Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  LIVE

Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2017 Legends Of The Shires
 

- Style : James Labrie
- Membre : Headspace, Maiden United, Landmarq
 

 Myspace (713)

THRESHOLD - Two - Zero - One - Seven (2018)
Par METAL le 26 Février 2019          Consultée 1789 fois

Mine de rien, Nightfall In Metal Earth fête cette année son vingtième anniversaire… Certes, longévité ne rime pas toujours avec qualité et loin de moi l'idée de nous prendre pour les rois du pétrole (surtout en ces temps ou la forme prime sur le fond, hein) mais plus encore le fait de faire partie des dinosaures du web, c'est avant tout le plaisir de partager avec vous depuis si longtemps notre passion commune pour la musique qui m'emplit de joie et avouons-le aussi, donne un brin de fierté pour la somme de travail accomplie.

Vingt ans de NIME c'est donc très long et cela fait également quinze printemps que THRESHOLD y traîne ses guêtres avec, ce texte inclus, onze disques répertoriés pour cette excellente formation britannique qui peine toutefois à recueillir toute la reconnaissance qu'elle mérite malgré une premier disque paru il y a maintenant vingt-six ans. Mais si ce Live représente un éventuel bon ticket d'entrée pour découvrir la formation originaire de Maidenhead (Royaume-Uni, Angleterre, province du Berkshire, tu tournes à droite après l'église et c'est la troisième maison à gauche en partant du portail vert) j'ai un petit souci sur le fond de ce disque plutôt que sur sa forme (haha, on y revient).

Première information importante : "Two - Zero - One - Seven" rentre dans la catégorie des albums live à "budget serré". En effet, THRESHOLD qui a déjà sorti deux double-disques publics avec des moyens conséquents (l'excellent "Critical Energy" et le recommandable bien qu'un peu décevant "European Journey"), aime également sortir, de façon sporadique, des enregistrements live, produits hors contrat avec leur label du moment et distribués de façon plus confidentielle (*), dernière catégorie dont fait partie l'objet de cette critique. Alors pourquoi parler de ce "2017" alors que sur NIME je ne n'ai jamais daigné m'intéresser aux singles, bootlegs et autres cd-promo ? Tout simplement parce que le monde évolue et qu'aujourd'hui, un produit distribué uniquement dans les salles de concerts, sur le site internet d'un groupe ou en version dématérialisée, devient chose courante et risque même de devenir la norme d'ici peu. Et puis contextuellement parlant, ce disque fait non seulement la part belle à l’excellentissime dernier rejeton de la bande à Groom mais il est également le premier témoignage live avec Glynn Morgan depuis "Livedelica", sorti vingt-trois ans plus tôt (oui dans ce texte, vous en bouffez du chiffre).

Déjà, la production est correcte pour du "semi low-cost". Certes ça résonne un peu mais globalement le chant, les instruments et le public sont audibles et distincts... Le cahier des charges est respecté. La setlist, axée donc sur le dernier opus, a choisi de faire l'impasse sur les albums "March Of Progress" et "For The Journey", ce qui est regrettable pour les fans de ces deux très bons crus mais également pertinent pour les possesseurs de "European Journey" sorti à peine trois ans plus tôt et dont plus de la moitié était composée d'œuvres y figurant. D'ailleurs ce "Two - Zero - One - Seven" ne contient aucun titre de la période Wilson mais n'en oublie pas quatre indéboulonnables de l'ère McDermott, sur lesquels Glynn Morgan s'en tire avec les honneurs, tout en nous proposant avec "Innocent", un titre de "Psychedelicatessen". De ce fait, seuls quatre albums studio des Britanniques sur onze sont représentés… Ce qui est faible. Notons aussi l'absence d'un deuxième "vrai" guitariste, ce qui est regrettable (départ de Pete Morten, oblige), mais le leader du groupe se voit épaulé par Glynn Morgan pour moult parties de guitares rythmiques ou plus souvent pour doubler les mélodies de Groom et donner ainsi plus de relief. L'idée est bonne mais globalement ça manque un peu de matière et l'on sent qu'un deuxième guitariste officiel aurait été un plus indéniable et aurait donné un regain de puissance à l'ensemble ("Small Dark Lines" sonne un peu plat, par exemple).

Inutile toutefois d'en faire des caisses, ce disque est dans sa "forme", une réussite. Outre le choix judicieux des cinq titres de "Legends Of The Shires", l'on y retrouve avec plaisir le tube "Pilot In The Sky Of Dreams" et également "Mission Profile", très bonne composition du trop sous-estimé album "Subsurface". Mais évidemment les oreilles se tourneront sur la quatrième piste "Innocent", l'une des belles réussites de l'inégal "Psychedelicatessen" et qui permet surtout à Glynn Morgan d'y interpréter l'une de ses compositions de l'époque. À elle seule, elle donnera aux fans du THRESHOLD des quinze dernières années l'envie de se pencher sur leur début de carrière, fort intéressant bien que doté d'un son un chouïa désuet (prod aux sonorités un poil étouffées jusqu'à "Subsurface" inclus). Et pour peu que le paiement par Paypal via le site internet du groupe ne vous rebute pas, vous avez donc ici un achat tout à fait recommandable… L'album est de plus distribué par NonStopMusic, label créé par Karl Groom et Richard West pour sortir des petits Lives, EP et singles auxquels Nuclear Blast, leur label officiel ne s'intéresse guère, faisant ainsi de votre possible acquisition un bon moyen de renflouer la trésoreries des Anglais, ce qui est loin d'être inutile dans leur cas.

Bref, la "forme" est soignée mais on en arrive enfin au "fond" et c'est là où va se situer le bémol de cette chronique pour l'instant élogieuse. Sachez déjà que "2017" a été enregistré sur plusieurs dates, durant la tournée européenne de novembre/décembre 2017... Soit quinze dates possibles. Et là où ça me turlupine, c'est que sur les nombreuses vidéos disponibles de ces quinze dates (via internet et réalisées par des fans) et bien l'on y voit un Glynn Morgan fréquemment à la peine ainsi que des soli parfois "simplifiés" là où sur disque les prestations vocales et instrumentales sont quasi exemptes de défauts (ils ont toutefois laissé le tremolo limite proche du bêlement de Morgan sur "Pilot In The Sky Of Dreams", c'est cool). Et ça me chiffonne… Déjà à l'époque de "Critical Energy", on pouvait se demander si l'enregistrement audio du concert était vraiment fidèle à l'original tant le rendu nous donnait l'impression de prises studio avec bruits de foule et interactions chanteur/public rajoutées, mais si au moins cette question ne se pose pas sur "Two - Zero - One - Seven", allez savoir si les dix titres ici présents ne sont pas qu'un rafistolage de bouts de ficelle plutôt qu'un réel instantané live du groupe, chose qu'est sensée être ce disque.

Alors oui, je pinaille. Mais outre divertir nos oreilles, un album en public est un moyen de juger une formation sur sa capacité à présenter sa musique sans les artifices du studio en plus d'être un outil promotionnel pour nous inciter à aller les voir "en vrai" si une date se présente plus ou moins près de chez nous. Et si sur la forme le jugement est positif et l'envie d'aller à leur rencontre est réelle, dans le fond, j'ai un doute sur l'authenticité de l'œuvre en question, ce qui est bien dommage tant ce "Two - Zero - One - Seven" est une belle réussite… Aussi intègre ou factice qu'elle puisse être.

Note : 3,5/5 (arrondi, dans le doute… à 3/5).

(*) "Livedelica" en 1995 étant un peu à part car sorti presque en catimini sur leur label du moment, comparé à "Concert In Paris" en 2002 et "Surface To Stage" sorti en 2008, qui eux font partie de la famille des "disques auto-produits".

A lire aussi en METAL PROG par METAL :


SUPERIOR
Ultra - Live (2004)
Un excellent live mais ...




THRESHOLD
March Of Progress (2012)
Sugar !


Marquez et partagez




 
   METAL

 
  N/A



- Karl Groom (guitare)
- Richard West (claviers)
- Glynn Morgan (chant - guitare additionnelle)
- Steve Anderson (basse)
- Johanne James (batterie)


1. Slipstream
2. The Man Who Saw Through Time
3. Snowblind
4. Innocent
5. Stars And Satellites
6. Mission Profile
7. Pilot In The Sky Of Dreams
8. Hollow
9. Lost In Translation
10. Small Dark Lines



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod