Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL PROGRESSIF  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2017 Legends Of The Shires
 

- Style : James Labrie
- Membre : Headspace, Maiden United
 

 Myspace (357)

THRESHOLD - Psychedelicatessen (1994)
Par FREDOUILLE le 30 Juin 2009          Consultée 2618 fois

« Wounded Land » fut un bon départ. THRESHOLD de par son heavy metal progressif, plutôt léger au final mais superbement ficelé, avait incontestablement marqué les esprits en cette année 1993. Tant et si bien que le groupe anglais se positionnait même comme un sérieux « concurrent » pour les rois incontestés et incontestables du metal progressif de l’époque, j’ai nommé DREAM THEATER. L’histoire nous dira finalement que les deux groupes n’ont pas grand-chose en commun et restent foncièrement différents dans leur approche musicale. L’un privilégiant davantage la technique et les expérimentations, le second plutôt les mélodies, la simplicité et l’efficacité. Les deux combos se côtoieront d’ailleurs en 1995, lors de différents shows durant une tournée européenne qui suivra la sortie de « Psychedelicatessen », le second opus des Anglais.
Un second album initialement sorti en 1994, mais réédité en 2001 par Inside Out (le label du groupe à l’époque) en version remasterisée. Quelle bonne idée, surtout lorsqu’on réécoute l’édition de 1994. L’album avait quand même bien vieilli et méritait d’être dépoussiéré. Tout comme « Wounded land » d’ailleurs.
Cette nouvelle édition voit d’ailleurs deux titres bonus se greffer à la track list originelle (le planant et acoustique « Lost », et « Intervention » titre un poil longuet et se situant dans l’esprit du premier album « Wounded land »), ainsi qu’un disque bonus qui n’est autre que le mini live album « Livedelica » sorti en 1995 et enregistré lors de cette tournée européenne dont je parlais plus haut.

THRESHOLD voit tout d’abord l’arrivée de deux nouveaux membres et pas des moindres, Nick Harradence remplaçant Tony Grinham à la batterie et Glynn Morgan remplaçant Damian Wilson (que beaucoup d’ailleurs regretteront à l’époque et encore aujourd’hui) au chant. Des choix pas inintéressants au vu du contenu de « Psychedelicatessen » qui marque une évolution musicale par rapport à « Wounded land ». En effet, cette seconde galette se situe dans une veine plus heavy que celle de son prédécesseur, lequel se voulait un tantinet plus léger (trop !) et qui ne mettait pas assez en avant la puissance des guitares. De mon point de vue en tout cas. Avec « Psychedelicatessen », les choses sont « corrigées ». Dès les premiers riffs de « Sunseeker » par exemple, le premier morceau de l’album, la couleur est annoncée. Les guitares sont prédominantes même si les claviers de Richard West occupent encore une belle place. Toujours est-il que le groupe a décidé de jouer la carte de l’efficacité en privilégiant des riffs mordants, secs et finalement assez simples. Il en résulte une musique plus musclée, plus énergique, plus percutante aussi, le groupe prenant le soin d’amenuiser quelque peu les longues plages atmosphériques voire aventureuses que l’on pouvait retrouver sur le premier opus.
Mais que les fans de « Wounded land » se rassurent, la musique de THRESHOLD garde bien évidemment son identité et ce coté progressif que l’on aime tant chez lui à l’image du très bon « A tension of souls » (quelle ambiance sur l'introduction!) ou encore du très joli et nuancé « Babylon rising ». De ce fait, ils ne seront nullement dépaysés d’une part, parce que c’est toujours le duo Groom / Jeary qui mène majoritairement la danse et ce notamment dans la composition des titres, d’autre part parce que l’on retrouve avec un certain plaisir des titres qui auraient très bien pu figurer sur « Wounded Land » comme « Into the light » (dix minutes au compteur !) plus calme et atmosphérique dans l’ensemble (même si on possède là encore quelques passages assez musclés), idem pour « Babylon rising » au refrain doucereux, l’excellent « Devoted » et son magnifique passage atmosphérique du milieu ou encore « He is I am » dont les lignes de basse rappelleront sans conteste l’ancien matériel.
Par ailleurs, le jeu de Karl Groom et de Nick Midson associé aux claviers de Richard West (ce dernier ayant d'ailleurs composé la jolie ballade au piano qu’est « Under the sun ») reste toujours aussi intelligent et créatif (sur l’excellent « Will to give » notamment !). Enfin, « Psychedelicatessen » possède aussi son lot de soli à nous faire frémir (celui de "Will to give" est à pleurer et n'est d'ailleurs pas sans nous rappeler feu CONCEPTION - époque "Parallel Minds" - et son génial compositeur / guitariste Tore Ostby), ces derniers étant généralement très inspirés, mélodiques et surtout, surtout…rarement démonstratifs. Sincèrement du bel ouvrage et définitivement un gage de qualité chez le combo anglais.

Sinon, on saluera bien volontiers l’excellente prestation du nouveau vocaliste Glynn Morgan très à l’aise sur l’ensemble de l’opus, que ce soit sur les passages musclés et énergiques ou sur les passages calmes. Ce gars là fait montre d’un beau potentiel vocal au final ; tantôt rageur et énergique, tantôt subtil et fin (vous pourrez vous en rendre compte sur le titre "Devoted" où l'ensemble de ces capacités sont présentes). Un chant diversifié donc, qui véhicule peut-être moins d'émotions que celui de Damian Wilson mais qui convient à la perfection aux différents paysages et facettes affichés par les compositions de ce second opus.
N’oublions pas non plus que Glynn Morgan a également composé deux des meilleurs titres de l’album avec le très autoritaire « Will to give » (petite intro à la basse fort sympathique et une montée en puissance somptueuse! Explosif!) et le magnifique et sombre « Innocent » (un délice que ce morceau d'ailleurs ! Écoutez moi donc cette intro et cette mélodie ! Glynn y est d’ailleurs absolument irrésistible ).

« Psychedelicatessen » confirme donc tout le bien que l’on pensait de THRESHOLD après avoir écouté « Wounded land ». Un groupe très talentueux, ayant un sens de la composition particulièrement intelligent, l’ensemble étant encore une nouvelle fois particulièrement bien foutu et agrémenté d’arrangements particulièrement soignés. Plus heavy, moins complexe et aventureux que « Wounded land », « Psychadelicatessen » saura vous ravir (oui vous ! Fans de prog ou de heavy) à n’en point douter et n’est finalement pas si éloigné de ce que les Anglais nous proposent encore aujourd’hui.

Très bel album tout simplement.

Note : 3.5/5.

Morceaux préférés : « Devoted », « Will to give », « Innocent », "A tension of souls".

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


WAKEN EYES
Exodus (2015)
Du travail d'orfèvre ! Chef d’œuvre !




MAGELLAN
Impending Ascension (1993)
Grandiose tout simplement !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Glynn Morgan (vocals)
- Karl Groom (guitars)
- Nick Midson (guitars)
- Jon Jeary (bass, backing vocals)
- Richard West (keyboards)
- Nick Harradence (drums)


1. Sunseeker (7:38)
2. A Tension Of Souls (7:10)
3. Into The Light (10:00)
4. Will To Give (4:54)
5. Under The Sun (3:05)
6. Babylon Rising (4:42)
7. He Is I Am (5:51)
8. Innocent (4:43)
9. Devoted (7:32)
10. Lost (2:42)
11. Intervention (8:25)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod