Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2010 6 Opus Eponymous
2013 1 Infestissumam
2015 3 Meliora
2018 1 Prequelle
2022 3 Impera

E.P

2013 If You Have Ghost
2016 Popestar

SINGLES

2017 He Is
2019 Seven Inches Of Satanic Panic
2021 Hunter's Moon

ALBUMS LIVE

2017 1 Ceremony And Devotion
 

2010 Opus Eponymous
2013 Infestissumam
  If You Have Ghost
2015 Meliora
2016 Popestar
2017 Ceremony And Devotion
2018 Prequelle
2019 Seven Inches Of Satanic ...
2022 Impera
 

- Style : Path Of Samsara, Spiral Skies, Blue Öyster Cult, The Devil's Blood
 

 Site Officiel (1891)
 Myspace (1312)
 Chaîne Youtube (1482)

GHOST - Impera (2022)
Par POSITRON le 23 Mars 2022          Consultée 1107 fois

Enfin ! L'album de GHOST qu'il me faut ! Le potentiel était là depuis le début : ce projet de piéger les métalleux avec deux trois guitares et quelques satans pour leur faire écouter de la P O P, je ne pouvais que le saluer. Sortez les chœurs et préparez les stades, vous avez ma bénédiction, pour ce qu'elle vaut. Mais il me manquait quelque chose. Peut-être suis-je passé à côté des albums précédents ? Ils me semblaient encore trop Metal, trop embourbés dans un riffing encombrant et insuffisant. Où est ma Pop, où sont les hooks, où sont les refrains ? Il y en avait un peu bien sûr, ne me citez pas vos titres préférés : c'est ce qui déjà faisait de GHOST un des groupes les plus tolérables d'un Metal mainstream où l'on fait souvent un titre avec deux-trois riffs mous dissimulées derrière une grosse prod et une grosse batterie. Donc GHOST c'était déjà respectable, mais ça n'était pas encore suffisant pour moi... jusqu'à maintenant.

Car elle est bien là ma Pop. Voici qu'elle arrive avec ses hooks, ses refrains, ses chœurs, ses stades, et toujours quelques guitares (le projet initial, suivez un peu). L'AOR, le Hard Fm, le Glam, TOTO, JOURNEY, BOSTON, ABBA, ALICE COOPER, BON JOVI, DEF LEPPARD, QUEEN, envoyez tout, lâchez la cargaison, balancez la sauce. Un morceau de DIABLO SWING ORCHESTRA ("Twenties") s'est perdu par accident ? On s'en fout, balancez un pattern de Reggaeton et quelques "motherfuckers", on le met quand même.

Tous les morceaux sont construits avec la précision du professionnel. Les rares fautes sont faciles à ignorer (le son de hit-hat et de ride) ou passagères (le couplet de "Watcher In The Sky") et immédiatement rattrapées par une maîtrise totale – on croirait presque que c'est fait exprès pour nous avoir. Aucune piste n'est laissée sans ligne instantanément mémorisable, elles sont délicatement ciselées pour ne laisser aucune échappatoire.

Parce que j'ai vu ailleurs sur internet des allergiques à l'AOR ou à la Pop parler de facilité sur cet album, je veux brièvement répondre pour dissiper vos doutes. Avec le moins de mépris dont je suis capable (c'est-à-dire encore beaucoup) : j'ai peine à croire que ces gens aient déjà écrit de la musique. Il me semble évident qu'au delà du "travail" ou de "l'effort" qui ne représente pas grand chose pour moi tant on peut travailler des années sur un album merdique (c'est l'histoire de ma vie), écrire un album aussi ""facile"" et accrocheur est une tâche d'une ampleur considérable et d'une difficulté certaine. Cela ne dit rien sur la qualité de l'album lui-même, que vous aurez le droit de ne pas aimer malgré tout ce que je viens de dire. Mais pour ne pas avoir l'air bête n'employez pas cet argument, à la limite parlez d'un kitsch insupportable.

Car l'album est évidemment incroyablement kitsch, avec une arrogance toute satanique, la théâtralité en bandoulière, défiant presque l'auditeur de le déloger de la scène. Le thème de l'intro qui revient en fin d'album, le concept autour de Satan, le piano de "Spillways", prononcer les mots "a pile of mulah", les claps sur la snare sur le deuxième temps dans le pont de "Call Me Little Sunshine", rien que le titre "A Darkness At The Heart Of My Love" : c'est le kitsch, le sucre, le fromage. Et quel plaisir ! Un kitsch délicat, sans beauferie à étaler des dragons ou des démons partout ou alors à dégueuler du tribalisme guerrier ouga ouga les tanks et les muscles, non non non. Il s'agit du kitsch du connaisseur, le kitsch raffiné en fûts de chêne, le millésimé. Celui de l'élite. Les clins d'œil à RUSH sur "Kaisarion" et son shuffle surprise. Les orgues et les chœurs, débordants de générosité. Les progressions. Les modulations. Les derniers refrains de "Griftwood". "You will never walk alone / You can always reach me". Le kitsch. Quel plaisir.

Si on m'avait dit en 2021 que non seulement je ressentirais des émotions en écoutant un album de GHOST mais qu'en plus j'hésiterais sérieusement à lui mettre 5, je me serais foutu de votre gueule sur tous les canaux possibles jusqu'à la fin des temps. Et pourtant ! C'est ce genre de disques que le Metal mainstream et grand public devrait produire : il en a les moyens financiers, les talents instrumentaux, il ne reste qu'à le vouloir vraiment. Mais vous aussi, cher public, mes amis, mes camarades, mes sœurs, mes frères, vous pouvez agir pour changer les choses. Dès aujourd'hui, demandez de la meilleure Pop dans votre Pop Metal. Une meilleure écriture, une meilleure accroche, de meilleurs refrains. Exigez "Impera" et rien de moins.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R  :


HARDLINE
Live At The Gods 2002 (2003)
Hard fm / a.o.r




Lita FORD
Dangerous Curves (1991)
S'il faut retenir quelque chose d'elle...


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
   JEFF KANJI
   JOHN DUFF
   POSITRON

 
   (4 chroniques)



- Papa Emeritus Iv (chant, basse)
- - -----
- Fredrik Åkesson (guitare)
- Martin Hederos (piano)
- Hux Nettermalm (batterie)


1. Imperium
2. Kaisarion
3. Spillways
4. Call Me Little Sunshine
5. Hunter's Moon
6. Watcher In The Sky
7. Dominion
8. Twenties
9. Darkness At The Heart Of My Love
10. Griftwood
11. Bite Of Passage
12. Respite On The Spitalfields



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod