Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Divine:decay, Testament, Metallica, Megadeth, Fueled By Fire, Merciless Death, Bonded By Blood, Destruction
- Style + Membre : Generation Kill

EXODUS - Shovel Headed Kill Machine (2005)
Par POWERSYLV le 12 Octobre 2005          Consultée 9708 fois

Dire que nos amis d’EXODUS reviennent de loin n’est pas un vain mot ! Fondé en 1981 (le groupe fêtera ses 25 ans l’an prochain !) par Kirk Hammett (qui intègrera METALLICA 2 ans plus tard) et le batteur Tom Hunting, rejoints aussitôt par le guitariste Gary Holt, cette institution du thrash-metal a une histoire en dents de scie. Jalonnée par des albums devenus cultes (Bonded By Blood en 1985, Fabulous Disaster en 1989) et d’autres moins bons (le banal Impact Is Imminent, en 1990), c’est un premier split en 1992 qui soldera l’existence d’un groupe qui était enfermé dans son genre à l’heure des métissages musicaux. Puis en 1996, c’est la reformation avec le premier chanteur Paul Baloff disparu voilà quelques années, et enfin un nouvel album studio avec leur chanteur historique Steve Souza en 2004. Tempo of the Damned avait en effet marqué le retour en grâce d’un combo dont l’impact historique sur le courant thrash-metal fut déterminant, même si leur carrière paraît très irrégulière comparée aux autres géants du genre et même s’ils se sont fait voler la vedette et le titre de grand gourou du thrash par un Kill’em All sorti 2 ans trop tôt :). Mais au moins et contrairement à ces derniers, EXODUS a le mérite d’être resté fidèle à ses racines. Tempo Of The Damned avait rassuré quant à l’état de santé et à la détermination des californiens, les prestations live avaient été fort prometteuses. L’album ne devait pas décevoir et en même temps ne pas être une redite du précédent.

Ces derniers mois ont failli être fatals à cette formation qui, sous un semblant de stabilité et de joie metallique retrouvée était, sans qu’on s’en doute minée par des tensions internes. Qui l’eût cru, vu de l’extérieur ? Il fallait qu’un homme mette de l’ordre dans tout ça. C’est le guitariste Gary Holt qui décide de prendre les rennes et de sacrifier certains de ses compères de longue date afin de prévenir un naufrage qui pointait le bout de son nez. Les premiers à faire les frais de ce grand nettoyage furent le chanteur Steve « Zetro » Souza, empêtré dans divers problèmes personnels, puis c’est au tour de Tom Hunting, batteur et co-fondateur du groupe pour de sombres histoire de santé ! Enfin comme si ça ne suffisait pas, c’est Rick Hunolt (qui avait remplacé Kirk Hammett en 1983) qui décide de quitter le navire il y a quelques semaines pour raisons familiales là aussi très vagues. Certains laissent entendre que des problèmes de substances se cachent derrière tout ça. Enfin bon, ça c’est des histoires internes et il fallait à Gary Holt (seul vétéran du groupe restant) et à son compère le bassiste Jack Gibson trouver des musiciens suffisamment bons afin qu’EXODUS persiste dans sa reconquête des années perdues avec ce redoutable Shovel Headed Kill Machine .

Bonne surprise, l’arrivée derrière les tonneaux de Paul Bostaph (ex-FORBIDDEN, ex-TESTAMENT et surtout ex-SLAYER). La frappe de ce redoutable batteur expérimentée donne instantanément un nouveau tonus au groupe et renforce l’agressivité des nouvelles compositions. La meilleure preuve ? Les 2 premières salves redoutables qui débutent l’album. « Raze » et surtout « Deathamphetamine » où la rythmique est formidable. Autre nouveau venu qui apporte son style, le chanteur Rob Dukes, qui possède un registre plus extrême (limite death/black parfois !) et éraillé que son prédécesseur (même si les progrès de Steve Souza étaient notables sur Tempo Of The Damned). En tous cas, le chant scotche carrément ! Troisième nouvel intervenant sur cette pépite, le guitariste Lee Altus au pedigree lui aussi plutôt axé heavy/thrash (ex-DIE KRUPPS, ANGEL WITCH et HEATHEN) apporte son style à la fois mélodique et abrupt, devenant ainsi un nouvel alter-ego de choix pour Gary Holt. Les solos sont nombreux et inspirés sur ce disque, certains sont carrément excitants, alors que la basse de Jack Gibson s’illustre par moments de façon brillante (intro de « Deathamphetamine », le break de « Now That Death Day Comes »).

Le style de fond reste quant à lui inévitablement le même (fallait-il en douter ?) : du thrash d’inspiration old-school, avec néanmoins des touches assez modernes, dans la lignée de l’album précédent. Le son est vraiment énorme ! Normal quand on apprend qu’il y a le producteur Andy Sneap (MACHINE HEAD, ARCH ENEMY, NEVERMORE …) derrière la console. A part ça, les fans seront ravis avec cet album aux riffs qui tuent, aux solos magiques et au tempo destructeur. Un tempo qui s’insuffle sur chaque titre mais qui sait varier les plaisirs. Les tueries speed/thrash ultimes sont de rigueur (« Raze », « Deathamphetamine », « Karma’s Messanger », « I Am Abomination » - pas si éloigné que ça de ce que peut faire un ARCH ENEMY - , « Going Going Gone » et son refrain chantant, le final « Shovel Headed Kill Machine »). Vers le milieu du disque pour souffler un peu tout en restant dans la puissance, les « Shudder To Think », « Altered Boy » et « 44 Magnum Opus » sont des mid-tempos entraînants et bien heavy, qui se gravent bien dans les mémoires.

Toujours sur NUCLEAR BLAST, label prestigieux qui aime le thrash (cf les résurrections de DEATH ANGEL et DESTRUCTION), enregistré aux studios Trident en Californie (soit quasiment à la maison), EXODUS a vraiment trouvé les partenaires qui pourront répondre à ses ambitions. La reconquête est définitivement lancée avec cette nouvelle équipe et ce nouveau disque qui me semble encore meilleur que le précédent. Amateurs de bon thrash, de riffs qui mitraillent et de rythmes thrash endiablés, cette nouvelle cuvée « made in Bay Area » est pour vous !

A lire aussi en THRASH METAL par POWERSYLV :


METALLICA
Kill'em All (1983)
Les débuts de la légende !

(+ 9 kros-express)



ONE MAN ARMY
21st Century Killing Machine (2006)
Le retour de johan lindstrand (ex-the crown)


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   ODIN

 
   (2 chroniques)



- Rob Dukes (chant)
- Gary Holt (guitare)
- Lee Altus (guitare)
- Jack Gibson (basse)
- Paul Bostaph (batterie)


1. Raze
2. Deathamphetamine
3. Karma´s Messenger
4. Shudder To Think
5. I Am Abomination
6. Altered Boy
7. Going Going Gone
8. Now Thy Death Day Come
9. 44 Magnum Opus
10. Shovel Headed Kill Machine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod