Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : God Seed, Aura Noir
 

 Site Officiel (1152)

DARKTHRONE - Goatlord (1996)
Par POSSOPO le 26 Juin 2004          Consultée 8787 fois

Beuuaaarhhhhh!
Pardon, j’ai vomi. Je vais nettoyer mais la prochaine fois, je garderai mon petit sac en papier près de moi avant d’écouter un disque, on ne sait jamais ce qui peut arriver.

La cause de ce reflux digestif est un album qui n’aurait jamais du voir le jour si ses géniteurs n’avaient pas désiré, en extirpant des bandes odieuses de leur grenier, récolter quelques fruits faciles à cueillir de leur popularité. Goatlord n’est autre que le disque qui aurait du succéder à Soulside Journey si DARKTHRONE n’avait pas vu la lumière grâce au prophète Euronymous. Ces bandes enregistrées en 1991 ne comportaient pas de voix, celles-ci ont été rajoutées en 1994 et l’album est finalement sorti pour le malheur des fans en 1996.

Musicalement, Goatlord se situe à peu près à mi-chemin entre Soulside Journey et A Blaze In The Northern Sky. Rien de très étonnant à cela, Fenriz, Zephyrous et Nocturno Culto devaient, à l’époque de son enregistrement, déjà se détourner progressivement du death metal terriblement classique de leur premier album puisque certains riffs lorgnent vers un black encore très primitif et surtout terriblement brouillon. Les changements de tempo, hérités d’un passé death encore tout proche, sont particulièrement risibles, car totalement inadéquats. L’ensemble sonne comme un collage au stick u-hu, c’est-à-dire sale et très approximatif, de motifs peu inspirés et qui ne rendent pas justice à leurs influences, ENTOMBED ou CELTIC FROST notamment.
Les voix prêtent également à sourire puisque, outre le fait que Nocturno Culto livre ici sa plus piètre performance, les interventions féminines horripilantes,chantées par Fenriz lui-même, et les passages parlés inutiles appelleront les pires moqueries.

Le duo diabolique avait un choix cornélien à opérer au niveau de la production. Reprendre l’esthétique impersonnelle et proprette de Soulside Journey, ou bien tomber dans une logique black metal de crudité absolue. Le tragédien français est vaincu et une alternative a été trouvée: Goatlord ne tombe dans aucun des deux schémas et se situe en-dehors de toutes les règles acceptables. Alors que le son des pistes instrumentales affirme un goût prononcé pour une vulgarité hideuse sortie d’une cave malodorante, les voix sont sur-mixées et démasquent le binôme maléfique: l’entreprise est bâclée et la copie finale est un abominable torchon que même le plus indulgent des professeurs sanctionnera par une note faisant chuter la moyenne générale de la classe.

Si vraiment, vous sentez l’urticaire attaquer votre épiderme s’il vous manque un disque dans votre collection, ruez-vous chez un bon dermatologue. Si les honoraires de celui-ci, probablement exorbitants, vous font reculer et qu’une démarche citoyenne vous conduit à ne pas accentuer la ruine d’une sécurité sociale malade de ses assujettis et de ses praticiens, achetez l’album mais évitez d’enfourner la galette dans votre mange-disques, il n’a certainement pas mérité pareille torture…c’est gentil, un mange-disques.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


The RUINS OF BEVERAST
Foulest Semen Of A Sheltered Elite (2009)
Du sombre tous azimuts

(+ 1 kro-express)



NOKTURNAL MORTUM
Goat Horns (1998)
Black metal


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Nocturno Culto (chant, guitares)
- Fenriz (chant, batterie)
- Zephyrous (guitares)
- Dag Nilsen (basse)


1. Rex
2. Pure Demoniac Blessing
3. The Grimness In Which Shepards Mourn
4. Sadomasochistic Rites
5. As Desertshadows
6. In His Lovely Kingdom
7. Black Daimon
8. Towards The Thornfields
9. Birth Of Evil - Virgin Sin
10. Green Cave Float



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod