Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (12)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1972 Blue Öyster Cult
1973 Tyrany And Mutation
1974 Secret Treaties
1975 On Your Feet Or On Your ...
1976 Agents Of Fortune
1977 Spectres
1978 Some Enchanted Evening
1979 Mirrors
1980 Cultösaurus Erectus
1982 Fire Of Unknown Origi...
  Extraterrestrial Live
1983 The RevÖlution By Nig...
1985 Club Ninja
1988 Imaginos
1998 Heaven Forbid
2001 Curse Of The Hidden M...
2016 La Carriere Du Mal (j. K...
 

- Style : Black Sabbath, Iron Butterfly, Orchid, The Vintage Caravan, Ghost, Tanith
- Membre : Dokken, Rainbow
- Style + Membre : Blue Coupe

BLUE ÖYSTER CULT - Mirrors (1979)
Par DARK BEAGLE le 28 Septembre 2020          Consultée 309 fois

Comment parler de "Mirrors" ? Bon… Prenez un élastique. Tirez dessus. Encore. Et encore. À un moment donné, il va vous claquer entre les doigts, voire au visage. Et là où ça fait vraiment mal, c’est quand il tape dans l’œil (Rich Williams de KANSAS vous dira que c’est de la gnognote à côté de feux d’artifices, mais ça reste tout de même très douloureux). "Mirrors", c’est ce foutu élastique qui craque et qui vous fouette. "Agents Of Fortune" avait été un pari risqué mais réussi, "Spectres", c’était une façon de tirer encore sur la corde, mais avec justesse. En revanche, "Mirrors" est le point de rupture.

Le pire est qu’il n’est pas tout à fait à chier. Ce serait plus facile d’ailleurs. Non, il a ses moments de bravoure au milieu d’horreurs indignes du groupe. Le morceau-titre par exemple laisse pantois. Roeser se laisse aller à un Rock qui se veut endiablé, mais qui fonctionne mal, avec ses chœurs féminins qui tranchent avec leur ambiance bon enfant. En fait, c’est assez indescriptible mais le résultat est loin d’être probant. Le BÖC reprend la formule mise au point sur "Agents Of Fortune", mais elle ne fonctionne plus. Plus tout à fait.

Parce qu’en contrepartie, on a un riff tonitruant pour "Dr Music" (qui rate de peu le coche, toujours en raison de chœurs féminins qui manquent pas mal de finesse), il y a également la première collaboration avec l’écrivain Michael Moorcock (bon, là on va faire simple, je ne vais pas résumer le CV de ce monsieur, contentez-vous de vous prosterner, cela fera gagner du temps à tout le monde). Là encore, ce n’est pas une réussite totale, mais "The Great Sun Jester" renoue avec l’esprit plus originel du BÖC, avec un certain aspect ésotérique qui lui sied bien. "In Thee", composition typique de Allen Lanier, se fond également très bien dans le paysage.

En fait, "Mirrors" est un album fait de fulgurances au milieu de moments plus anodins. Et forcément, cela le dessert plus qu’autre chose, parce qu’il ne possède pas l’étincelle qui faisait que ses deux prédécesseurs se montraient à leur avantage. Ajoutez à cela une pochette plus que négligeable et forcément, vous obtenez un album qui non seulement n’attire pas le regard, mais qui peine à emballer pleinement l’auditeur. Erwin le mentionne, mais l’absence de cerise sur le gâteau serait bel et bien l’absence de Sandy Pearlman, aussi bien dans les crédits qu’à la production et forcément, le BÖC en prend un petit coup. Il manque aux musiciens leur gourou et cela se ressent. En roue libre, le BLUE ÖYSTER CULT se fend d’un album non pas médiocre, mais moyen, manquant clairement de puissance et d’idées.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HEART
Fanatic (2012)
Nos marraines à tous




The RUNAWAYS
The Runaways (1976)
Girls Girls Girls


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Eric Bloom (chant, guitare)
- Buck Dharma (chant, guitare)
- Allen Lanier (claviers, guitare)
- Joe Bouchard (basse)
- Albert Bouchard (batterie, chant)


1. Dr Music
2. The Great Sun Jester
3. In Thee
4. Mirrors
5. Moon Crazy
6. The Vigil
7. I Am The Storm
8. You’re The One
9. Lonely Teardrops



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod