Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Divine:decay, Exumer, Destruction, Bonded By Blood, Merciless Death, Fueled By Fire, Megadeth, Metallica, Testament
- Style + Membre : Generation Kill, Slayer

EXODUS - Exhibit B: The Human Condition (2010)
Par DARK BEAGLE le 5 Février 2022          Consultée 366 fois

Nous allons oublier l’accident qu’est "Let There Be Blood" pour nous consacrer à ce "Exhibit B: The Human Condition" pour se rendre compte d’une chose : quand il crée, EXODUS le fait bien. Pas que ce disque soit novateur, mais rare sont les formations de Thrash à afficher une telle longévité et à pouvoir sortir encore des disques qui transpirent le savoir-faire. Sans forcément affirmer que le combo se bonifie dans le temps, il continue à afficher une certaine qualité quand d’autres marquent le pas.

"Exhibit B" fonctionne ainsi mieux que le "A". Il se veut plus maîtrisé, plus cohérent également, bien que d’une longueur un brin indécente. Il tabasse, mais pas que. Il instaure quelques ambiances bien pesantes et ce dès les premières notes. Qui pensait qu’EXODUS était capable de se la jouer cool, mais vraiment cool, petite intro acoustique et vas-y qu’on vire vers un "Nothing Else Matters" qui devient fort heureusement un mur du son pas possible ? Et surtout, qui misait réellement un kopek sur Rob Dukes ? Allez, soyez francs.

Et pourtant ! Autant sur "Exhibit A" on avait l’impression qu’il sortait de son silence pour pousser une beuglante quand il y pensait au sein de morceaux parfois trop longs, autant là il habite l’album et de très belle manière. Son chant est très varié, puissant, agressif. Il peut aussi bien ressembler à un porc en rut qu’à un gentleman anglais dans le même état. À vous de deviner lequel des deux est le plus distingué. Il se montre impérial sur les mid-tempi et il se montre parfaitement à son aise sur les parties les plus véloces.

Mais Holt fait aussi en sorte de varier les plaisir, de ne pas appuyer continuellement sur la pédale d’accélération. Si les soli de cet album ne sont pas les plus mémorables qu’ait pondu le groupe, certain riffs, certaines mélodies font indéniablement mouche. "The Ballad Of Leonard And Charles" explose littéralement, "Democide" nous écrase et "The Sun Is My Destroyer" vient bien nous achever. Et ce ne sont que quelques exemples.

"Let There Be Blood" n’était pas nécessaire, mais il a peut-être bien permis au groupe de réaffirmer son propos et de revenir à quelque chose de plus compact et souvent malin dans l’écriture. "Exhibit B" pourrait bien être le meilleur album avec Rob Dukes mais manque de pot, il sera également le dernier. Et qui va repointer le bout de ses tifs, hein ?

A lire aussi en THRASH METAL par DARK BEAGLE :


HOLY MOSES
Finished With The Dogs (1987)
Nous sommes des os demandant à être rongés




MEKONG DELTA
Tales Of A Future Past (2020)
Hier c'est demain et demain c'était hier


Marquez et partagez






Par BIONIC2802




 
   BIONIC2802

 
   DARK BEAGLE
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Gary Holt (guitare)
- Lee Altus (guitare)
- Tom Hunting (batterie)
- Rob Duke (chant)
- Jack Gibson (basse)


1. The Ballad Of Leonard And Charles
2. Beyond The Pale
3. Hammer And Life
4. Class Dismissed (a Hate Primer)
5. Downfall
6. March Of The Sycophants
7. Nanking
8. Burn, Hollywood, Burn
9. Democide
10. The Sun Is My Destroyer
11. A Perpetual State Of Indifference
12. Good Riddance



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod