Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Head, L.a.p.d.
 

 Site Officiel (10)
 Facebook (10)
 Myspace (12)

KORN - Untitled (2007)
Par CANARD WC le 4 Septembre 2007          Consultée 8529 fois
Vous avez beau hurler, pleurer et vous rouler par terre ; qu’on le veuille ou non, KORN a été un acteur incontournable de la scène Néo dans les années 90.

Son particularisme (son, originalité, style, jeu) est même devenu une marque de fabrique du genre. Et franchement, tout à fait entre nous, jusqu’à Issues (1999) le groupe a (quasiment) synthétisé le genre à lui tout seul. Pendant que beaucoup s’en prenaient maladroitement aux mauvais émissaires (citons LIMP BIZKIT pour mettre tout le monde d’accord), de 1994 à 1999, KORN a mené en 4 albums une réflexion allant de sa propre construction à l’auto-critique.

Puis, comme pas mal de groupes après une poignée de bons albums, ce fut l’heure du choix. On refait la même chose (c’est reparti pour un tour !) ou on tente une percée. A l’aube des années 2000, KORN a opté pour une re-direction. Vous noterez que je n’ai pas utilisé le mot « évolution » (bien trop mélioratif à mon goût). Depuis Untouchables (2002), KORN tente des trucs, essaie des machins et bricole avec des bidules.

Comme souvent dans ces cas-là, les fans se divisent alors en deux clans irréconciliables : ceux qui applaudissent cette redirection « courageuse » et ceux qui crient au scandale en se frappant le torse de désespoir. Bien entendu, la vérité est un peu entre les deux. La demi-teinte, le pastel, le clair obscur toussa.

Voici donc une série d’affirmations (assez proche malheureusement de la réalité) qu’on entend régulièrement depuis 2002 sur le groupe :

- « KORN c’était mieux avant »
Traduction : KORN a perdu en qualité depuis Untouchables.

- « KORN, ce qui les intéresse tout’façon c’est les brouzhoufs »
Traduction : leur redirection conserve(ra) toujours une connotation commerciale.

- « KORN y z’ont perdu »
Traduction : leur repositionnement artistique coïncide malheureusement avec une perte assez flagrante d’inspiration.

- « KORN ça crache plus comme avant »
Traduction : la rage sourde qui animait les premiers ébats du groupe s’est envolée au profit d’un cocktail moins « épicé ».

Je vous ai fait une belle explication des gravures, maintenant je vais pouvoir m’attaquer à l’album.

Untitled - le bien nommé - se situe dans la continuité des précédents albums et témoigne de la part de la bande à Davis de cette volonté d’explorer de nouveaux horizons musicaux. Ce revirement - avant déclin annoncé - témoigne d’une certaine lucidité. Plus inquiétant que violent, le Néo « made in KORN » est devenu une sorte de Rock torturé parsemé de touches Indus et Electro. Même le tube habituel qui fait du bruit est devenu presque « pop ». D’un point de vue général, le Néo semble depuis peu évoluer soit vers le « -core » quelque chose ou vers le Rock. C’est dingue.

Ce nouvel album ne déroge donc pas à la règle et confirme la tendance entrevue sur « Untouchables » (et un peu déjà sur « Follow » selon moi) : celle de s’écarter du Metal rugueux qui pique pour aller vers quelque chose de plus Rock, de plus moderne, de plus « easy listenable ». Un parallèle avec MANSON pourrait à ce titre être envisagé.

Toujours est-il qu’il ne faut pas détester ce Untitled pour de mauvaises raisons. Puis, c’est tellement facile de casser du sucre sur le dos de KORN.

Je vais donc faire court :

Quelques bonnes raisons de détester « Untitled » :

- La majorité des titres sont plats, insipides ... parfois même horripilants.
- KORN brasse un méli-mélo de pleins d’éléments sans imagination.
- L’album est décousu, sans aucune unité, empêchant de trouver toute cohérence dans cette succession de titres bancals.
- La production clinquante et les beaux effets cachent une inspiration désertique et un manque d’idées inquiétant pour l’avenir.

Voilà si on fait le bilan, on a quoi ? 1 bonne intro, 3 titres pas mal, quelques passages intéressants et une dizaine de titres inaudores (et non pas inodores). Pas de quoi se réveiller la nuit. D’ailleurs, vous pouvez aller vous recoucher, si quelque chose de valable se passe du coté de KORN dans les prochaines années, on vous tiendra informé.

Note : un tout petit 2/5

Morceaux préférés : "Evolution" et "Starting Over"




Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   CHAPOUK

 
   (2 chroniques)



- Jonathan Davis (chant, cornemuse, batterie sur 3,9, percu additionnelles sur)
- Munky (guitare, lap steel)
- Fieldy (basse)
- Terry Bozzio (batterie sur 1-2,6-8,11,13-14)
- Brooks Wackerman (batterie sur 4,5,10,12)
- Zac Baird (claviers, orgue, synthétiseur)


1. Intro
2. Starting Over
3. Bitch We Got A Problem
4. Evolution
5. Hold On
6. Kiss
7. Do What They Say
8. Ever Be
9. Love And Luxury
10. Innocent Bystander
11. Killing
12. Hushabye
13. I Will Protect You



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod