Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/BLACK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Raven Woods, Azarath
- Membre : Mayan, Epica
 

 Site Officiel (44)
 Bandcamp (45)

GOD DETHRONED - Under The Sign Of The Iron Cross (2010)
Par MEFISTO le 26 Décembre 2010          Consultée 3784 fois

Janvier, 1918. Brouillard sur le champ de bataille. L'aube est froide dans cette petite bourgade dévastée de Belgique, la rosée congèle la moindre âme qui vive encore.

Hier, il y a eu massacre. Les Forces armées des deux alliances ont péri en grand nombre dans ce que les généraux ont surnommée la « tempête d'acier ». Les engins de la mort à la fine pointe de la technologie ont retenti et fait éclater les soldats d'une Europe meurtrie. Avec autant de salves, de glands mortels sifflant dans l'air, de nuages de poussière mélangée avec ce froid mordant, la « tempête d'acier » a bel et bien refroidi les ardeurs des troupiers. On se serait cru à Verdun, en décembre 1916.

Surtout que la veille, un incendie monstre a brûlé une partie des bataillons après que le Baron Rouge, Manfred Albrecht Freiherr von Richthofen, ait gagné son 77e combat aérien en déchiquetant les pauvres soldats ennemis, qui n'ont jamais pu se mettre à couvert de l'as des as des pilotes de la Première Guerre mondiale. La Croix de Fer l'attendrait à son retour triomphal à Berlin… Mais allait-il s'y rendre ?

Le jour déclinant sous les flammes ressemblait au Pandémonium qui aurait été assiégé et mis à terre. Incroyable mais vrai, irréel, absurde comme scène, mais si présente. Et dire que ce fut pour plusieurs leur dernier regard sur le monde. Les « champs de mort et de désolation », comme les appelleraient plus tard les villageois, auront été le tombeau de milliers d'hommes en cette bonne vieille Belgique, comme en France et ailleurs.

Alors que le brouillard plane sur le champ de bataille, les généraux, morts ou vivants, se souviennent du 28 juin 1914, quand Franz Ferdinand a été assassiné. Certains regrettent ce jour, alors que d'autres n'auraient rien changé. Ainsi est fait l'homme. Ainsi sera-t-il toujours.

***

Quand on regarde cette époque du haut de notre piédestal doré, on ne peut que lamentablement imaginer ce qu'elle a dû signifier pour ceux qui l'ont subie. On peut lire des bouquins, des encyclopédies, assister bêtement, au chaud, à ces boucheries sans bon sens. On peut aussi plaider comme un con que Franz Ferdinand est un groupe de pop. Ou on peut faire comme bien des groupes, comme GOD DETHRONED sur cet album et aussi son dernier, "Passiondale", et essayer de recréer l'ambiance avec brio de ce qu'a pu être la Guerre Mondiale.

Même si ce ne sont que des spéculations musicales basées sur des faits et qu'on nous ressasse constamment ces troublants événements, une telle musique ne laisse personne indifférent. Que ce soit BOLT THROWER, ENDSTILLE, HAIL OF BULLETS et là, de brillante façon par GOD DETHRONED, qui nous image à sa façon ces conflits. De tels albums se passent de présentation, car ils sont des films en noir et blanc, de fameux retours en arrière qui défoncent le mur du temps à coups de blastbeats déments. Et à ce chapitre, les vétérans Néerlandais sont des pros, impossible de ne pas succomber pour "Under The Sign Of The Iron Cross", un Death/Black percutant et mélodique, rapide, simple dans son approche et ses paroles, qui peut réunir toutes les chapelles sans problème. Du easy listening pour ce genre de Metal, efficace et fédérateur, avec des riffs et des refrains facilement reconnaissables.

D'accord, c'est réduire la guerre à peu de choses, mais les deux dernières synthèses du groupes et de son leader, Henri Sattler, auront permis de retourner pour la énième fois au front et de marcher avec inspiration dans les traces des soldats disparus.

Un album génial, qui fait un malheur présentement et sur lequel vous devez absolument tirer à bout portant. Si vous aimez le War Metal…

Top : "Storm Of Steel", "Under The Sign Of The Iron Cross", "On Fields Of Death & Desolation".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


VADER
The Ultimate Incantation (1992)
Des débuts puissants pour le grand VADER !




VADER
Welcome To The Morbid Reich (2011)
De la constance, la marque des grands


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Henri Sattler (chant, guitare)
- Danny Tunker (guitare)
- Henk Zinger (basse)
- Michiel Van Der Plicht (batterie)


1. The Declaration Of War
2. Storm Of Steel
3. Fire Storm
4. The Killing Is Faceless
5. Under The Sign Of The Iron Cross
6. Chaos Reigns At Dawn
7. Through Byzantine Hemispheres
8. The Red Baron
9. On Fields Of Death & Desolation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod