains morceaux, entre le Speed Mélodique de "Hill 3234" et l'aspect martial de "Sparta", "The Last Stand" joue la variété et SABATON reprend visiblement la marche en avant de "Carolus Rex", album qui a demandé à son frontman deux années et demi pour se décharger du cocktail de travail acharné et de sentiments mis au service de cette épopée qui arrive en tête des réussites du groupe. Les claviers, tantôt épiques, tantôt plus atmosphériques (et oui cf "Diary Of An Unknown Soldier") et les chœurs guerriers sont à la fête et rien de mieux que les "Uh! Ah!" de "Sparta" pour se mettre dans le bain. Si le refrain aurait peut-être mérité plus d'engagement, ce nouveau titre rentre dans la catégorie des classiques pour SABATON, et "Rorke's Drift", "The Last Stand" ou "Winged Hussars" rejoindront durablement les setlists du groupe, au contraire d'un "The Lost Battalion" qui ressemble à une resucée de "Carolus Rex".

Plus Speed mais aussi plus hymnique que son prédécesseur, "The Last Stand" me fait exactement l'effet inverse. Autant j'ai accroché direct à "Heroes", pour m'en lasser au final assez rapidement, "The Last Stand" a débarqué en sentant le réchauffé, me faisant dire une fois de plus, qu'à l'instar d'un HAMMERFALL, SABATON est avant tout un groupe de scène. Mais ses textes, ses mélodies et ses titres se sont révélés progressivement pour en réalité faire de "The Last Stand" un album à la thématique peut-être moins inspirante que celle de "Heroes" mais diablement efficace et plus varié musicalement. Cet album de SABATON respire, merci aux soldats de Falun pour ça !

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ARIA
Through All Times (2014)
ARIA retrouve toute sa verve




NIGHTMARE
Insurrection (2009)
Heavy Mittal


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Chris Rörland (guitare, chœurs)
- Thobbe Englund (guitare, chœurs)
- Pär Sundström (basse, chœurs)
- Hannes Van Dahl (batterie, chœurs)
- Joakim Brodén (chant, claviers)


1. Sparta
2. Last Dying Breath
3. Blood Of Bannockburn
4. Diary Of An Unknown Soldier
5. The Lost Battalion
6. Rorke's Drift
7. The Last Stand
8. Hill 3234
9. Shiroyama
10. Winged Hussars
11. The Last Battle
- Bonus Tracks
12. Camouflage
13. All Guns Blazing (judas Priest)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod