Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Machine Men, Wolf, Aria, Bruce Dickinson , Dio, Tokyo Blade, Raven, Saxon
- Membre : Iron Maiden, Wolfsbane, Rogue Male
 

 Site Officiel (416)
 Myspace (234)
 Chaîne Youtube (343)

BLAZE BAYLEY - The Night That Will Not Die (2009)
Par DARK BOUFFON le 3 Janvier 2010          Consultée 3777 fois

Revoilà BLAZE BAYLEY avec son nouveau groupe pour un live enregistré en Suisse, au Z7 de Pratteln, en décembre 2008. Cette « nuit qui ne mourra pas » a peut-être un titre un brin présomptueux mais c’est mal connaître le bonhomme et ses acolytes : il s’agit là d’un témoignage sincère et sans artifice de la nouvelle mouture du combo britannique.

Au menu : un tour d’horizon de la carrière du bonhomme même si la période WOLFSBANE a été passée sous silence. Certes, dans le même créneau, le chanteur nous avait déjà servis "As Live As It Gets" mais depuis ce live excellent, deux albums studio ont été accouchés... non sans douleur ! Ce nouvel album en public est donc une occasion de faire connaissance avec le nouveau visage du groupe de BLAZE BAYLEY : les frères Bermudez (guitare / basse), Jay Walsh (guitare) et Larry Paterson (batterie).

Alors bien sûr, depuis le live de 2003, de l’eau a coulé sous les ponts, le groupe a changé, le chanteur n’a plus le soutien d’un gros label ni la possibilité de s’offrir les soins d’un producteur comme Andy Sneap. Et c’est ce qui saute le plus aux oreilles : le son de ce nouveau live paraît brouillon avec des guitares parfois passées à la moulinette. Cependant, ce son très garage, qu’on avait déjà repéré sur la production de "The Man Who Would Not Die" (le précédent album studio) et qui ressort encore plus dans un album enregistré en public, ne fait que renforcer la hargne et l’énergie de la musique. Cela permet également de ne pas faire doublon avec le "As Live As It Gets" qui avait un son finalement très léché.

Quant à la set-list (23 chansons réparties sur 2 CD, excusez du peu !), elle offre un bon compromis entre anciens et nouveaux titres de BLAZE BAYLEY, tout en faisant un clin d’œil à la période MAIDEN. Les nouveaux titres issus de "The Man Who Would Not Die" (8 extraits quand même, cf. setlist) ont une patate incroyable en concert, les anciens titres de BLAZE sont interprétés de manière plus brute mais restent tout aussi savoureux. Quel plaisir d’entendre des titres issus de "Blood And Belief" ("Alive" et "Ten Seconds") ; on regrettera d’ailleurs qu’il n’y en ait pas davantage. Quant aux morceaux maideniens, diable que c’est jouissif d’écouter ces titres extraits pour la plupart de "The X Factor" (mis à part "Futureal"), décriés en leur temps, présentés ici avec un turbo au cul et une pêche monumentale !

Modérons néanmoins notre enthousiasme avec le constat que, même si BLAZE BAYLEY propose de la musique hautement addictive, la set-list présentée ici est assez monolithique et on en arrive parfois à regretter que certains titres plus « légers » ne soient pas davantage présents. Saluons quand même de nombreux moments qui mettent les poils, entre autres : l’épique "Smile Back At Death", la montée en puissance de "Stare At The Sun", l’impayable "Ghost In The Machine", le très rentre-dedans (et lourd de sens) "Alive", les maideniens "Lord Of the Flies" / "The Edge Of Darkness" et la power ballade gorgée d’émotion "While You Were Gone" dédiée à la femme (et manager) de BLAZE BAYLEY récemment décédée.

Le public est bien présent et le chanteur se plaît à le haranguer ou à le faire participer (sur "Kill And Destroy" en particulier). Quant aux musiciens, ils font bloc et communiquent une énergie démentielle, poussés par un BLAZE BAYLEY hargneux mais très en voix, dévasté par son récent deuil, et dont la musique ainsi que le public sont les seules raisons d’exister et de continuer (dixit ses propres paroles).

Vous l’aurez compris, ce live n’atteint pas le niveau du précédent mais il reste un album très agréable, desservi par une production limite mais, comme souvent avec BLAZE BAYLEY, offrant un capital sympathie bien plus élevé que la moyenne.

Note indicative : 3,5 (arrondi à 4) / 5

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BOUFFON :


SCORPIONS
Crazy World (1990)
Heavy metal

(+ 1 kro-express)



RAGE
Reflections Of A Shadow (1990)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
  N/A



- Blaze Bayley (chant)
- Jay Walsh (guitare)
- Nicolas Bermudez (guitare)
- David Bermudez (basse)
- Lawrence Paterson (batterie)


- cd 1
1. The Man Who Would Not Die
2. Blackmailer
3. Smile Back At Death
4. Alive
5. Identity
6. Kill & Destroy
7. Ghost In The Machine
8. Ten Seconds
9. Futureal
10. The Launch
11. Lord Of The Flies
12. Leap Of Faith

- cd2
1. The Edge Of Darkness
2. Crack In The System
3. Voices From The Past
4. Stare At The Sun
5. Born As A Stranger
6. Man On The Edge
7. While You Were Gone
8. Samurai
9. Robot



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod