Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


INCANTATION - Onward To Golgotha (1992)
Par DARK MORUE le 24 Décembre 2011          Consultée 2796 fois

Au fond, contrairement à la branche suédoise, quand on parle de Death US, c'est uniquement géographique. Dans le sens que la seule véritable patte sonore qu'on peut trouver quand on parle de Death floridien, new-yorkais ou texan, c'est des bouts de line-ups des groupes résidant là-bas.
Tenez, on prend ce qu'on appelle le NYDM (je vous ferai pas la traduction, surtout que c'est marqué à la ligne d'au-dessus), qui est en fait en tout et pour tout trois groupes. IMMOLATION, INCANTATION, SUFFOCATION. Leur point commun ? Un nom qui finit par -TION et une localisation commune. Sinon, à part ça rien à voir, IMMOLATION se démarque par sa classe et ses gros muscles malfaisants, SUFFOCATION par sa précision et sa froideur chirurgicale, et INCANTATION, nous viennent tout droit des profondeurs des enfers. Et c'est donc ces derniers, l'une des formations les plus Evil de la planète, dont il est ici question.

Enfin, formation... On peut limite parler de collectif. Ou de one-man band. Le guitariste John McEntee est actuellement le seul membre d'origine et les clivages du line-up incessants ont bien dû inspirer un certain Sven de Caluwé. Parce qu'une bonne moitié de la scène ricaine doit avoir fait un passage dans INCANTATION depuis sa formation, avec le recul. Et à l'instar du premier NAPALM DEATH, la plupart de ses membres sont partis voler de leurs propres ailes fonder d'autres monstres sacrés (en vrac, MORTICIAN ou THE CHASM).
Donc sur ce premier effort longue durée après une courte série de démos, on retrouve le line-up le plus culte de la formation, qui tiendra presque la route le temps d'un album suivant : autour de McEntee se débattent le mercenaire Jim Roe, le bassite Ronnie Deo et surtout le légendaire Craig Pillard.

Et donc, en 1992, "Onward To Golgotha" paraît dans les bacs et pose une nouvelle pierre à l'édifice d'un Metal mortuaire toujours en construction. Le son est abyssal, les guitares sont accordées six cent soixante six pieds sous terre et affrontent AUTOPSY sur son propre terrain. L'accent est mis sur une ambiance macabre au possible, empruntant beaucoup de son imagerie au Black Metal de l'époque, mais pas franchement les sonorités. Gras, lourd, pesant (le doom/blackesque "Christening The Afterbirth" où l'on voit même se pointer quelques notes de claviers) mais restant toujours foncièrement ancré dans un Death des plus brutaux. La vélocité extensible et compressible à l'infini, le son plein de poussière collante drapé de ténèbres qui n'attend que le moment opportun pour nous claquer à la gueule jusqu'à l'évanouissement. Le jeu de batterie de Jim Roe ne fait pour ainsi dire pas franchement dans la dentelle et nous dessert du Blast effréné et d'une puissance inouïe sur tous les titres, les plus fournis proportionnellement étant l'ultra evil "Immortal Cessation" et "Eternal Torture", entre deux séances funèbres et ritualistes, quasi-incantatoires, comme par hasard...

Brutal certes, totalement même, mais jamais la violence physique ne prend le pas sur le développement d'une atmosphère cauchemardesque Lovecraft-style. Grand merci aux riffs inimitables de McEntee, oscillant entre la lenteur abyssale et la brutalité pleine de sonorités des plus malsaines et dissonantes. INCANTATION ça vous expédie au beau milieu du Tartare, les jambes dans la boue et la tête en feu. Massif, gras, violent, foncièrement Death Metal jusqu'au bout des cordes, on agresse le cortex et on noie l'auditeur dans la crasse. Que ce soit l'hymne "Golgotha", probablement l'une des plus grandes compositions de la formation de par ses riffs fourrés aux flammes infernales, faisant office de porte d'entrée vers l'immonde cave ardente du Grand Bouc patché, ou la fin totalement schizophrénique de "Deliverance Of Horrific Prophecies"... frissons garantis...
Mais rien n'aurait été pareil sans le maître de cérémonie ayant par son art transcendé ce qui restera le sommet de la formation. Craig Pillard et sa voix si profonde et abyssale... Le saint-patron du chant guttural, absolument tétanisant, possédé, dont la performance relève sans cesse de la spéléologie introspective. Beaucoup imité, rarement égalé (Will Rahmer, respect... coïncidence, également issu d'INCANTATION celui-là...), la simple présence de son timbre sur "Onward To Golgotha" rajoute une couche de suie supplémentaire, plongeant la musique toujours plus profond dans la fosse, et le pauvre Dieu seul sait à quel point elle y était déjà loin...

Que ce soit pour sonner pesant à en faire fuir un Doomeux ou d'une brutalité dissonante et abrasive totalement effarante, INCANTATION est grand, très grand. Ce premier album restera ainsi à jamais l'un des plus effrayants témoignages que le Death Metal, le vrai, l'old school qui joue des tripes en tutoyant les bas-fonds, ait pu laisser sur Terre.
Mais non, il n’échoppera pas de la note parfaite. Il l'aurait méritée, mais il ne devra y en avoir qu'une et elle ira à l'album suivant, à l'aura équivalente mais aux atmosphères autrement plus vicieuses et tentaculaires...

Conclusion... : première œuvre au statut aussi important que mérité, ravageant chair et esprit dans les ténèbres les plus pestilentielles qui soient...

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


EDGE OF SANITY
The Spectral Sorrows (1993)
Le meilleur des meilleurs... yeah !




BENEATH
The Barren Throne (2014)
Suck it, italy


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Craig Pillard (chant)
- John Mcentee (guitares, backings)
- Ronnie Deo (basse)
- Jim Roe (batterie)


1. Golgotha
2. Devoured Death
3. Blasphemous Creation
4. Rotting Spiritual Embodiment
5. Unholy Massacre
6. Entrantment Of Evil
7. Christening The Afterbirth
8. Immortal Cessation
9. Profanation
10. Deliverance Of Horrific Prophecies
11. *eternal Torture



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod