Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Evoken, The Chasm

INCANTATION - Sect Of Vile Divinities (2020)
Par POSITRON le 17 Mars 2021          Consultée 585 fois

"Dark Morue a fait un excellent travail pour toute ses chroniques de INCANTATION, et étant moi même en train de chroniquer la disco, j'aimerais savoir son avis sur cet album qui dans l'ensemble a été plutôt bien apprécié !"

C'était le message de Jazznoisegrinder dans notre BàD concernant "Sect Of Vile Divinities", l'INCANTATION 2020 dont vous lisez présentement la chronique, si, si je vous assure. Si je suis tout à fait d'accord avec notre cher lecteur concernant le travail de la Morue je dois malheureusement vous avouer que si je me retrouve à bien mal traiter cet album en archive, c'est parce qu'il est chiant. Fin de la chronique, rentrez tous chez vous.

Alors ouiiiii les fans seront contents, c'est toujours INCANTATION, iveul death onward to golgotha to conquer the throne of nazarene, fantastique, McEntee a une très grosse voix (meilleur point de l'album d'ailleurs) sauf que : non seulement le groupe a une vaste carrière à écouter avant celui-là mais en plus quantité de gens ont décidé de s'en inspirer de toutes les façons possibles depuis au moins une dizaine d'années. Un nouvel album d'INCANTATION ne présente donc d'intérêt que s'il se démarque de ses prédécesseurs et de sa concurrence soit par la qualité, soit par un autre moyen.

Et pour se démarquer, "Sect Of Vile Divinities" a décidé d'arborer la production la plus claire du groupe - ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose – ainsi que la plus légère. Et là, aïe, oups, bigre, flûte, on flaire l'embrouille. Le style ultra-lourd, les abysses tartaréens, le proto-carvern-core, le MAL qui essaye de faire propre sur lui ? Alors oui ça reste une prod de Death Metal, ok, mais déjà que les deux derniers albums du groupe vivaient dans l'ombre de "Vanquish In Vengeance" (sans parler des trois premiers bien sûr), direct "Sect..." part avec un désavantage supplémentaire. Heureusement que le songwriting est là pour la faire la différence.

Et non, je vous ai eu, c'est toujours pareil. Mais un peu différent. Mais toujours pareil. En gros depuis au moins "Vanquish" INCANTATION dévie toujours très légèrement de sa formule classique à quelques moments ("Entrails Of The Hag Queen", "Chant Of Formless Dread", "Black Fathom's Fire", "Guardians From The Primeval" ok ça fait quatre) mais globalement ça reste le même groupe, et pas spécialement en mieux.

D'une façon assez curieuse, que je ne m'explique pas totalement, cela contribue même à cette espèce de normalisation du style du groupe. Ce qui tue définitivement ce disque c'est cette impression qu'à part la voix, il semble qu'il aurait pu avoir été réalisé par n'importe qui. Le disque est plat. Les chansons défilent dans mes oreilles avec indifférence. Les blasts me laissent froid. La double-pédale est aussi omniprésente qu'accessoire. Je ne remarque que l'absence des réactions que l'album est supposé provoquer. Des albums de Death Metal de qualité similaire vous en trouvez un peu partout et je n'ai même pas le temps de tous les écouter.

Alors oui ce sont des vétérans, des musiciens accomplis, il reste une certaine maîtrise, on ne parle pas de trois adolescents amateurs qui se branlent dans leur garage. Vous me voyez bien désolé de dire toutes ces méchancetés sur un groupe que j'apprécie et que je place plutôt très très haut dans ma hiérarchie du Death Metal. Mais à ce niveau d'absence d'intérêt je me demande si je ne préfèrerais pas écouter les adolescents dans leur garage plutôt qu'un disque qui ne nécessite aucunement la puissance du machine learning et des réseaux de neurones pour qu'on puisse entièrement prédire son contenu. Et quand bien même il y aurait erreur de prédiction cette erreur me laisserait entièrement indifférent : cela est bien pire.

A lire aussi en DEATH METAL par POSITRON :


BLOOD INCANTATION
Starspawn (2016)
Remettre le mot "étoiles" dans le cinq étoiles.




7 H.TARGET
Fast-slow Demolition (2012)
Technosex avec un drill penis !


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Sonny Lombardozzi (guitares)
- John Mcentee (guitares, chant)
- Kyle Severn (batterie)
- Chuck Sherwood (basse)


1. Ritual Impurity (seven Of The Sky Is One)
2. Propitiation
3. Entrails Of The Hag Queen
4. Guardians From The Primeval
5. Black Fathom’s Fire
6. Ignis Fatuus
7. Chant Of Formless Dread
8. Shadow-blade Masters Of Tempest And Maelstrom
9. Scribes Of The Stygian
10. Unborn Ambrosia
11. Fury’s Manifesto
12. Siege Hive



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod