Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ORIENTAL  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2007 Hope
2010 1 Desert Call
2011 2 Tales Of The Sands
2016 1 Legacy
2019 1 Shehili
2019 1 Live In Carthage
 

- Style : Kamelot, Symphony X, Orphaned Land, Cyhra
- Membre : Nawather, Pirania, The Mars Chronicles , Eths, Out Body Experience, Fairyland
 

 Myspace Myrath (1309)
 Site Officiel Du Groupe (1232)

MYRATH - Live In Carthage (2019)
Par FREDOUILLE le 13 Avril 2020          Consultée 2514 fois

Quand MYRATH met encore les petits plats dans les grands… Cela donne un SHOW (avec un grand S) tout bonnement exceptionnel pour ne pas dire dantesque ! Ce "Live In Carthage" disponible pour le moment en version CD et DVD (ma version est l'édition limitée et numérotée sortie à deux mille exemplaires) constitue la nouvelle offrande et le premier témoignage officiel live des Tunisiens après la sortie de déjà, cinq excellents disques. Des albums studio qui, comme s’il fallait encore le rappeler, ont fait de MYRATH ce qu’il est à ce jour, soit une des valeurs montantes et désormais une valeur sûre de la scène Metal. À la clé ? Un Blazing Desert Metal (comme aime à l’appeler le groupe !) unique en son genre, et d'un charme fou, irrésistible, et qui puise aussi ses influences dans le patrimoine musical traditionnel des origines arabo-tunisiennes du combo. Leur talent n’est plus à démontrer, leur réputation n’est également plus à faire tant, au fil des années (plus de douze ans maintenant), MYRATH est monté en puissance - que de chemin parcouru tout de même ! - fort d’un travail soigné et minutieux de tous les instants. Tous leurs efforts studio sont de véritables pépites (si, si, même "Hope" leur premier opus sorti en 2007 et qui était plus orienté Prog) comme en témoigne d’ailleurs le petit dernier et récent album "Shehili" sorti en 2019. Disque absolument superbe et qui contient bien évidemment quelques perles Metal à savoir "Born To Survive", "Monster In My Closet" ou encore ce single qu’est le très accrocheur "Dance".

Ce "Live In Carthage" qui a tout de même nécessité cinq mois de préparation, était donc attendu comme jamais et franchement il est véritablement à la hauteur de nos espérances. Il devrait à n'en pas douter ravir les fans du groupe, de la première heure à la dernière, tant les Tunisiens nous font vraiment plaisir sur scène avec une setlist particulièrement alléchante (on y reviendra). C’est d’ailleurs une première dans le monde oriental et arabe, le gouvernement qui fait appel à un groupe de Metal pour jouer dans le festival le plus renommé en Tunisie (Festival de Carthage - Live joué pendant la 54ème édition du Festival) mais également un des plus prestigieux dans le monde. C’est donc au théâtre antique de Carthage, de nuit et en plein air, que MYRATH va donner certainement un de ses plus beaux shows en ce mois de juillet 2018 et ce, devant un peu plus de sept mille spectateurs. Parmi eux beaucoup se sont déplacés depuis la France, la Suisse, la Belgique, l’Algérie, l’Égypte et même du Japon, c’est dire toute la reconnaissance et le succès que connaît MYRATH. Le décor, oriental ça va de soi (regardez la pochette, ça vous donnera déjà une petite idée), est complètement à la hauteur du talent des Tunisiens. La scène est splendide et est constituée notamment d’une pyramide de sept écrans géants LED (une première d'avoir la scène de Carthage avec tous ces écrans !) pour un jeu de lumières impressionnant.

Et la setlist comme je l'écrivais plus haut est particulièrement intéressante avec pas moins de dix-huit titres/plages dont "Asl" et un solo batterie de Morgan Berthet situé en fin de concert et qui sera propice à la participation du public. Bien évidemment, le Live met déjà en avant quatre titres (dont "Asl") du futur album que sera "Shehili" (album qui ne sortira pourtant qu’en 2019), mais aussi sept titres de l’excellent "Legacy", cinq titres de "Tales Of The Sands" et seulement un titre du pourtant et non moins excellent "Desert Call" (2010) avec la tuerie qu’est "Madness". Autant dire que la setlist contentera les plus metalleux d'entre vous puisque les titres les plus lourds de "Tales Of The Sands" sont ici joués.
Le concert démarre par "Asl" introduction orientale au possible, en chant arabe, avec sa troupe de huit musiciens pour un petit récital de percussions (darbouka et bendir à l'appui) et accompagnée d'Elen la danseuse officielle du groupe. Une entrée en matière particulièrement soignée et séduisante histoire de chauffer le public avant que ne débute un "Born To Survive" absolument fantastique avec son break tribal des plus astucieux et devant une foule en délire. Un premier titre qui met l’ambiance et plante le décor d’entrée de jeu. D'autant qu'il met déjà en avant une production des plus soignées et de la plus haute qualité (production signée Kevin Codfert).

Le son est relativement puissant et clair, et met réellement en valeur l’ensemble des instruments que ce soit la batterie de l’ami Morgan Berthet, la basse d’Anis particulièrement en vue ici et qui ajoute quelques couches groovy à la section rythmique (cf. sur "Wide Shut" lorsqu’elle est accompagnée des orchestrations orientales, basse clinquante sur "Merciless Times" et son chant en arabe, ou en solo sur "Get Your Freedom Back"...), les claviers de Kevin Codfert (cf. "Wide Shut") et d’Elyes Bouchoucha, les percussions (cf. "Merciless Times"). Enfin même les orchestrations sont au premier plan, sans oublier non plus la guitare de l'excellent Malek Ben Arbia, virtuose de la sept-cordes et qui, s'il n'a pas toujours des postures académiques, nous délivre ici d’excellents soli techniques et carrés. Personnellement, je trouve que la prise de son est vraiment top (l’écoute au casque est vraiment agréable et amplifie même ce ressenti) et on perçoit aussi et parfaitement le public soit scander le nom de MYRATH (après "Born To Survive"), soit chanter. C’est pourquoi le single qu’est "Dance", plutôt accessible et "light" prend ici toute sa dimension et sa splendeur sur ce Live. Zaher Zorgati est également très en voix sur ce concert et délivre là une superbe prestation que ce soit sur les titres les plus agressifs que sur les morceaux tout en délicatesse ("Duat", "Endure The Silence"). Il communique d'ailleurs avec le public que ce soit en anglais, en français et en arabe mais sans en faire des tonnes et il sait aussi et parfaitement mettre l’ambiance, sur "Sour Sigh" notamment et durant le solo de batterie de fin de concert.

MYRATH propose donc des titres plutôt accessibles mais qui font tous leur petit effet et passent haut la main l'épreuve de la scène à savoir "Dance", "No Holding Back" ou encore ce très chouette "Believer" avec qui plus est son magnifique intro "Jasmin". "Believer" dont les lignes mélodiques orientales associées aux percussions font mouche, offre également un très joli visuel avec la présence de la danseuse et de ses ailes de papillon illuminées. C'est beau, assez bien pensé, et au final très professionnel. "Believer" bénéficie même ici de la courte introduction du clip (non dispo sur album) et des images du clip en fond sur les écrans Led.

Et si les singles sont passés en revue, rassurez-vous, le combo n'en a pas pour autant oublié les fans de la facette la plus agressive de MYRATH. En effet, nous avons droit à des titres tels que "Wide Shut", "Merciless Times", "Tales Of The Sands" et "Madness". Des morceaux qui durcissent le ton et renforcent l’impact de la musique de MYRATH en live. L’alambiqué et le lancinant "Tales Of The Sands" et sa superbe introduction orientale, ses rythmiques galopantes, ses percussions et une basse omniprésente, mettra le feu aux poudres. Idem, pour "Madness" qui décidément fait toujours autant voyager et défonce tout avec sa rythmique de folie et ses riffs entêtants. Le titre est bien évidemment des plus séduisants et est également propice ici à faire participer le public. Dommage que le combo tunisien n’ait pas mis davantage en avant l’album "Desert Call" dans sa setlist, on aurait pu espérer voir jouer le puissant "Shockwave" ou encore "Forever And A Day". On n’oubliera pas non plus, "Beyond The Stars" qui cartonne bien aussi avec là aussi une rythmique des plus musclées, et cette accalmie orientale du plus bel effet qui nous offre là et visuellement une petite danse du ventre, exercice qui se prête parfaitement à l'ambiance bien évidemment. Un titre qui se termine d’ailleurs en une pluie de confettis (fin du concert !).
Enfin, on n’omettra pas non plus la triplette charmante qu’est "Endure The Silence" / "Nobody’s Lives" / "Duat" qui apporte son lot de mélodies luxuriantes. "Endure The Silence" lequel offre une petite cassure de rythme avec ses quelques notes de piano atypiques et sa mélodie enchanteresse permet ici une belle complicité entre la voix toute en délicatesse de Zaher et le public. "Nobody’s Lives" qui s’ensuit prend également une dimension encore plus forte sur ce Live avec ce break totalement jouissif en langue arabe, Zaher se mettant alors au plus proche du public. Enfin cette histoire d’amour qu’est "Duat" ne manque décidément pas non plus de charme avec ses belles mélodies là aussi et cette fin en apothéose entre le chant de Zaher et les claviers d’Elyes.

Vous l'aurez compris, MYRATH nous a encore régalé sur ce DVD live avec ce superbe concert. Décidément, rien ne semble arrêter l'ascension des Tunisiens auteurs ici d'une performance de haute facture. Une heure trente de concert sans fausse note dans une ambiance conviviale et chaleureuse, une scène particulièrement soignée et splendide avec de jolis décors, une présence scénique au carré de la part du groupe avec des danseuses pour amuser la galerie mais toujours en phase avec ce que le groupe propose musicalement. Et une production aux petits oignons vraiment tip top. Du grand art sans déconner ! Je dirais que ce splendide Live qui est plutôt bien filmé d'ailleurs, proposant de multiples plans variés sans faire mal aux yeux comme parfois, et qui ne privilégient pas l’un ou l'autre des musiciens, n'est autre qu'une sorte de consécration pour MYRATH. Un Live qui semble clôturer, et de quelle façon, une première partie de carrière amplement réussie. Ce groupe nous avait convaincus sur album studio, il nous épate cette fois en live. Merci sincèrement les gars pour tout le plaisir que vous nous (me) procurez !

Note : 4,5/5 arrondie à 5/5.

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


PAIN OF SALVATION
In The Passing Light Of Day (2017)
If this was a rebirth?




PAIN OF SALVATION
Be (2004)
Déroutant mais subtil et splendide!


Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Zaher Zorgati (chant)
- Malek Ben Arbia (guitares)
- Elyes Bouchoucha (claviers, chœurs)
- Kevin Codfert (piano, guitare, chœurs)
- Anis Jouini (basse)
- Morgan Berthet (batterie)


1. Asl
2. Born To Survive
3. Storm Of Lies
4. Dance
5. Wide Shut
6. Merciless Times
7. Get Your Freedom Back
8. Endure The Silence
9. Nobody's Lives
10. Duat
11. The Unburnt
12. Sour Sigh
13. Tales Of The Sands
14. Madness
15. Believer
16. No Holding Back
17. Beyond The Stars



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod