Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH, FUNK METAL...  |  STUDIO

Questions / Réponses (2 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Suicidal Tendencies
1988 How Will I Laugh Tomo...
2017 Get Your Fight On!
2018 Still Cyco Punk After...
 

- Style : Municipal Waste
- Membre : Infectious Grooves, Cyco Miko, Black Label Society, Metallica, F5
 

 Site Officiel Du Groupe (442)

SUICIDAL TENDENCIES - Year Of The Cycos (2009)
Par POSSOPO le 25 Septembre 2009          Consultée 7499 fois

SUICIDAL TENDENCIES a-t-il un jour réellement splitté ?
L'affaire mériterait enquête si on n'en avait pas marre d'assister à toute cette comédie grotesque. Sérieusement, le gang de blue bandana boys le plus grassou de tout l'ouest américain nous épuise avec sa politique d'atomisation forcenée. Petite revue de toutes les drôleries inventées par Mike Muir :

INFECTIOUS GROOVE : le seul side-project crédible, également celui qui a enterré le groupe d'origine. 1994, "Suicidal For Life", Groove Family Cyco", deux disques tellement proches que les pinceaux ont commencé sérieusement à se mélanger. Et une fois compris l'évidence, le second était d'une qualité supérieure au premier, SUICIDAL TENDENCIES était mort.

CYCO MIKO : Mike Muir se la joue simili solo et prend prétexte de la défaite de l'Amérique punk. Grobide s'en va castagner les GREEN DAY et autres OFFSPRING à coup de "vrai" punk.

NO MERCY : le petit dernier qu'on découvre sur ce split album. En fait l'avatar speed metal de SUICIDAL TENDENCIES, très imprégné du jeu de Mike Clark qui démarrera chez NO MERCY avant de débarquer officiellement chez les tendances suicidaires morceaux en main. Ainsi "How Will I Laugh Tomorrow When I Can't Even Smile Today" tournera à la démonstration thrash, ainsi naîtra "Controlled By Hatred/Feel Like Shit Deja...Vu" qui reprendra sans vergogne le répertoire de NO MERCY sans que personne ne s'en rende véritablement compte (et moi pas plus qu'un autre).

LOS CYCOS : déjà jeune, Mike Muir avait des envies de partout et de n'importe quoi. Résultat, ce combo de médiane des années 80 qui aura à peine vécu, qu'on retrouvera également repris sur l'étrange compilation de 1989 (je parle toujours de "Controlled By Hatred/Feel Like Shit Deja...Vu") et que probablement seuls les membres les plus anciens de la "Cyco Family" ont pu entendre jouer.

Ce n'est pas fini, il reste cette fameuse Family, collectif éparse dont on refusera de suivre les circonvolutions, trop de groupes éphémères. A la fin des années 90, Cyco Miko décide de se la jouer parrain, probablement influencé par la mode hip hop de l'époque, Dr Dre ayant grandement popularisé la fonction. SUICIDAL TENDENCIES est alors un fantôme dont l'aura profite à l'émergence d'un label qui étirera la biographie d'un artiste dont l'éparpillement devient fortement nuisible. L'artiste s'est, depuis peu, très officiellement reformé et on attend toujours le pressage d'une galette représentant autre chose qu'un gloubi boulga au sein duquel tous les potes, potes de potes, parents, concierge et chien popo auront versé des ingrédients. Indigeste.

Ce n'est pas pour cette fois.
"Year Of The Cycos" représente tout ce qu'on voulait éviter, un peu de notre SUICIDAL TENDENCIES bien-aimé noyé dans son propre délire et entouré de ses sbires, INFECTIOUS GROOVE et CYCO MIKO.

Tâchons de nous concentrer sur la substance, analysons ce bordel comme on peut.

Les plages 1, 2, 6 et 14 marquent le retour d'un SUICIDAL TENDENCIES metalleux, speedeux, toujours vener'. La surprise n'est pas mauvaise, la production a vingt ans d'âge, les compos et les soli aussi. On aime mais on craint que le quintette ne se morde sévèrement la queue.

La plage 4 porte à elle seule l'espoir d'un vrai retour, baigné d'un certain renouvellement artistique. Les Californiens se permettent une incartade "surf n' sun", moment calme et bœuf funkysant sur le sable tout en gardant les pompes imprégnées de cette bonne vieille asphalte fondue qui colle aux basques des gros depuis toujours.

Le troisième morceau constitue le moment le plus flippant de la galette, un SUICIDAL perdu entre tentations INFECTIOUS GROOViennes et un hardcore peu convaincant. Les souvenirs des derniers longue durée du combo resurgissent. Vite, on se casse !

Morceaux 5, 11, 13 : INFECTIOUS GROOVE s'éclate et se la coule un peu douce. Peu d'indications sur un avenir qui semble déjà écrit en pointillés pour une formule qui a vécu, une troupe qui nous aura gratifié d'instants funk metal d'une saveur folle dans ses premières années et qui vivote depuis presque 15 ans sans qu'on le sente investi d'une sincère envie de pondre un nouveau produit sérieux.

CYCO MIKO nous plante un hardcore sacrément infesté de tout ce qui fait les deux projets les plus aboutis de son chanteur patapouf. Ça se passe en plages 7, 10 et 12 et ça ne m'intéresse pas des masses.

Pour compléter ce merveilleux foutoir, un titre live, "Cyco Vision", du SUICIDAL rajeuni de 25 ans. 100% coreux.

Présenté de telle façon qu'on ne puisse digérer tout ça d'une traite sans finir la soirée à se caresser ses brûlures d'estomac, "Year Of The Cycos" n'apporte pas de réel indice sur ce qu'il se passera ensuite dans la tête de Mike Muir. Embêtant pour le moins car je croyais ce foutoir conçu pour aider les fans à sortir du labyrinthe Cycoland. Au contraire, l'attraction a encore grandi. Lâchons l'affaire !
Du coup, je préfère ne retenir que "Crazy But Proud", souvenir nostalgique des années 88 et 89, speederie préhistorique étiquetée NO MERCY, retour vers le passé douillet qui ne mène à rien sinon loin en arrière.
Quelle bonne blague.

A lire aussi en DIVERS par POSSOPO :


PANZERBALLETT
Starke Stücke (2008)
Euh...jazz ?! oui, jazz !!




FANTOMAS
Director's Cut (2001)
Euh...?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Mike Muir (chant)
- Dean Pleasants (guitares)
- Mike Clark (guitares)
- Steve Brunner (basse)
- Eric Moore (batterie)


1. No Mercy Fool!
2. Come Alive
3. Cyco Side Of The Brain
4. Life's Longer Than One Day
5. It's The Groove... Don't Fight It
6. Two Wrongs Don't Make A Right
7. Big Man
8. Crazy But Proud
9. Cyco Vision (live At Olympic Auditorium)
10. Beam Me Up
11. It's Automatic
12. My Summer Vacation / All Goes To Hell
13. Funny Farm
14. The Future's Now!



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod