Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


INCANTATION - Dirges Of Elysium (2014)
Par DARK MORUE le 16 Juillet 2014          Consultée 1340 fois

Chaque formation ancestrale doit forcément se renouveler. Changer quelque peu la formule qui a fait son succès pour ne pas lasser son public. Parce que bon, au bout de 5-6 albums, en moyenne chaque combo a réussi à peaufiner sa formule, l'établir et sortir ce qu'elle pourra jamais faire de mieux dans le domaine. C'est là qu'on prend des directions un peu différentes, qu'on s'éloigne plus ou moins, qu'on tente et qu'on expérimente des trucs, tout en continuant de dire dans les conférences de presse que chaque nouveau skeud est le plus brutal jamais sorti.
Les INCANTATION, eux, leur réponse à cet adage, c'est simplement :
"Lol nope on s'en bat les couilles."
Voilà, c'est leur vision et on peut pas y faire grand chose. Renouveler la formule, changer la vision des choses, c'est pas dans leurs plans, mais alors pas du tout. Cela dit, quand c'est notre 10ème album et qu'on est à l'origine de toute une frange ultra massive du Death Metal, ben on peut se le permettre.

Du coup, si on a suivi l'évolution de nos New-Yorkais jusque là, à quoi on pouvait s'attendre ? Après un "Vanquish In Vengeance" à l'accouchement difficile, ils reviennent juste un an et demi après avec un nouvel album et un Alex Bouks en moins (du coup, retour à l'état de trio). En ces termes, on se dit que ça va juste être pareil, et c'est bien vrai. C'est plus ou moins exactement le même album. Une petite nuance près. Un truc a changé, la production, qui se fait bien plus claire. Moins massive, moins écrasante, avec un son de guitare qui bave moins, et du coup même si c'est infiniment plus précis (ça sonne comme un son de Doom quoi) ben perso je suis un peu déçu parce qu'on régresse au niveau du côté Panzer du précédent, surtout au niveau de la batterie mixée trop en retrait contrairement au chant, mais bon, c'est pas ça qui va nous pourrir l'écoute. D'ailleurs rien ne nous pourrira l'écoute, m'enfin bref. Surtout que pour une fois la pochette est absolument magnifique, ce qui est une première depuis... Euh... Ben euh... La création du groupe ?

"Dirges Of Elysium" est un bon album, c'est indéniable. Du très très lourd en sa catégorie même. Mais contrairement à son prédécesseur, qui était très attendu, la réaction n'est pas "tiens, un nouvel INCANTATION ? Voyons voir... ZOMFG C'EST OUF ENORME WOLALA JE JOUIS" mais plutôt "tiens, déjà un nouveau skeud ? Alors... Ouais c'est cool, pareil que celui d'avant quoi". Et du coup ben c'est pas facile, parce que bon, même si ce groupe a toujours été relativement immobile (les changements ne se faisant qu'à cause d'écarts de line-up qui empêchaient de refaire encore et encore la même chose), là on atteint des sommets. McEntee pose ses couilles et les tape bien fort, puis nous balance une autre montagne de riffs sinistres, de passages écrasants, de blasts et accélérations mortelles et voilà. Et ce avec talent et panache. "Dirges of Elysium" est d'ailleurs un des albums les plus sinistres, obscurs et Doomy que la bande nous ait refilé. Surtout une "From A Glacial Tomb" qui fait péter 7 min de doomeries, ou encore un titre final de 16 min (ouais ouais comme sur l'album précédent) totalement apocalyptique et torturé, la plus grosse réussite de l'album sans aucun doutes possibles tellement c'est bien mené et sans trop de longueurs, avec une gestion parfaite des montées en puissance.

Sinon, le reste du temps, si on retrouve ces pattes Doomesques à intervalles réguliers, ben putain ça tabasse. Après l'intro lancinante, "Debauchery" explose la gueule, "Bastion Of A Plagued Soul" met les bouchées doubles et nous roule dessus sans jamais s'octroyer la moindre pause dans ses blasts (putain comment ça pète wololo) tout comme "Charned Ground", le tout renforcé par l'énorme voix poilue et rageuse de John qui sonne plus massif que jamais et fait pas du tout ses quelques 45 ans. La recette habituelle d'INCANTATION en quelque sorte. Entre les ralentissements qui sentent la cendre, ça fonce et ça écartèle selon une recette établie depuis désormais quelques 9 albums. Et c'est un peu là qu'on tend à tiquer. Okay ils ont toujours le même mode d'emploi du morceau idéal et s'en contre-branlent de ce qu'on peut en penser. Ces gaillards ont fini par nous composer pratiquement 8 h de musique studio sans en avoir rien à carrer de ce qu'est la simple notion de renouvellement, intégrité par-dessus tout bitch. Mais du côté des auditeurs, c'est pas facile. Parce que juste... Pourquoi écouter cet album-là plutôt qu'un "Vanquish In Vengeance" un petit peu meilleur sur tous les plans, autant au niveau des énormes tubes que de l'alternance plus réussie avec les Doomeries ? Parce que certes si ici on trouve des titres absolument jouissifs comme "Carrion Prophecy" admirablement structurée, ou une "Portal Consecration" qui arrive à tout alterner et sert de modèle type de ce qu'est INCANTATION en tout juste 3 min au compteur sont carrément des raisons de faire l'acquisition de l'objet, tout ça ne respire pas le neuf et le déjà-vu est présent tout du long. Ergh.

Mais... Mais même si ce goût de déjà-vu est franchement relou pour moi, on sent que la démarche derrière n'est pas au recyclage, au repos sur les lauriers, régressif ou je ne sais quoi. Non, c'est juste "salut on est INCANTATION et on vous baise". Et du coup c'est chaud de le reprocher, parce que c'est de l'intégrité plus que de la facilité, parce que c'est juste qu'ils peuvent se le permettre sans se faire juger. Assumé. Volontaire. On refait le même album et on s'en bat les couilles, on ne propose rien d'autre qu'un prolongement et de nouveaux morceaux et c'est parfait c'est ce que veulent les gens. Meh.
Du coup c'est facile. Si vous aimez la bande de McEntee, alors jetez-vous sur cet album, injectez votre dose de Blasphemous Brutal Death dans les oreilles, vous en ressortirez ravi. Et si vous aimez pas, allez bien vous faire enculer.

Badabada : Album de routine, exactement ce qu'on en attendait, ni plus ni moins, alors pour oreilles averties.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


ABORTED FETUS
Fatal Dogmatic Damage (2011)
Les bouchers texans en Russie




FLESHCRAWL
Impurity (1994)
Ikea ist krieg


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- John Mcentee (chant, guitare)
- Kyle Severn (batterie)
- Chuck Sherwoods (basse)


1. Dirges Of Elysium
2. Debauchery
3. Bastion Of A Plagued Soul
4. Carrion Prophecy
5. From A Glaciate Tomb
6. Portal Consecration
7. Charnel Grounds
8. Impalement Of Divinity
9. Dominant Ethos
10. Elysium (eternity Is Night)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod