Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (2 / 5)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Municipal Waste
- Membre : Infectious Grooves, Cyco Miko, Black Label Society, Metallica, F5
 

 Site Officiel Du Groupe (368)

SUICIDAL TENDENCIES - The Art Of Rebellion (1992)
Par POSSOPO le 15 Octobre 2006          Consultée 9749 fois

Album contradictoire et banni de la mémoire des fans les plus anciens de SUICIDAL TENDENCIES, "The Art Of Rebellion" est un disque à réhabiliter. On l'a vite accusé de mollesse, tellement la comparaison avec son exceptionnel prédécesseur mettait en relief son caractère mélodique. Peut-être quelques-uns ont vu en ce virage, pourtant nettement moins serré que ce qu'on peut entendre un peu partout, une trahison. Mike Muir aurait-il voulu faire enfler la popularité de son bébé ? L'argument est malhonnête. Oui, le frontman le plus bondissant de l'histoire du thrash (et pour cause, me direz-vous, l'homme est un "thrasheur" et non un "thrasheux", dernière lettre qui fait tout la différence entre un skateur à la culture de rue mélangée, baggy et t-shirt aux couleurs d'Independent, Santa Cruz ou H-Street et un chevelu en moule-caisson noir. Sa vision de la scène est logiquement influencée par le punk et le hip-hop) doit manger, vendre des disques, tourner quelques clips pour promouvoir son œuvre. Et puis, peut-on voir quelque chose de mal à vouloir acquérir un statut équivalent aux deux représentants du crossover les plus en vue en 1992, à savoir FAITH NO MORE et les RED HOT CHILI PEPPERS, formations infiniment respectables et portées aux nues par la toute-puissante MTV ?

La politique du groupe est en fait pleine de sens, et de sens artistique. La mutation thrash, en gestation depuis "Join The Army", a explosé au grand jour avec le sémillant mais violent "How Will I Laugh Tomorrow When I Can't Even Smile Today". "Lights…Camera…Revolution" a permis d'améliorer la formule. De façon tellement efficace que toute suite était impossible, à moins de se répéter et d'amorcer, très probablement, un premier déclin. Voilà pourquoi le cinquième album des Californiens explore une nouvelle voie. Et puis tout le monde semble également avoir oublié l'intérêt nouveau de Mike Muir pour la funk, très vite concrétisée au sein de la nouvelle entité INFECTIOUS GROOVES. Heureusement, "The Art Of Rebellion" n'est pas de ce bord et la fusion qui aboutira à l'indifférenciation des deux chérubins de Cyko Miko, INFECTIOUS GROOVES tombant dans la marmite metal alors que SUICIDAL TENDENCIES se laissait aller à la funkitude n'est pas encore à l'ordre du jour.

Le batteur RJ Herrera parti pour divergences personnelles, c'est à quatre, Josh Freese n'est embauché qu'en tant que batteur de session, que le groupe accouchera d'un disque puissant et révélateur d'une nouvelle volonté d'innovation. Ne fuyez pas, moshers de toute espèce, des brûlots tels que "We Call This Mutha Revenge" ou "Gotta Kill Captain Stupid" satisferont vos envies de baston. Et tentez d'accepter les orchestrations de cordes sur "Monopoly On Sorrow". Tout le reste demandera un temps d'adaptation mais le jeu en vaut incroyablement la chandelle. Les idées fusent sur cet opus varié, immanquablement moins compact que le plus jeune de ses aînés, mais toujours vivant. On sent Mike Muir toujours énergique derrière son micro, Rocky George et Mike Clark prendre un véritable plaisir à diversifier leur jeu. Et Robert Trujillo, me direz-vous ? La nouvelle star fait ce qu'elle veut et sans excès, regardée de près par le maître au bandana bleu.

Alors trêve de reproches sur une galette richissime, au son travaillé à l'extrême et qui ne devrait surtout pas avoir à pâtir de son voisinage avec "Lights…Camera…Revolution", comme c'est malheureusement le cas. Non, non, "The Art Of Rebellion" est un grand, un très grand album. Pigé ?

A lire aussi en THRASH METAL par POSSOPO :


PANTERA
Vulgar Display Of Power (1992)
Hormones mâles incorporated

(+ 2 kros-express)



ANACRUSIS
Screams And Whispers (1993)
Le thrash du futur aujourd'hui décédé


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   FENRYL
   MULKONTHEBEACH

 
   (3 chroniques)



- Mike Clark (guitare)
- Rock George (guitare)
- Mike Muir (voix)
- Robert Trujillo (basse)
- Josh Freese (batterie - non crédité)


1. Can't Stop
2. Accept My Sacrifice
3. Nobody Hears
4. Tap Into The Power
5. Monopoly On Sorrow
6. We Call This Mutha Revenge
7. I Wasn't Meant To Feel This / Asleep At The Wheel
8. Gotta Kill Captain Stupid
9. I'll Hate You Better
10. Which Way To Free?
11. It's Going Down
12. Where's The Truth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod