Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO/ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Slaves On Dope, Reform The Resistance
 

 Linkin Park France (888)
 Site Officiel (188)
 Myspace (208)
 Chaîne Youtube (159)

LINKIN PARK - Living Things (2012)
Par METALINGUS le 26 Mars 2017          Consultée 2121 fois

LINKIN PARK a été ma première peine d’amour. Le coup de foudre avait pourtant frappé fort avec "Hybrid Theory". La passion s’était concrétisée sur "Meteora" pour ensuite amener des doutes avec le troisième album. En effet, sur "Minutes To Midnight", LINKIN PARK avait montré pour la première fois un visage que je ne connaissais pas. Mais tout comme un drakkar voulant garder le cap contre vents et marées, j’avais soutenu le groupe. Puis, "A Thousand Suns" est sorti et ce fut la fin de notre liaison. Il s’agissait non seulement de mettre un terme à une si belle relation, mais aussi à un genre que les gars avaient développé et peaufiné au fil du temps. Le nouveau son « Electro/Techno/Rap/Rock » m’avait dégoûté et je me demandais pourquoi les Américains avait osé à ce point détruire toute cette belle confiance que j’avais en eux. LINKIN PARK m’ayant abandonné, j’étais alors parti sans me retourner afin de soigner mes blessures.

Le temps et les années ont ainsi passé, et avec eux l’arrivée de nombreuses nouvelles découvertes me permettant de connaître une pelletée de groupes prometteurs aux sonorités originales. Des musiciens que je pensais (naïvement) fidèles et loyaux envers leurs fans. Puis, grâce à la magie d’internet, le nouvel effort de LINKIN PARK m’est tombé dessus sans avertissement. J’ai alors hésité, me remémorant tous les bons moments passés avec ce groupe. À la fin, je me suis dit qu’"Hybrid Theory" a tout de même été mon tout premier album Metal, ce n’était pas rien ! Je pouvais donc logiquement donner une seconde chance et écouter la galette. Après tout, "A Thousand Suns" n’était peut-être qu’une erreur de parcours…

Je vais immédiatement mettre fin au (mini) suspense et simplement dire que "Living Things" est un mélange de tout ce que le groupe a pu faire par le passé… avec un très gros penchant pour "A Thousand Suns". Oui, les Américains en ont remis une couche en apportant dans le studio les fameuses touches Electro/Techno simplistes que l’on a eu droit sur leur infâme album précédent comme en témoigne "Lost In The Echo", "In My Remain" ou "Until It Breaks" par exemple. Je ne nomme que ceux-là, mais je peux vous assurer que les samples sont omniprésents un peu partout sur le disque. Vous allez alors me dire qu’il y en avait déjà sur les premiers essais du groupe, mais je vous reprendrai en disant qu’ils sont maintenant mis en avant et tiennent le devant de la scène aux côtés des vocaux.

Comme si se n’était pas assez, LINKIN PARK fait également dans l’autopompage. "In My Remains" et "Burn It Down" sont très comparables à "What I’ve Done", autant dans la structure que dans la mélodie. "Lies Greed Misery" et "Until It Breaks" mettent l’accent sur le Rap si cher à Mike Shinoda. N’étant absolument pas fan de ce style, je dirais qu’on parle ici des morceaux les moins réussis de l’album. J’écrivais précédemment que la galette était un mélange des albums passés. LINKIN PARK revient donc (l’instant d’une poignée de titres) à ses premiers amours : "Lies Greed Misery" et "Victimized" sont les instants les plus bourrins de la galette et ce qui se rapproche le plus des titres présents sur "Hybrid Theory" et "Meteora". Malheureusement, ils ont un arrière-goût de morceaux forcés. En effet, j’ai l’impression qu’ils ont été composés simplement pour plaire aux fans de la première heure, dont la majorité a depuis longtemps quitté le navire qui est en train de sombrer depuis un moment déjà. Le son de "Victimized", volontairement mal produit, rate la cible mais ne dure heureusement que moins de deux minutes.

Pour le reste, les New-Yorkais composent le même genre de morceaux que sur le très pénible "A Thousand Suns", c'est-à-dire dans la tendance très Electro/Techno simpliste et sans inspiration. La guitare est bien entendu mise en retrait pour notre plus grand malheur, ce qui est bien dommage car plusieurs morceaux auraient grandement bénéficié de quelques passages bien gras et saturés ("Burn It Down" en tête de liste) comme à la belle époque.

LINKIN PARK continue sa mutation, persiste et signe dans un registre fort différent que celui que nous avions connu et que plusieurs (dont moi-même) avaient tant aimé. Beaucoup vont les défendre en mentionnant simplement une certaine maturité, ce à quoi je répondrai que l’on peut évoluer ET faire de la bonne musique. Ce qui n’est malheureusement pas le cas ici avec "Living Things".

Morceau préféré : "Burn It Down".

A lire aussi en ELECTRO :


RAMMSTEIN
Herzeleid (1995)
Véritable coup de chaud sur la banquise martiale..

(+ 2 kros-express)



RAMMSTEIN
Live Aus Berlin (1999)
Electro indus metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Chester Bennington (chant)
- Mike Shinoda (chant,piano)
- Brad Delson (guitare)
- Dave 'phoenix' Farrell (basse)
- Joe Hahn (samples)
- Rob Bourdon (batterie)


1. Lost In The Echo
2. In My Remains
3. Burn It Down
4. Lies Greed Misery
5. I'll Be Gone
6. Castle Of Glass
7. Victimized
8. Roads Untraveled
9. Skin To Bone
10. Until It Breaks
11. Tinfoil
12. Powerless



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod