Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG POP MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2005 The 1st Chapter
2007 Isolate
2012 1 Nine
2016 Havoc
 

- Style : Pagan's Mind, Dream Theater, Symphony X, Bad Salad, Fractal Cypher, Thoughts Factory, Dreyelands
- Membre : Zierler, The Magnificent

CIRCUS MAXIMUS - Havoc (2016)
Par FREDOUILLE le 23 Novembre 2023          Consultée 674 fois

Et voici le cas CIRCUS MAXIMUS, groupe norvégien pas très prolifique s’il en est puisque "Nine" date de 2012 et "Havoc" dernier disque à date est de 2016. S’il y a bien eu le Live "Havoc In Oslo" en 2017, le groupe est plutôt aux abonnés absents depuis. À croire que les groupes norvégiens de Metal Progressif aiment se faire désirer. Suivez mon regard… car il y a aussi leurs compatriotes de PAGAN’S MIND absents depuis encore plus longtemps (leur dernier opus "Heavenly Ecstasy" datant de 2011 !). On me dit à l’oreille que PAGAN’S MIND sera cependant au Prog Power US en septembre 2024. Tiens idem pour CIRCUS MAXIMUS ! Espérons que d’ici là les deux formations nous sortiront du matériel neuf. En attendant leurs prochaines livraisons respectives, revenons donc à "Havoc" quatrième effort studio de CIRCUS MAXIMUS.

Les Scandinaves nous avaient laissés en 2012 avec un éblouissant "Nine" qui proposait des compositions plus Pop, plus mainstream que par le passé et marquant du même coup une jolie évolution musicale. Personnellement j’avais beaucoup aimé d’un point de vue contenu (rappelez-vous de cette merveille qu’est "Architect Of Fortune"), et apprécié la prise de risques. Je peux comprendre que cet album ait pu néanmoins en surprendre voire déçu plus d’un. Paix à leur âme. Car malheureusement pour eux CIRCUS MAXIMUS persiste et signe avec "Havoc". Pour le coup je trouve que cet opus s'inscrit dans la lignée de "Nine", mais en étant encore un peu plus soft (qui a dit commercial ?) et en accentuant encore un peu plus l’aspect Pop et léger de la musique puisqu’ici par exemple, vous ne trouverez même plus de titre agressif de la trempe de "Used".

CIRCUS MAXIMUS avance une nouvelle fois ses pions avec certitude et ambition (?) mais avec le risque de froisser encore un peu plus les fans de la première heure. Les Scandinaves délaissent en effet le type de morceau qui avait fait leur réputation sur leurs deux premiers efforts studio à savoir des compositions plus Progressives, plus techniques et plus ‘Metal’ qui empruntaient même à des formations de la trempe de SYMPHONY X (album "The 1st Chapter"). Cette époque est révolue. Sur "Havoc", CIRCUS MAXIMUS explore ici, encore un peu plus les contrées d’un Hard/Metal Mélodique et FMisant en s’inspirant d’influences assez diverses dont probablement la Pop Rock, la New Age ("After The Fire" et ses synthés d’un autre temps - années 80 - en est certainement la meilleure illustration) voire le groupe U2 aussi (il n’y a qu’à écouter "Flames" par exemple pour s’en persuader). Et d’autres éléments aussi si on s’en tient à l’énergique et accrocheur "Havoc", titre presque martial, avec notamment quelques pointes de MARILYN MANSON au niveau du chant c’est pour dire. D’ailleurs, ce morceau détonne un peu par rapport au reste du disque mais il présente non seulement de très belles parties de batterie mais aussi un final plus punchy doté d’un furieux solo guitare qui ravira les plus métalleux d’entre nous.

Alors oui l’ensemble des nouvelles compositions de "Havoc" peut paraître encore bien plus light que le contenu de "Nine", avec il faut bien le reconnaître moins d’agressivité, moins de passages techniques encore que… (un titre comme "After The Fire" pourrait me faire mentir malgré son apparat Pop), et davantage de passages calmes, déployant qui plus est de sublimes atmosphères tout à la fois sombres (celle géniale de "Highest Bitter") et feutrées (l’intro de "Loved Ones", celle de "Chivalry") nourries par des lignes de claviers bien souvent subtiles magnifiant des décors sonores absolument limpides et purs ("Loved Ones"). Et puis il y a sur "Havoc" des refrains mélodiques et terriblement doux, à la limite du Pop donc. Bien évidemment, les vocalises du très talentueux Michael Eriksen, aussi subtiles que délicates et incroyablement mélodiques accentuent encore un peu plus le constat. Je pense plus particulièrement au génial "After The Fire" (quel refrain dites-moi!), ou bien encore à "Remember" et ses subtiles guitares presque MUSE-iennes et doté d’une très jolie mélodie finale avec des chœurs d’enfants (!). Tout est plus soft sur "Havoc", plus calme, plus light, c’est une certitude mais n’allez surtout pas croire que les Norvégiens jouent désormais les doigts de pied en éventail. Le travail instrumental ici réalisé est toujours aussi impressionnant, la musicalité tout à fait exceptionnelle.

Le travail d’écriture est incontestablement des plus soignés et d’une finesse incroyable. Les mélodies et ambiances ont été travaillées comme rarement. À ce titre, je vous laisse aller découvrir le titre "Chivalry", magnifique tout simplement, d’une limpidité à couper le souffle et qui vous transporte littéralement. La mélodie finale est là encore d'une finesse remarquable et probablement qu’en live elle fera son effet. Tout cela n’empêche bien évidemment pas CIRCUS MAXIMUS de nous rappeler qui il était. Certes, la musique est moins Prog’ dans l’ensemble mais on pourra toujours trouver ici et là quelques plans plus complexes, purement progressifs et d’une limpidité hors norme (je pense notamment à "After The Fire", ses plans syncopés et sa succession déluges de claviers/solo guitare de toute beauté), des lignes de basse monstrueuses ("Highest Bitter"), des rythmiques à décoiffer un mammouth ("Havoc", "After The Fire" ou bien encore "Loved Ones") ou des soli claviers et/ou guitares à en écœurer encore plus d’un ("After The Fire", "Loved Ones") qu’ils soient empreints de feeling ou non.

CIRCUS MAXIMUS enfonce donc le clou avec "Havoc" mais pas forcément dans la bonne direction pour certains. Clair que ce disque ne plaira pas à tout le monde et en découragera plus d’un car pas assez Metal, pas assez agressif. Je peux le comprendre. Mais personnellement, j’ai beaucoup aimé cet album, sa musicalité, son élégance, ses belles mélodies et surtout cette sensation de légèreté voire de pureté. Doté d’une production vraiment top niveau, "Havoc" est un album vraiment brillant et comme un vent frais, il souffle là de nouvelles couleurs, de nouvelles sonorités, même par rapport à "Nine". Hâte désormais de connaitre la suite.

Morceaux préférés : "Highest Bitter", "After The Life", "Chivalry", "Loved Ones".

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


Michael ROMEO
War Of The Worlds // Pt. I (2018)
Bande son et compos au top ! Grandiose !




REDEMPTION
Frozen In The Moment - Live In Atlanta (2009)
En attendant le prochain opus, échauffez vous !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Michael Eriksen (chant)
- Mats Haugen (guitares, programmation)
- Lasse Finbråten (claviers, samples)
- Glen Møllen (basse)
- Truls Haugen (batterie)


1. The Weight
2. Highest Bitter
3. Havoc
4. Pages
5. Flames
6. Loved Ones
7. After The Fire
8. Remember
9. Chivalry
10. Loath (bonus Track)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod