Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Slaves On Dope, Reform The Resistance
 

 Linkin Park France (890)
 Site Officiel (192)
 Myspace (212)
 Chaîne Youtube (163)

LINKIN PARK - One More Light (2017)
Par METALINGUS le 19 Juin 2017          Consultée 2715 fois

Le premier single de "One More Light" avait de quoi inquiéter : on y entendait des relents de "Living Things", l’album Pop/Rock du groupe. Face aux nombreuses critiques et désireux de donner l’heure juste, Chester Bennington s’est adressé aux (nombreux) fans insatisfaits via une station de radio : « Soit vous aimez la chanson, soit vous ne l’aimez pas. Même si c’est parce que vous vous dites « Oh, il n’y a pas de Metal dedans, alors je ne l’aime pas », tant pis, ce n’est pas grave. Mais si vous êtes de ceux qui disent que c’est une décision marketing de faire ce disque, juste pour faire de l’argent, vous pouvez m’attendre dehors et je vais vous casser les dents, parce que c’est une putain de mauvaise réponse ». Voilà, tout est dit. Avec cette déclaration toute simple, LINKIN PARK admet sa volonté d’épurer le Metal de ses compositions afin de se tourner vers quelque chose de plus Pop. Mais le message est clair : le but de ce changement de cap n’est pas un objectif commercial, mais plus artistique. Autrement dit : Critiquez les titres, mais pas notre intégrité. Pour cette raison, je me dois de respecter le groupe.

Voilà donc la fin des compliments concernant "One more Light". Oui, je sais, c’est très peu. Car pour le reste, la déception est au rendez-vous. Bien sûr, il ne s’agit pas d’une trop grande amertume. Si on revient un peu en arrière et que l’on fait un récapitulatif de leur parcours sonore, on va vite comprendre à quel point il était facile de prédire cet échec. Après deux albums Neo teintés de Rock avec quelques samples bien sentis, LINKIN PARK se tournait vers un adoucissement de son, rendant plus accessible par le fait même certains titres sur "Minutes To Midnight". Personnellement, une fois la surprise passée, j’avais bien aimé l’album. Quelques morceaux plus tranquilles étaient très bien, "Leave Out All The Rest" et "Shadow Of The Day" en tête de liste. Certains titres plus Pop/Rock étaient également excellents, je pense notamment à "What I’ve Done" qui me faisait chanter dans ma voiture. En ce qui me concerne, je n’ai rien contre un changement de style, pour autant que la musique soit de qualité. Bien sûr, celle-ci n’était pas toujours au rendez-vous, certains morceaux étant moins inspirés. Puis est arrivé "A Thousand Suns", l’album le plus expérimental du groupe au fort relent Electro/Pop infect. C’était la fin de toute composition typée Neo mais également le début du départ de certains fans, ceux-ci ne reconnaissant pas le groupe qui leur avait sorti des titres comme "One Step Closer" ou "Don’t Stay". Dans ce marasme, peut-être oserais-je nommer "Burning In The Skies" qui était relativement correct. La suite avait été un peu mieux sur "Living Things", mais sans pour autant me redonner confiance dans le groupe. Difficile par la suite de penser que les Américains allaient remonter la barre. Quelques années plus tard : petite surprise, "The Hunting Party" ressemblait à un mix de tous les albums. Malgré quelques mauvaises surprises et un certain manque d’inspiration, les gars avaient prouvé qu’ils avaient toujours au fond d’eux quelques titres bien Heavy. Mais voilà, je sentais chez eux que les morceaux les plus agressifs avaient quelques choses de forcé, d’obligé. Un peu comme si les compositions avaient été écrites afin de satisfaire les fans. Il était donc logique que la méfiance soit bien là à la sortie de "One More Light".

Et voilà donc le groupe qui revient avec des expérimentations Electro/Rap/Pop hyper simplistes. Pour faire simple, on dirait que le groupe a repris là où "Living Things" s’était arrêté : aucun cri de la part de Chester, aucun riff de la part de Brad Delson, seulement quelques notes ici et là. C’est difficile de critiquer un groupe qui essaie simplement quelque chose de différent, particulièrement si l’envie était bien présente. Le problème ici n’est pas d’avoir fait un album Pop/Rock plutôt simpliste, mais simplement d’avoir manqué d’inspiration. De plus, la mode depuis quelques années chez LINKIN PARK est d’amener des artistes invités. Force est d’admettre que leur implication n’a jamais été vraiment bien utilisée. Par exemple, "Drawbar" avec Tom Morello à la guitare n’avait été au final qu’un instrumental fort décevant. Encore une fois, c’est le cas ici avec des apparitions fort peu mémorables.

Au bout de la ligne, bien que j’applaudisse à deux mains LINKIN PARK d’avoir décidé de se faire plaisir en pondant un album qui leur faisait vraiment envie, le résultat est simplement décevant. Bien sûr, il y aura toujours des fans prêts à défendre le groupe au nom de l’ouverture musicale, mais ce n’est pas ce dernier qui fait en sorte que "One More Light" est mauvais, mais simplement le fait que l’inspiration ne soit pas au rendez-vous.

Morceau préféré : Aucun.

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


JANE'S ADDICTION
Ritual De Lo Habitual (1990)
Le chef-d'oeuvre de Jane




SAIGON KICK
Devil In The Details (1995)
Un parfait ovni


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Chester Bennington (chant)
- Mike Shinoda (piano,rap)
- Brad Delson (guitare)
- Phoenix (basse)
- Rob Bourdon (batterie)
- Joe Hahn (programmation)


1. Nobody Can Save Me
2. Good Goodbye (featuring Pusha T And Stormzy)
3. Talking To Myself
4. Battle Symphony
5. Invisible
6. Heavy (featuring Kiiara)
7. Sorry For Now
8. Halfway Right
9. One More Light
10. Sharp Edges



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod