Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 Seepia
2007 1 Outre''
2009 Swarth

PORTAL - Swarth (2009)
Par MEFISTO le 5 Mars 2010          Consultée 3307 fois

Et la torture continue… PORTAL n'allait pas s'arrêter à deux albums quand même. Leur vasque de venin s'est remplie à ras-bord et nous en sommes encore une fois les pauvres victimes. Évasion. Contemplation. Démantibulation. Dévotion. Hémoglobine en fusion.

PORTAL est cosmique et terreux à la fois, organique et horrifiant. Ce Death possédé agit comme un poison rongeant un bout de métal : vous imaginez les bulles féroces faisant fondre la surface, l'annihilant froidement. PORTAL est comme un insecte parasite ("Swarth") mâchouillant le cuir d'une bête, se creusant un trou dans sa chair et se faufilant entre ses entrailles pour lui dévorer l'intérieur. PORTAL est mystique et bestial à la fois ("Larvae"), extrêmes se conjuguant sans peine dans le subconscient de l'auditeur mystifié par cette porte en acier trempé de fuzz se refermant sur ses doigts. Pour ne pas dire ce « portail » entre le monde des humains et celui des créatures dont on n'ose même pas évoquer la cruauté, la pestilence et l'infamie.

Le petit nouveau qui foule le royaume des Australiens pour la première fois sera pris de vitesse… ou de court, c'est selon. Il croira entendre du Black satanique ou du Drone en accéléré. Or, cette basse sanguinolente, cette voix étouffée et monstrueuse, ces guitares vibrantes de timides mélodies tourmentées dans ce monceau d'accords, cette batterie semblant être enveloppée dans de la ouate, c'est bien du Death. Atypique, certes, possédant la noirceur et la vitesse passagère et singulière du Black, enroulant ses longs bras mous autour d'un poteau sludgy… mais les ongles de mon maître ne servent ici qu'un seul et même édifice : celui d'un modéré martèlement mortel complètement cinglé. Magnifique.

Oui, PORTAL est une énième effigie du mal, mais son visage masqué ne cache pas que débauche véloce et tête brûlée. Ne suivant aucune norme ou règle architecturale gouvernant les œuvres argentées modernes, il se vautre dans une gouache ébène aux bouillonnements sinistres et aux rares éclairs aveuglants. Les titres se ressemblent évidemment tous, c'est pas du mainstream, diantre non ! Alors mettez votre interrupteur « ouverture d'esprit » au max pour différencier tel groove, telle note particulière, tel rythme dans chacune de ces huit mottes de terre infestée de vermine, et vous passerez un auguste moment. Un moment de haine, de pur génie créatif, quelques instants de folie, d'insoutenable lourdeur lézardée de lignes conductrices et salvatrices (les deux derniers morceaux sont assez féroces à ce niveau avec leurs rabâchages). Une bouée souhaitée qui nous fait encore plus kiffer quand on arrive à s'évader dans l'univers du quintette abstrait et disjoncté.

"Swarth" est une arme destructrice enfouie dans un désert, en plein no man's land. La trouver est déjà un foutu contrat. La déterrer encore plus, car ce n'est pas du côté des titres ou des paroles que vous obtiendrez du renfort ou une quelconque compréhension. Que du souffle de souffre, de la primitivité en lingots. On demeure dans l'inconnu, sous la cagoule, comme les membres du groupe sur leur photo de band. Des sorciers malfaisants dédiés à l'art de l'ombre, aux vrombissements d'outre-tombe, à une science inexacte qui fait frémir tout adepte de jonglerie occulte. Bref, la continuité de "Outre".

Donc, foutez-vous une trouille de tous les diables avec ce Death schizoïde que pratique PORTAL. Un combo qui ne sera jamais populaire et Dieu que c'est bien ainsi.

PS : N'oubliez pas IMPETUOUS RITUAL au passage (duo formé du bassiste et du batteur), c'est dans la même veine, mais moins « mélodique », plus violent encore. Oui, c'est très possible !

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


The AMENTA
Occasus (2004)
Death indus hallucinant !




BEHEMOTH
The Satanist (2014)
Le chef-d'œuvre de Nergal

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- The Curator (chant)
- Illogium (guitare)
- Aphotic (guitare)
- Phathom Conspicuous (basse)
- Ignis Fatuus (batterie)


1. Swarth
2. Larvae
3. Illoomorpheme
4. The Swayy
5. Writhen
6. Omenknow
7. Werships
8. Marityme



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod