Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Divine:decay, Exumer, Destruction, Bonded By Blood, Merciless Death, Fueled By Fire, Megadeth, Metallica, Testament
- Style + Membre : Generation Kill, Slayer

EXODUS - Persona Non Grata (2021)
Par FREDOUILLE le 29 Novembre 2021          Consultée 5553 fois

Il aura fallu sept longues années à EXODUS pour accoucher d’un successeur à "Blood In Blood Out", qui avec recul, était mine de rien un très bon disque de Thrash Metal. Depuis, silence radio même si on savait le guitariste Gary Holt très occupé ces dernières années avec les membres de SLAYER dont il fait quand même partie depuis 2011 (en remplacement du défunt Jeff Hanneman) et les accompagnant même jusque lors de leurs derniers concerts en 2019.
Par ailleurs, et fait non négligeable, le cancer de l’estomac du batteur Tom Hunting (début 2021) aura aussi et sans aucun doute eu son importance dans le retard de la sortie de ce "Persona Non Grata". Il a même subi en juillet dernier une importante opération (gastrectomie totale). On va croiser les doigts, mais Tom Hunting semble malgré tout être tiré d’affaire, ce dernier ayant rejoué récemment avec EXODUS au Aftershock Festival à Sacramento en Californie (octobre 2021).

Toujours est-il qu’en 2020, aidés indirectement par la situation pandémique mondiale, et du fait de l'annulation de leur tournée européenne, les membres d’EXODUS motivés aussi par une atmosphère de "dégradation et de dégoût social" (le titre de l’album "Persona Non Grata", qui signifie importun ou indésirable, prend alors tout son sens), se sont donc attelés à écrire et donner un digne successeur à "Blood In Blood Out". On aurait pu croire que le lieu d’enregistrement de l’album, soit la maison de Tom Hunting, transformée pour l’occasion en studio d’enregistrement et située dans un environnement naturel à la montagne et proche du lac Almanor (cf. Cd bonus de l’album d’une durée d’une heure et qui affiche une formation vraiment unie avec entre autres : les séances d’enregistrement dans une franche bonne humeur, les barbecues ambiance camaraderie, les balades en forêt, Jack Gibson jouant du banjo…), aurait franchement apaisé le groupe… Et bien que nenni ! Il n’en est rien. Au contraire, EXODUS n’a jamais paru aussi agressif, virulent voire même brutal que sur ce nouvel album. Car ne tournons pas autour du pot, "Persona Non Grata" est incontestablement le disque Thrash de cette année 2021. Un véritable concassage en règle, disposant d’ailleurs d’une très grosse production (enregistrement réalisé par Steve Lagudi – MACHINE HEAD, NAPALM DEATH, MUNICIPAL WASTE -) et a bénéficié de l’expertise de l’habitué Andy Sneap (TESTAMENT, MEGADETH) qu’on ne présente bien évidemment plus, pour le mixage et le mastering. Le résultat est tout simplement faramineux.

Qui plus est, EXODUS, au même line-up qu'en 2014, montre rapidement les crocs et ce, dès les premiers instants de l’opus avec un "Persona Non Grata" endiablé, absolument phénoménal et qui met d’emblée fin à tout suspense. EXODUS est furieux et le fait savoir. Plus de sept minutes au compteur et déjà c’est une claque monumentale avec ce morceau rapide proposant néanmoins quelques variations, fort heureusement, et comme de coutume chez les Américains. "Persona Non Grata" est un titre explosif d’une rare violence et proposant non seulement des rythmiques ANNIHILATOR-iennes (premier et second album), des riffs complexes et acérés comme du papier de verre, des leads très athlétiques de la part de la paire Holt/Altus ainsi que quelques soli de très haut niveau. EXODUS se révèle donc être des plus incisifs, des plus violents aussi à l’instar d’un Steve « Zetro » Souza absolument époustouflant dans ses vocalises écorchées que ce soit sur ce titre ou tout simplement sur le disque tout court, où on l’a rarement vu aussi déchaîné et aussi virulent, allant même jusqu’à lâcher ici et là quelques growls bien puissants ("The Fires Of Division", "Lunatic-Liar-Lord") renforçant encore un peu plus la force de frappe ici déployée par les Californiens.

Dans son style si caractéristique, notamment au niveau des grattes et dans le son de basse, qu’on entend finalement aisément (le son EXODUS y est d'ailleurs complètement palpable), le combo américain délivre là un Thrash de très haut niveau, franchement redoutable et qui ne laisse aucune ambiguïté possible. EXODUS est bel et bien de retour, inspiré comme jamais et certainement aidé par un Gary Holt créatif et qui était désireux de mettre toutes ses idées emmagasinées depuis quelques années, à profit pour ce nouvel album. Il en résulte donc des titres absolument explosifs à l’image de ce "R.E.M.F" assez jouissif je trouve (le riff est ni plus ni moins excellent), et des deux premiers singles de l’album, soit le rapide et époustouflant "The Beatings Will Continue (Until Morale Improves)" qui en trois petites minutes offre là un Thrash agressif, sans concession et agrémenté de chœurs virils délivrés par les fils même de Steve « Zetro » Souza, Nick et Cody, venus prêter main forte (alors qu’un quatrième HATRIOT se profile déjà à l’horizon…), et ce "ClickBait" un peu plus long, un poil plus bourrin aussi, ne nous le cachons pas, et qui possède pourtant un putain de break dont seul EXODUS a le secret.

Si ces singles restent d’excellents morceaux, redoutables et efficaces, et qui ne font assurément pas dans la dentelle, je trouve personnellement qu’EXODUS excelle encore davantage dans des titres plus nuancés où justement il propose non seulement d’ingénieuses variations comme sur ce "Slipping Into Madness" un poil lancinant (des soli mélodiques y sont étonnamment délivrés), mais également quelques accalmies et tonalités plus sombres comme sur ce monumental "Prescribing Horror" complètement hypnotique et envoûtant (le morceau parle du thalidomide, médicament administré aux femmes enceintes dans les années 50 et provoquant de graves malformations congénitales chez les bébés) et à l’ambiance carrément… macabre (morceau excellent soit dit en passant). Des titres qui sont d'ailleurs habilement positionnés sur le disque et qui permettent non seulement de respirer mais aussi de varier habilement le propos en évitant la moindre once de lassitude venir pointer le bout de son nez, assez pertinent d'autant plus lorsqu'il s'agit d'un disque de Thrash dont la durée dépasse de peu et mine de rien les soixante minutes.

On n’oubliera pas non plus les titres à rallonge où EXODUS gagne incontestablement à complexifier un tant soit peu les structures (on l’a vu plus haut avec "Persona Non Grata") tel que sur "Lunatic-Liar-Lord" (avec la participation d’un ancien membre du groupe en la personne de Rick Hunolt) dont l’introduction reprend un peu et avec brio le thème du court intermède acoustique et incontestablement apaisant qu’est "Cosa Del Pantano" (ambiance nature avec les oiseaux, le bourdonnement d'une mouche et des grillons qui stridulent, quel contraste !), et qui propose aussi un passage plus lent, plus lourd aussi et sur lequel Steve « Zetro » Souza lâche donc quelques growls, voire prend aussi quelques intonations Hardcore avant qu’EXODUS et Gary Holt ne nous assènent un break carrément jouissif (c'est une tuerie !) pour ne pas dire d’anthologie. Sincèrement ? C'est du grand art. Enfin, on retiendra également l’excellent "The Years Of Death And Dying" (arrrgh ! Ce son de basse ! Jouissif !) qui rappelle à quel point un titre beaucoup plus 'calibré' mais indubitablement Thrash (il y a une belle accélération sur la seconde partie de la composition avec une belle avalanche de soli) peut être tout à la fois redoutable, percutant et aussi incroyablement mélodique dans son refrain (refrain accrocheur de surcroît). Là encore, EXODUS nous sert un des meilleurs titres du disque.

"Persona Non Grata" est un album tout bonnement magistral, parfaitement équilibré, et plus diversifié que son prédécesseur (beaucoup de variation au niveau des compositions, au niveau des tempos, alternance morceaux courts / morceaux longs) où on retrouve un combo incroyablement redoutable et dont le songwriting n’a peut-être jamais été aussi homogène et inspiré. Personnellement, je trouve que c’est l’album Thrash de cette année 2021, délivré par des types qui accusent pourtant et bientôt les soixante ans… Mais franchement ? Ces musiciens sont de purs tueurs et n’accusent en rien le poids des années. Entre un Steve Souza absolument monstrueux (je valide d’ailleurs son chant à 200% que je préfère définitivement à celui de Rob Dukes), un Gary Holt pour le moins créatif et des plus incisifs ou bien encore un Tom Hunting énorme lui aussi derrière les fûts (pour celles et ceux qui n'étaient pas encore convaincus par le bonhomme, écoutez donc attentivement les enchaînements qu’il est capable de réaliser sur ce disque - la fin de "Lunatic-Liar-Lord" -, on a toujours l'impression qu'il en rajoute une couche c’est assez impressionnant), on a tout simplement affaire à du lourd, du très lourd. Et c’est bien évidemment le cas avec "Persona Non Grata", peut-être bien le meilleur disque de la carrière du groupe (le temps fera son œuvre), a minima depuis "Tempo Of The Damned" en tout cas. Pour moi ce disque frôle la perfection (il n’y a guère que "Elitist" qui ne me convainc pas plus que ça, - j'y entends même FIGHT par endroits - le morceau manque sensiblement de profondeur et d’inspiration pour le coup). Pour le reste ? C’est de la balle ! Une tuerie je vous dis !

Note réelle : 4,5/5.

Morceaux préférés : Difficile à dire tant quasiment tous les titres sont monstrueux. Je dirais donc "Persona Non Grata", "Prescribing Horror", "The Fears Of Death And Fears", "Lunatic-Liar-Lord".

A lire aussi en THRASH METAL par FREDOUILLE :


DEPRESSIVE AGE
Symbols For The Blue Times (1994)
Metal dÉpressif

(+ 1 kro-express)



4 ARM
Submission For Liberty (2012)
Un des meilleurs albums de THRASH de l'année 2012


Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Steve 'zetro' Souza (chant.)
- Gary Holt (guitares/chœurs.)
- Lee Altus (guitares)
- Jack Gibson (basse.)
- Tom Hunting (batterie.)
- Musiciens Guests :
- Rick Hunolt (solo guitare sur 9)
- Cody Et Nick Souza (chœurs)


1. Persona Non Grata
2. R.e.m.f
3. Slipping Into Madness
4. Elitist
5. Prescribing Horror
6. The Beatings Will Continue (until Morale Improves)
7. The Years Of Death And Dying
8. Clickbait
9. Cosa Del Pantano
10. Lunatic-liar-lord
11. The Fires Of Division
12. Antiseed



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod