Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/BLACK OCCULTE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


MITOCHONDRION - Parasignosis (2011)
Par MEFISTO le 14 Février 2011          Consultée 3268 fois

Quand une musique comme celle de MITOCHONDRION fait autant lever le poil sur les bras qu'elle peut interloquer, car violente et organiquement touffue, les mots nous manquent. Enfin, parfois. C'était le cas quand j'ai eu la chance de chroniquer les derniers albums de PORTAL ou IMPETUOUS RITUAL, du Death/Black malsain et occulte, comme le Black Metal underground peut l'être. Ce fut évidemment aussi le cas cette fois, mon arc tirait dans tous les sens, donc je suis allé jeter un coup d'œil sur le Myspace des Canadiens de l'Ouest pour m'alimenter.

M'attendait alors cette liste :

Wisdom (sagesse)
Various Cosmology (diverses cosmologie)
War (guerre)
Predation (prédation)
Supremacy (suprématie)
The Dark Tradition (quête du savoir ésotérique)
Misanthropy (haine de l'humain)
Death (mort)
Magick (magie)
Transcendence (transcendance)
Therianthropy (métamorphose de l'humain en un autre animal)
Apocalyptic Themes (apocalypse)
Meditation (méditation)


Je pourrais m'arrêter là et vous laisser deviner la suite, vous forger vos propres images avec une excitation non dissimulable.

La banque de mot est impressionnante, chamarrée. Dès qu'on digère difficilement le grésillement démoniaque des instruments du trio, c'est avec la panse pleine qu'on se surprend à reprendre une bouchée de cette viande avariée contaminée par les vers. Car à moins d'être omniscient et complètement malade – ou de détester tout simplement – il est impossible de saisir toutes les subtilités de "Parasignosis". Chacun des baluchons ci-haut possède son champ lexical qui fait palpiter nos cinq sens. Après de longues et dures écoutes de ce deuxième album des bourreaux, on sortira quelques exclamations telles que « woa, c'est du lourd », « merde, t'as entendu cette voix, elle provient tout droit des entrailles terrestres », « euh, qu'est-ce ? »… Peu importe votre réaction ou votre hypothèse sur le Death/Black poisseux, mais quand même assez « mélodieux à très grande vitesse » pour plaire à toutes les chapelles adeptes de religions extrêmes, MITOCHONDRION est un hypnotisant mastodonte.

Tout est question d'ambiances, inévitablement. Quand on prétend mélanger la mort avec la magie et la cosmologie, on ne vend pas sa salade avec des refrains fédérateurs ou quelques morceaux plus accrocheurs ! Les Canadiens misent sur les atmosphères pour asseoir leurs riffs et blastbeats décousus, sans égard pour les fans qui préfèrent les choses nettement définies. Cette bouillie provient des tripes, y'a aucun doute, "Parasignosis" n'est pas superficiel du tout ; chaque vibration ou grognement, chaque cymbale ou corde nerveuse est censée représenter une émotion, négative la plupart du temps, mais bouleversante. Et pour accéder à ce deuxième niveau, voire troisième, l'auditeur doit dépasser le cap de l'étonnement et plonger tête première dans ce dédale ténébreux… au bout duquel l'attend le ventre de la bête.

Pas aisé de se faufiler là-dedans encore une fois, on pourrait arguer que la formation est en recherche de sa niche. Et on n'aurait pas tort, à moins que le virus qu'elle a contracté la condamne à errer dans des couloirs humides et bouillants. Sans vraie couleur ou identité, on nage en plein mystère, grâce à cette banque de concepts opposés.

J'aimerais bien que MITOCHONDRION garde cette formule et ne s'égare pas davantage, car il a trouvé un libellé parfait pour plaire aux amateurs d'extrême et de mélodies. Un peu plus de clarté du côté des guitares et il risquerait de tomber dans une catégorie de pseudo brutaux où on ne veut pas le voir échoir. La dose est correcte comme ça et lui assure le respect. Faudrait juste pas abuser des passages ou morceaux ambiants qui ne font que prolonger en vain la souffrance sonore que nous imposent les Canadiens. Je pense notamment aux plages 9 à 11, qui sont plutôt inutiles.

Avec "Parasignosis", MITOCHONDRION surprend et inscrit son nom sans gêne sur le tableau d'élite des jeunes loups de l'extrême.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


The AMENTA
Occasus (2004)
Death indus hallucinant !




CALM HATCHERY
Sacrilege Of Humanity (2010)
Un condensé de grands combos death


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Nick Yanchuck (chant, guitare, basse)
- Shawn Hache (chant, guitare)
- Karl Godard (batterie, synthé)


1. Plague Evockation
2. Lex Ego Exitium
3. Tetravirulence
4. Trials
5. Rift/apex
6. Parasignosis
7. Banishment (undecaphosphoric)
8. Kathenotheism
9. Untitled
10. Untitled
11. Ambient Outro



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod