Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tora Tora, Thunder
- Style + Membre : Bar 7
 

 Inoxydable (824)
 Myspace (515)

TESLA - Into The Now (2004)
Par THE MARGINAL le 18 Mars 2004          Consultée 6947 fois

Depuis la reformation du quintette de Sacramento en 2001, on guettait, on espérait la sortie d'un nouvel opus studio. Il y a bien eu la sortie du double live "Replugged live" la même année; lequel, comme son titre le suggérait, remettait en selle Tesla. Cependant, nous étions désireux d'écouter du nouveau materiel car le dernier album studio("Bust a nut") de la bande à Jeff Keith remonte à 1994.

Ayant pris son temps pour concevoir son nouvel album, Tesla rompt le silence en ce début d'année 2004 avec "Into the now", un disque constitué de 12 nouvelles compositions personnelles. Alors, que vaut ce nouvel opus ? Produit par Tesla et Michael Rosen, "Into the now" sonne de façon moderne. Que dis-je, la production est monstrueuse. Les riffs de guitare sonnent de façon plus crue, plus metal; on pense même parfois à Nickelback. Ceci étant, ce "Into the now" reste du Tesla. On retrouve les éléments propres au combo de Sacramento; à savoir la voix éraillée et bluesy de Jeff Keith, un songwriting de qualité, des compos en béton et le feeling bluesy des musiciens. Le tout a été réactualisé par un son et une production raffraichissantes, mais il n'y a pas pour autant des machines et des samples.

A présent, voyons chaque titre en détail un par un. Let's go:

- Into the now: Belle entrée en matière pour Tesla qui se fend d'un mid-tempo heavy-rock très puissant et assez sombre. On y trouve quelques petits effets dans les solos pas désagréables.
- Look @ me: Encore un titre mid-tempo heavy de la part de Tesla. Bien qu'assez sec et percutant, avec un son de basse épais; on ressent le feeling bluesy propre au groupe et la gouaille de Jeff Keith fait des merveilles. Après une bonne mise en jambe, voici là un bon enchainement.
- What a shame: Titre un peu moins rentre-dedans, plus subtil, plus axé vers le son hard-rock de la fin 80's/début 90's avec, en prime, des grattes acoustiques présentes. Un titre que n'aurait pas renié Jon Bon Jovi sur son album solo "Blaze of glory".
- Heaven nine eleven: Assurèment le titre le plus moderne de l'album. Si on sent bien l'influence de Nickelback, il ne s'agit pas pour autant d'une resucée de ce qui est tendance. Chanson inspirée par le tristement célèbre 11 septembre 2001 et dotée de paroles profondes et lourdes de sens; celle-çi alterne couplets calmes et mélancoliques, gorgés de guitares acoustiques folk, d'harmonies bluesy soutenues par une rythmique moderne(limite indus), et refrain heavy qui bastonne furieusement. Derrière les fûts, Troy Luccketta fait admirer ses talents de cogneur. Un titre qui devrait faire mal en live.
- Words can't explain: Superbe ballade acoustique bluesy sur laquelle la voix de Jeff Keith est vraiment magnifique de sensibilité et les guitares de la paire Frank Hannon/Tommy Skeoch sont parfaitement complémentaires. Le genre de ballade que n'a pas réalisée Aerosmith depuis des lustres.
- Caught in a dream: Encore une jolie ballade acoustique qui fleure bon l'authenticité et le feeling du blues, de surcroit enjolivée par un refrain bien ficelé. La voix de Jeff Keith est chargée d'émotion. Ce titre est un peu dans l'esprit de certains titres acoustiques de "Bust a nut".
- Miles away: Vous souvenez-vous de "Call it what you want" et "What you give", les 2 superbes compos du magnifique album "Psychotic supper" ? Et bien, ce titre s'inscrit dans cette veine et c'est parti pour 6'55 de pur bonheur ! Guitares acoustiques et riffs heavy se passent joyeusement le relai, tanndis que Jeff Keith se montre encore une fois imperial(mais rien de surprenant, n'est-ce pas ?). Une composition en béton, peut-être l'une des meilleures de l'album.
- Mighty mouse: Mid-tempo alternant couplets mélodiques et refrain plus heavy ,plus intense. Ce titre a de fortes consonances 70's et flirte même avec le stoner sur le refrain, mais les solos restent bluesy dans l'âme et la section rythmique muscle bien l'ensemble.
- Got no glory: Titre très puissant, heavy et dégageant une atmosphère sombre. Le refrain n'en reste pas moins accrocheur et les guitares ont un son assez vintage. Ce titre ne déparerait pas sur "Bust a nut" et quelques notes de guitares acoustiques apparaissent pour conclure le morceau: une belle trouvaille de la part de Tesla.
- Come to me: Titre acoustique sur lequel on ressent bien des influences folk, voire rock sudiste. Les guitares électriques apparaissent au moment du refrain, absolument magnifique. Voilà un titre que ne renieraient pas Tom Petty et Lynyrd Skynyrd et qui prouve que Tesla a superbement assimilé le patrimoine musical de son pays.
- Recognize: Mid-tempo heavy et sombre, voire inquietant; joué sur le tempo de l'urgence. Ce titre dégage beaucoup d'émotions, renforcé par un pré-refrain groovy, voire funky et un refrain assez catchy. A signaler qu'un petit duel(assez bref) de guitares bluesy vient cloturer la chanson.
- Only You: L'album s'achève par une autre(une de trop ?) ballade acoustique, ce coup-çi sans la présence de la section rythmique. Contrairement aux 3 précédentes ballades, celle-çi est nettement plus fade, plus rasoir. Ce titre, à mon goût, est inferieur au reste de l'album en raison de son côté un peu gnan-gnan.

Alors, quelles conclusions en tirer ? Et bien, on peut dire que Tesla a bien réussi son come-back et que ça valait le coup d'attendre la sortie de "Into the now". Tesla est resté fidèle à son identité, tout en ayant apporté une production plus moderne à sa musique. La voix de Jeff Keith est impeccable et c'est un réel plaisir de le réentendre. Frank Hannon et Tommy Skeoch ont fait du très bon boulot tant pour les parties de guitares acoustiues que pour les riffs bien tranchants; tandis que la section rythmique demeure toujours aussi solide.

On retrouve quelques éléments de "Psychotic supper" et "Bust a nut" sur cet opus, lequel permet à Tesla de franchir un pas en avant. Bon, "Into the now n'est pas le meilleur album de Tesla. Les solos de guitares y sont moins flamboyants, moins démonstratifs que sur "Psychotic supper", mais restent empreints de ce feeling bluesy qui est l'un des points forts, la marque de fabrique du groupe. On peut bien sûr regretter l'absence d'un(voire deux) titre(s) speed dans la lignée d'un "Cumin' atcha live", "Yesterdaze gone" ou "Don't de-rock me" en lieu et place de la ballade "Only you". Cependant, il y a quand même eu un gros travail sur ce disque et Tesla a gratifié son petit monde d'une belle leçon de songwriting (à ce propos, les paroles des chansons sont dans le livret).

Jusqu'à présent, je n'avais jamais été déçu par Tesla et ce n'est pas "Into the now" qui me fera changer d'avis. Toutes les chroniques élogieuses qu'on peut lire sur cet album dans les fanzines, les magazines et autres Webzines sont justifiées. Tesla démontre qu'il en a encore dans le ventre et il convient de saluer et fêter comme il se doit son retour en force. "Into the now" ne sera peut-être pas l'album de l'année 2004, mais il n'en sera pas loin.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


The TOLL
Sticks And Stones And Broken Bones (1991)
Hard us original et marginal




The FOUR HORSEMEN
Nobody Said It Was Easy (1991)
Hard rock


Marquez et partagez



Par THE MARGINAL




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Jeff Keith (chant)
- Frank Hannon (guitare, clavier)
- Tommy Skeoch (guitare)
- Brian Wheat (basse)
- Troy Luccketta (batterie)


1. Into The Now
2. Look @ Me
3. What A Shame
4. Heaven Nine Eleven
5. Words Can't Explain
6. Caught In A Dream
7. Miles Away
8. Mighty Mouse
9. Got No Glory
10. Come To Me
11. Recognize
12. Only You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod