Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Slaves On Dope, Reform The Resistance
 

 Linkin Park France (887)
 Site Officiel (188)
 Myspace (207)
 Chaîne Youtube (159)

LINKIN PARK - A Thousand Suns (2010)
Par METALINGUS le 18 Mars 2017          Consultée 1743 fois

Être fan de LINKIN PARK n’est pas toujours facile. Si les deux premiers albums étaient solides et entraînants, force est d’admettre que le style pratiqué par les Américains était difficile à défendre dans notre beau milieu Metal. Tout de même, LINKIN PARK était mon premier groupe, le premier à m’avoir montré « la voie », alors je les défendais avidement. Avec "Minutes To Midnight", les premiers changements radicaux s’étaient opérés. On remarquait un adoucissement dans le son, certains titres étaient ouvertement accessibles à tous et on observait maintenant le groupe désireux de plaire à la masse. Le nombre de ballades était également en hausse et avec elles certaines sonorités électro/techno. Quand même, les Américains s’en sortaient très bien pour n’importe quelle personne ayant une certaine ouverture d’esprit.

De l’ouverture d’esprit, il va vous en falloir si vous voulez passer à travers "A thousand Suns" ! Car voyez-vous, les changements opérés sur le troisième album sont ici complétés. LINKIN PARK devient un groupe techno à part entière. On sent que Mike Shinoda a complètement pris les rênes sur le plan de la composition. Plusieurs morceaux sont instrumentaux et contiennent seulement des sonorités électroniques. Le piano est également complètement présent et sonne plutôt comme un instrument qu’on aurait acheté dans le magasin du coin. Le premier « vrai » titre du groupe, "Burning In The Skies", vient achever toute espérance d’avoir une chanson digne de ce nom avec la voix de Chester Benington qui semble modifié électroniquement (comme s’il en avait besoin).

Les morceaux rap sont peu nombreux, mais tapent rapidement sur les nerfs car étant trop répétitifs, comme "When they Come For Me" et ses paroles plutôt simplistes. Si on ajoute le synthétiseur tentant de créer une « ambiance », la chanson est à oublier. Lorsque le piano est absent, c’est la boite à rythmes qui vient prendre d’assaut nos pauvres oreilles mutilées. La guitare semble complètement absente du disque, et j’ai d’ailleurs été bien surpris de savoir qu’elle était présente lors de l’enregistrement. Je croyais que le guitariste s’était simplement barré en cours de session. Le fameux « mur de son » présent sur "Hybrid Theory" est complètement effacé au profit de sonorité pop/techno au rabais. Même le seul et unique titre presque un peu bourrin du disque, "Blackout", rate complètement la cible en étant un peu rentre-dedans seulement pendant la première moitié. Encore là, ce ne serait presque pas un problème si Chester ne gueulait pas derrière un piano et une boite à rythmes. Plusieurs titres sont très courts (jusqu’à 18 secondes seulement) et inclus certains segments de discours connus (dont un passage de Martin Luther King) afin de créer un semblant d’ambiance. L’idée est assez originale pour être soulignée, bien que le résultat reste mitigé.

Si les deux premiers albums des Américains m’avaient ouvert les yeux sur un genre tout nouveau pour moi, "Minutes To Midnight" m’avait fait douter pour la première du groupe. Mais en bon fan loyal que j’étais, je suis resté fidèle au groupe, les défendant contre l’adversité. Le quatrième essai a été bien cruel avec moi, puisqu’il a donné raison à nombreux de leurs détracteurs. C’est l’album de la rupture pour moi, le premier d’une longue série de groupe qui me décevra à un moment ou à un autre de leur carrière.

Morceau préféré : "Burning In The Skies", un petit plaisir coupable.

A lire aussi en ELECTRO :


The KOVENANT
Animatronic (1999)
Electro black dejante

(+ 1 kro-express)



CELLDWELLER
Soundtrack For The Voices In My Head Vol. 01 (2008)
Coucou ! Tu veux voir ma... chronique ?


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Chester Bennington (chant)
- Mike Shinoda (chant,piano,synthétiseur)
- Brad Delson (guitare)
- Joe Hahn (platines)
- Dave 'phoenix' Farrell (basse)
- Rob Bourdon (batterie)


1. The Requiem
2. The Radiance
3. Burning In The Skies
4. Empty Spaces
5. When They Come For Me
6. Robot Boy
7. Jornada Del Muerto
8. Waiting For The End
9. Blackout
10. Wretches And Kings
11. Wisdom, Justice, And Love
12. Iridescent
13. Fallout
14. The Catalyst
15. The Messenger



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod