Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (2 / 2)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Cellador, Gamma Ray, Pathfinder
- Membre : Biomechanical, Razor Of Occam, Intense, Solstice, Bal Sagoth
- Style + Membre : Heavenly, Power Quest
 

 Fan Site Francophone (269)
 Site Officiel (250)
 Myspace (270)
 Chaîne Youtube (220)

DRAGONFORCE - Valley Of The Damned (2003)
Par BAST le 24 Mars 2003          Consultée 8847 fois

Petit retour en arrière : Dragonforce est un groupe basé en Angleterre et qui jouit d’une assez bonne réputation dans le milieu undeground, réputation récoltée alors que le groupe s’appelait Dragonheart. Le changement de patronyme survenu peu avant l’enregistrement de cet album a été motivé par la trop fréquente confusion faite avec son homonyme brésilien qui évolue lui aussi dans un registre similaire, à savoir un heavy speed mélodique.

Voilà de longues années que Dragonforce éprouve Valley Of The Damned auprès des labels et des fans, notamment à coups de MP3, sous la forme d’une démo fort appréciée au sein de l’underground. A tel point que Noise a finalement décidé de le signer. Forts de cette intégration au sein d’un label dont la réputation n’est plus à faire, le groupe a pu s’atteler à l’enregistrement de leur premier album. Un album qui porte le même nom que la démo, peut-être pour mieux interpeller les fans à qui aurait échappé le changement de patronyme du groupe.

Un groupe anglais qui joue du speed mélodique, c’est assez atypique quand on sait combien ce pays est assujetti aux modes et que le metal traditionnel est loin d’en être une au sein des media influents. Mais Dragonforce n’est pas aussi anglais qu’on pourrait le croire puisque ses membres sont de nationalités assez diverses. Le guitariste Herman Li est originaire d’Hong Kong, le batteur est français, le chanteur originaire d’Afrique du Sud et le claviériste est Ukrainien. Seul le second guitariste, Sam Totman, est anglais. Pas d’allemands, non plus que d’italiens ou de finlandais dans ce groupe. Le choix de ce line-up de jouer du speed mélodique reste finalement tout aussi étonnant que si les membres avaient tous été anglais quand on sait combien les nationalités énumérées ici ne sont pas souvent associées à la scène metal.

La biographie du groupe stipule que les membres fondateurs de Dragonforce (Herman Li et Sam Totman) ont commencé dans la scène metal en jouant du death metal, mais qu’ils ont toujours voulu se rapprocher de la scène heavy. Une mise au point bien sentie qui veut tuer dans l’œuf les rumeurs quant à un certain opportunisme de la part de Dragonforce d’avoir opté pour du heavy speed en raison de son revival grandissant en Europe. Un groupe jouant du death qui se tourne vers du speed mélodique, cela peut surprendre mais d’autres groupes ont connu un revirement similaire. Je pense notamment aux suédois de Nocturnal Rites.

Quoi qu’il en soit, on peut effectivement sentir quelques influences death sur Valley Of The Damned, au niveau de la batterie ultra speed ou des changements de rythme voire parfois du jeu de guitare. En plus du death, les influences des membres du groupe sont d’ailleurs assez variées et ne sont pas forcément, comme l’on pourrait s’y attendre, tournées vers Helloween. Le résultat serait donc une sorte de mix entre l’agressivité du death et du trash (les soli, quelques lignes de chant), le côté mélodique de la scène heavy telle qu’on la connaît actuellement (les refrains fédérateurs, quelques intros, quelques chœurs, les nappes de clavier), le tout saupoudré de forts relents de NWOBHM, notamment au niveau de nombreux riffs et des lignes de chant. Finalement, le groupe dont se rapprocherait le plus Dragonforce serait à mon sens Lost Horizon, le côté cliché (guerrier) en moins (visuellement et musicalement) et une bonne dose d’agressivité en plus.

Parmi les titres les plus forts, je retiendrais l’épique Valley Of The Damned qui se caractérise par un tempo très enlevé, des lignes de chant lyriques, de nombreux changements de rythme ou un refrain fédérateur. Ce titre est une sorte d’Hammerfall en plus rapide et avec des influences anglaises nettement plus marquées. Les soli sont très techniques, bien plus proches de la scène trash américaine que se conformant à une quelconque obédience néo-classique. Enfin un guitariste qui ne se prend pas pour Malmsteen ! Le chant de ZP Theart est très aigu, c’est d’ailleurs l’une des caractéristiques de Dragonforce, qui pourra en agacer quelques-uns dans la mesure où, quoique technique et maîtrisé, il se fait un peu crispant par moment. C’est d’ailleurs un point de rapprochement que l’on peut faire avec Lost Horizon puisque ce reproche est régulièrement fait aux suédois. Black Winter Night est un autre titre tout à fait recommandable qui débute par une intro tout droit sortie des Keepers et sur lequel la rythmique est écrasante. Les lignes de chant sont assez recherchées, sans jamais céder à quelque facilité que ce soit. Le refrain me fait penser à du Nocturnal Rites. Le solo est très agréable, d’abord vertigineux puis plus en feeling. Si le groupe parvient à bien retranscrire ce titre en live, il devrait à coup sûr faire partie de ses classiques. Ce titre est d’ailleurs disponible en MP3 sur le site du groupe : http:///www.dragonforce.com. Starfire est une power ballade très réussie, assez typée FM, avec quelques orchestrations discrètes et un bien beau refrain. ZP Theart assure, même s’il peut encore une fois s’avérer énervant à toujours chercher les aigus de la sorte. Disciples Of Babylon est un morceau plutôt original dans le style. Bien qu’il commence par une intro à la Helloween et que le chant soit très proche de Kiske, il y a une volonté de la part du groupe d’enrichir le morceau de quelques éléments nouveaux. Je pense notamment au long break où le piano et la guitare acoustique ont de très nettes sonorités jazzy. Le long solo devrait finir de convaincre les plus réticents quand à la virtuosité de Herman Li. L’album se termine par deux titres plus typiques de la scène heavy speed mélodique. Un exercice dans lequel le groupe se montre très adroit. Evening Star convainc par son côté fédérateur et Heart Of A Dragon se distingue par son côté happy metal qui fait beaucoup penser à du Freedom Call.

Le résultat est un bon album qui se laisse agréablement écouter et qui, par sa volonté de brasser diverses influences, distille une certaine fraîcheur susceptible de plaire à ceux recherchant un peu plus d’originalité à leur style de prédilection. La production est exemplaire, œuvre entre autres de Karl Groom (Threshold) et de Tommy Hansen (Helloween…). La pochette est très réussie, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait qu’elle a été réalisée par Fournier.

Et justement, ne vous fiez pas trop à cette pochette, car le groupe ne véhicule pas autant de clichés que celle-ci pourrait le laisser croire. Les amateurs de power metal mélodique devraient apprécier cet album, car Dragonforce a réussi à digérer ses nombreuses influences pour mettre au jour un album assez personnel et assez agréable. Et les amateurs de guitare ne devraient pas se remettre de sitôt à l’écoute des nombreux et alambiqués soli de cet album.

La presse metal internationale et plus particulièrement allemande a émis d’excellentes critiques à propos de ce Valley Of The Damned. Il faut dire que le style adopté par le groupe anglais est très nettement calibré pour le marché d’outre-Rhin. Reste à savoir si Dragonfoce jouira d’un accueil similaire en France. Quoi qu’il en soit, le groupe est parfaitement armé pour rallier à sa cause de nombreux fans et sa volonté de proposer autre chose que ce que le speed mélodique nous habitue à entendre devrait plaire à ceux qui sont las d’une scène speed encombrée qui ne brille pas par son originalité. Un bon album œuvre d’un groupe prometteur.

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


THEOCRACY
Mirror Of Souls (2008)
Heavy/speed. Matt Smith a tout compris




POWER QUEST
Magic Never Dies (2005)
Power metal


Marquez et partagez




 
   BAST

 
   T-RAY

 
   (2 chroniques)



- Zp Theart (chant)
- Herman Li (guitare)
- Sam Totman (guitare)
- Didier Almouzni (batterie)
- Vadim Pruzanov (claviers)
- Diccon Harper (musicien additionnel - basse)
- Clive Nolan (musicien additionnel - clavier)


1. Invocation Of The Apocalyptic Evil
2. Valley Of The Damned
3. Black Fire
4. Black Winter Night
5. Starfire
6. Disciples Of Babylon
7. Revelations
8. Evening Star
9. Heart Of A Dragon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod