Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (2 / 29)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2010 Opus Eponymous
2013 Infestissumam
  If You Have Ghost
2015 Meliora
2016 Popestar
2017 Ceremony And Devotion
2018 Prequelle
 

- Style : Path Of Samsara, Spiral Skies
 

 Site Officiel (920)
 Myspace (381)
 Chaîne Youtube (493)

GHOST - Opus Eponymous (2010)
Par T-RAY le 1er Juin 2018          Consultée 426 fois

Depuis qu'il est connu et reconnu, GHOST, c'est le groupe qui ne veut pas choisir. Et qui est détesté pour cela. Qui ne veut pas trancher entre, d’un côté, ses racines fondamentalement Heavy Metal et Hard Rock 70s, et de l’autre, son goût pour les belles mélodies et arrangements Pop. Mais pourquoi est-il détesté des Metalleux en particulier quand suffisamment de monde l'apprécie tout autour du globe ? Parce qu’il représente le dévoiement de notre musique chérie et son acoquinage avec les sirènes du mainstream ? Parce qu’il emploie des artifices théâtraux jouant sur le blasphème et le cultuel sans mettre un quelconque fond derrière ? Allons bon, ça n’est pas comme si tout cela ne s'était pas déjà produit dans l’Histoire du Hard et du Heavy, il y a une quarantaine d'années, au moins.

Bref, le débat reste ouvert et il est plus que temps de parler musique, maintenant, parce que c’est encore ce que GHOST fait de mieux. Labellisé Doom Metal à tort par bon nombre de magazines spécialisés qui ne cherchent pas plus loin que le discours marketing vendu par le label ou la maison de disques, le groupe suédois regarde loin derrière lui sur ce premier opus dit éponyme. Vers le tout début des années 1970, justement. Ces lignes de basse et ce palm-muting groovy découlent directement de la révolution SABBATHienne et ce sont bien là les éléments les plus Heavy Metal de la musique de GHOST. On les entend si souvent, on les retrouve tellement partout, que nier totalement au style musical de l’orchestre noir de Papa Emeritus son attachement à l’église Heavy Metal devient ridicule, dès lors.

Faut-il donc citer des exemples, pour convaincre ? Alors allons-y. La première minute de "Con Clavi Con Dio" devrait vous suffire. Ce morceau est d’ailleurs l’une des démonstrations les plus probantes que le mélange des éléments Metal et Pop fonctionnent. La voix douce et hypnotique de Papa Emeritus, mélodique comme il faut pour séduire le grand public, ne plane-t-elle pas délicatement sur les rythmiques plombées de ses goules sans nom ? Les riffs et mélodies ne courent-elles pas sur le fil du rasoir qui sépare le Heavy du Rock tout court ? Et ces “houhouhou” hyper poppy façon sixties sur les refrains ne sont-ils pas fort réussis ? Même sur "Ritual", l’un des titres les plus ouvertement Pop/Rock, les éléments Hard et Metal sont là et bien là. Et surtout, ils sont bien intégrés.

Quand ça fonctionne aussi bien, pourquoi choisir entre Hard/Heavy et Pop ? Dès ce premier album, GHOST tient une formule qui marche et qui emporte l’adhésion des deux côtés de la frontière entre notre musique à nous et celle de tous les autres. Car, oui, l’essentiel du public de GHOST reste constitué de Hardos et de Metalleux. Des gens qui ne s’embarrassent pas forcément d’une attitude pseudo true et acceptent de se laisser séduire par un style musical ouvertement conçu pour plaire au plus grand nombre. Des gens qui acceptent de n’accorder au décorum du groupe que l’importance qu’il a vraiment : celle d’une mise en scène, pas de la manifestation d’une conviction anticléricale où je ne sais quoi. Des gens qui acceptent de se laisser toucher par des refrains apparemment faciles mais qui ne le sont pas réellement.

Non, le chorus du fantasmagorique "Death Knell" n’a absolument rien de facile ni de simpliste. C’est même une acrobatie musicale que ne s'autoriseraient jamais les artistes de Pop pure et simple de nos jours. Celui de "Prime Mover", suave, s'épanouit sur l’un des titres les plus Metal de ce disque. "Elizabeth" jouit pleinement de la volupté de l’organe (vocal) de Papa Emeritus, entre dévotion et perversion. Quant à "Stand By Him", certes, son refrain est profondément Pop dans la composition comme dans l'exécution, mais il s’insinue à merveille dans les crânes les plus réticents. Il ne suffit que d'une fois. Et même sans avoir à chanter, GHOST prouve qu’il sait y faire en matière de Heavy avec cet instrumental prenant, "Genesis", qui n'aurait pas fait tache sur la bande originale d’un film d’horreur des années 70. Bref, en un album, GHOST a marqué les esprits et – déjà ? – la décennie 2010.

A lire aussi en HARD ROCK par T-RAY :


UFO
Lights Out (1977)
UFO change de dimension

(+ 1 kro-express)



GHOST
Prequelle (2018)
Changement d'ère au palais papal.


Marquez et partagez






 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
   ENENRA
   FENRYL
   MAXXX
   MEFISTO
   T-RAY

 
   (6 chroniques)



- Les Noms Des Membres N’ont Pas été Révél


1. Deus Culpa
2. Con Clavi Clon Dio
3. Ritual
4. Elizabeth
5. Stand By Him
6. Satan Prayer
7. Death Knell
8. Prime Mover
9. Genesis



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod