Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Monstrosity
 

 Chaîne Youtube (273)
 Site Officiel (564)
 Myspace Du Groupe (482)

CANNIBAL CORPSE - Red Before Black (2017)
Par MEFISTO le 5 Décembre 2017          Consultée 1228 fois

Si les Floridiens, originaires de Buffalo dans l'État de New York, ont été la source de maux de tête chez bien des parents puritains américains au début des années 90, aujourd'hui, ils ont vieilli et représentent la qualité dans la longévité. Un exemple à suivre pour les jeunes groupes aspirant à perdurer dans le difficile monde du spectacle.

Quiconque s'est adonné à écouter du Metal Extrême dans sa vie connaît CANNIBAL CORPSE, ne serait-ce que pour les mauvaises raisons, l'imagerie complètement débile en premier lieu. Cette grogne a depuis longtemps disparu, le Rap et ses artistes givrés ayant supplanté les gros méchants metalleux dans le rayon des animaux bizarres accrocs aux cellules de prison. Bien que les mecs de DECAPITATED argueraient autre chose… Les cons.

Bref, CANNIBAL vieillit bien, poussé par un refus de crever et un respect mondial amplement mérité. "Red Before Black", son quatorzième album et son meilleur depuis le très réussi "Evisceration Plague", est un autre punch au menton qui rendra groggy n'importe quel fan de Death. Une marche de plus vers le panthéon. Putain que c'est dense, violent, contagieux, groovy, inspiré… Avec Erik Rutan aux manettes, c'est un bonus.

Je n'en attendais pas autant de ce disque, "A Skeletal Domain" m'ayant montré un groupe flirtant avec le risque de plafonnement dans la troisième phase de sa carrière. Les Américains auraient tiré la plogue et personne n'aurait hurlé à la lune. Or, c'était bien mal connaître la bande à Alex Webster… Car non seulement "Red Before Black" s'inscrit-il dans la lignée des meilleurs skeuds de CANNIBAL, mais il est absolument infaillible. Vous retrouvez votre fix d'extrême aisément et les nostalgiques encore plus… Oui, au même titre que le dernier KREATOR, sorti cette année au grand plaisir des fans et à la grande surprise des néophytes qui ont apprécié cet énième effort des vétérans du Thrash.

Quand vous entendez bûcher Paul Mazurkiewicz en 2017, Webster créer des vrombissements issus d'outre-tombe aussi malsains, Rob Barrett et Pat O'Brien enchaîner les cisailles lugubres, vous ne pouvez vous empêcher de sourire. Ça dégouline d'hémoglobine au pouce carré !

J'ai évoqué "Evisceration Plague" plus haut. Eh bien, "Red Before Black" l'égale avec une suite ininterrompue de hits absolument dantesques tels que le duo de départ "Only One Will Die" - "Red Before Black", qui vous enfonce les dents dans la gorge, avant que les poilus changent de tactique pour les deux pièces suivantes, dont la couillue "Shedding My Human Skin". Fait cocasse, "Firestorm Vengeance" m'a fait penser au morceau "Evisceration Plague" ; je me suis même amusé à placer le refrain de ce classique instantané de 2009 à la place de celui-ci et ça fonctionnait à merveille ! Mais bon, on pardonnera ce détail anodin à un vieux routier comme CANNIBAL, qui est loin de souffrir d'Alzheimer…

Car ce qu'il nous offre en 2017 est un album divisé en deux blocs de six bombes qui explosent toutes sans exception, à divers degrés, en balançant des riffs bien gras et coupants et des soli corrects. À ce sujet, vous prendrez davantage votre pied en appréciant la fusion des cordes de Webster, Barrett et O'Brien, plutôt que dans les nerveuses envolées solos. CANNIBAL a toujours été un succès d'équipe, sa longévité et la stabilité du line-up le prouvent. Ces types ont un bonheur évident à créer ensemble et leur signature, profondément e(a)ncrée dans la peau des métalleux de partout, continue de passionner.

Si on m'avait dit qu'en 2017 CANNIBAL CORPSE serait capable de me foutre une mandale avec des trucs comme "Scavenger Consuming Death", la déjantée "Destroyed Without A Trace" et "Hideous Ichor", jamais je n'y aurais cru. Si j'avais su que Corpsegrinder gueulerait encore les titres des compositions avec autant de pêche vingt-deux ans plus tard, j'aurais douté. Si enfin on m'avait prédit que les Floridiens assureraient autant en conservant la même formule qui les a rendus célèbres, oubliez ça, je serais parti d'un gros rire sarcastique.

Pourtant, CANNIBAL est toujours en forme. Plus au sommet du genre, mais un prof de génie. Mieux : il est au sommet de son art personnel et cultive à chaque inflexion sa légende.

Podium : (or) "Scavenger Consuming Death", (argent) "Hideous Ichor" et "Only One Will Die", (bronze) "Shedding My Human Skin".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


CALM HATCHERY
El Alamein (2006)
Y'a pas à dire, l'Égypte est minée...




DESOLATE SHRINE
Deliverance From The Godless Void (2017)
Impérial pour la quatrième fois de suite.


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Paul Mazurkiewicz (batterie)
- Alex Webster (basse)
- Rob Barrett (guitare)
- George 'corpsegrinder' Fisher (chant)
- Pat O'brien (guitare)


1. Only One Will Die
2. Red Before Black
3. Code Of The Slashers
4. Shedding My Human Skin
5. Remaimed
6. Firestorm Vengeance
7. Heads Shoveled Off
8. Corpus Delicti
9. Scavenger Consuming Death
10. In The Midst Of Ruin
11. Destroyed Without A Trace
12. Hideous Ichor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod