Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  LIVE

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Endstille, Necrowretch
- Membre : Abruptum, Devian, Hellfest Open Air Edition, Witchery
 

 Site Officiel (1169)
 Myspace (249)
 Chaîne Youtube (234)

MARDUK - Warschau (2006)
Par CANARD WC le 16 Juillet 2006          Consultée 6481 fois

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cette chronique. Moi qui sors tout juste d'une « RobHalfordite » aigue (maladie rare qui consiste à se tripoter en écoutant du JUDAS PRIEST en boucle), je peux vous dire que le passage de JUDAS à MARDUK a été brutal. Un putain de choc même. L’inutilité de la violence déployée par MARDUK vous saute quand même bien à la gueule. Putain que c'était dur après du JUDAS !

Le « Brutal True-Black » c’est quand même un univers Metal à part. Faut vraiment se (re)mettre dans le bain, prendre ses repères petit à petit, se forcer, enchaîner les écoutes... En même temps, c’est pas comme si je ne connaissais pas le groupe. Rien qu’en studio, quand on voit la brutalité inouïe et cette haine assourdissante que le groupe arrive à déployer, je me doutais que ce Live n’allait pas faire dans la dentelle avec pleins de mélodies et de riffs imparables. Mais quand même : imaginez ce que ça donne en Live avec un son compact, une ambiance poisseuse, sans overdubs et un public de zombies...

MARDUK est extrême.
MARDUK est en colère.
MARDUK vous le fait savoir !
Résultat : en Live, c’est une vraie boucherie.

Le « jusqu’au-boutisme » de la chose nous pousse à nous demander s’il est possible d’aller encore plus loin. « WARSCHAU » est à la frontière entre « Musique » et « Bruit ». Encore un pouce et on pourra remplacer les grattes par des tronçonneuses sans que les fans s’en aperçoivent. Par moment ça fait limite « bordel organisé ». Stigmate (eh eh) qui ne trompe pas : on met bien quelques minutes avant de reconnaître les chansons. Le fait que la moitié des morceaux du Live commencent strictement de la même façon ne fait que renforcer la confusion de l’auditeur.

Essayez de visualiser (auditivement) la chose : le public scande dans un brouhaha pas possible « Marduk Marduk ». MORTUUS vocifère le plus haineusement possible le titre du morceau (mention à l’intro de « Slay the Nazarene »). Le batteur donne trois coups pour la mesure puis blast beasts de rigueur tout le long. Les guitares sont quasi épileptiques. La basse vrombit tel un volcan cracheur.... La plupart du temps ça donne un bruit continu dans vos oreillettes qui fait à peu près « brrrrrrrrbrrrrbrrrr tsssstssss rarararararar aaaaaaaaaaaa ».... C’est littéralement « pied au plancher » tout le long. Vous n’aurez pas une seconde de répit.

A moins d’être un inconditionnel du Metal Extrême, il va vous falloir un sacré temps d’adaptation pour digérer une telle ... performance. « Warschau » n’est pas là pour séduire mais bel et bien pour vous violenter. Beaucoup d’entre vous ne tiendront pas plus d’une chanson. Seuls quelques survivants arriveront à se frayer à travers ce dédale de boucan cataclysmique un chemin vers une forme de « mystique ». La mystique du Metal Extrême en somme : une élite qui a réussi à apprivoiser le pire. Les autres sont des Falses.

Quand l’immense majorité crie à la nullité absolue, une infime partie s’extasie devant la prodigieuse violence qui se dégage du groupe. Pas de demi mesure. A ce petit jeu, MARDUK est très fort, l’aspect « sans concession » renforçant la conviction du noyau dur des fans autour de l’incompréhension générale.

La démarche de ce Live est donc ambivalente :

• sur le contenu, « WARSCHAU » intronise MORTUUS comme digne successeur de LEGION (le regretté Legion ajouterais-je). Si MORTUUS n’a pas le coté malsain ni les nuances de son prédécesseur, force est de constater que ses vociférations sont énormes, renvoyant Shagrath de DIMMU direct dans le générique des Bisounours ;

• plus généralement (philosophiquement ai-je envie de dire), « WARSCHAU » témoigne surtout de la volonté de MARDUK de ne jamais « transiger ». C'est la réaffirmation de quelque chose qu’on savait depuis longtemps. C’est pas demain la veille que le Metalleu lambda trouvera une porte d’entrée à cet univers.


« WARSCHAU » est donc un Live destiné exclusivement aux fans de MARDUK et à tous les amateurs de Black Metal Extrême. Comment aurait-il pu en être autrement ?

CRADLE du Black Metal ? Ah ah ah.


Note 3/5

Moments forts : “Slay the Nazarene”, “Bleached Bones”, “Sulphur Souls”

A lire aussi en BLACK METAL par CANARD WC :


ZEAL AND ARDOR
Devil Is Fine (2017)
Électro - Black - Gospel : tout est dit.

(+ 3 kros-express)



KVELERTAK
Nattesferd (2016)
Neuf nuances de gris foncé (et non pas 50 de Grey)


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



Non disponible


1. The Hangman Of Prague
2. Seven Angels, Seven Trumpets
3. Slay The Nazarene
4. Azrael
5. Burn My Coffin
6. Panzer Division Marduk
7. Blutrache
8. Bleached Bones
9. The Black...
10. Steel Inferno
11. On Darkened Wings
12. With Satan And Victorious Weapons
13. Throne Of Rats
14. To The Death's Head True
15. Sulphur Souls
16. Warschau
17. Wolves



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod