Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Kovenant [covenant]

NEUROTECH - The Catalyst (2017)
Par ANIMA le 8 Septembre 2020          Consultée 760 fois

On y est, après deux Eps et six albums, Wulf décide de mettre fin à NEUROTECH pour se libérer d’un Metal qui a offert tout ce qu’il avait à dire et à faire dans sa musique. Mais il ne met pas fin au projet comme ça avec un simple message sur les réseaux sociaux, non, c’est mal connaître le bonhomme. Pour faire ses adieux au Metal, NEUROTECH propose de sortir un dernier album, un dernier grand frisson en guise de chant du cygne. Et bon sang quel final.

Si on décrit très grossièrement "The Catalyst", on peu dire que c’est une œuvre qui fait le point sur le chemin qu’a accompli NEUROTECH au cour de sa carrière. Non pas qu’on a des références directes aux anciens albums (pas de chant extrême comme sur "Antagonist" par exemple), mais on peut retrouver des petits clins d’œil de-ci de-là. Par exemple, l’album est, à l’instar de "The Decipher Volumes" découpé en trois parties et on retrouve même du chant féminin sur "Our Burial Ground" et "Reconcile". Comme sur "In Remission", les morceaux atmosphériques ont la part belle sur l’album mais de part sa longueur et la manière dont est structurée la tracklist, on a plus ce sentiment de mou qui été présent sur l’album mentionné. Enfin voilà, même si NEUROTECH regarde un coup dans le rétroviseur, le propos de "The Catalyst" n’est finalement pas là.

Pour moi, "The Catalyst" c’est NEUROTECH qui porte sa formule à son paroxysme. Toujours moins de guitares mais une force de frappe encore plus puissante de par ses éléments Électro mis en avant par une production absolument parfaite et qui font tout le sel de cet album. Que ce soit au niveau des rythmiques, des mélodies futuristes ou des sonorités symphoniques, tout ce qui est en rapport à l’Électro dans ce "The Catalyst" touche à la perfection. On ressent parfaitement bien l’aspect à la fois clinique et froid mais céleste et lumineux que véhicule la cover de l’album. Et en plus de ça, Wulf offre une très belle performance vocale, tout en douceur et en émotion qui ne semble jamais hors de propos même lors des morceaux plus véhéments, au contraire, je trouve qu’elle les magnifie, il n’y a qu’à porter l’oreille sur le fabuleux "At A Standstill" pour entendre cette voix céleste briller au milieu d’un refrain sublime.

Parce que c’est ça aussi "The Catalyst", un réservoir de morceaux tous aussi marquants les uns que les autres, ici, tout le savoir-faire de Wulf en termes d’accroche et d’efficacité est éblouissant. Je ne vais pas faire un track-by-track sur tous les morceaux pour expliquer en quoi chacun est une perle mais on a droit aux tubes survitaminés que sont "Sleepwalker’s Lifeline" et "At A Standstill" usant de tous les ressorts de NEUROTECH, grosses guitares, rythme effréné, refrain aérien et catchy, mélodies accrocheuses, vous voyez le tableau. On a les morceaux à la fois lourds et aériens que sont "The Catalyst", "The Flame Of Faith" et "The Seductive Void" qui jouent constamment entre la lourdeur de leurs riffs et l’envie de s’envoler de leurs mélodies. On a les purement atmosphériques "Epitath" et "Thought Becomes Air" (uniquement Électro et qui d’ailleurs clôt l’album de merveilleuse façon), absolument prenante et fourmillant de détails et d’arrangements. Et on a "Reconcile" qui est le tube Futurepop de l’album, vraiment, celui-là, il fout à l’amende tous les autres morceaux du genre qu’a fait NEUROTECH par le passé. Donc voilà j’ai pas tout mentionné mais je n’aime pas tout révéler sur un album mais vous avez l’important ici.

"The Catalyst" est le chant du cygne de NEUROTECH, on ressent toute la passion et tout le talent de Wulf à travers chaque seconde de l’album. Je trouve personnellement que c’est un bien belle manière de dire au revoir (mais pas adieu car si NEUROTECH n’existe plus, Wulf continue de faire de la musique Électro sous le projet NEUROWULF, et c’est aussi qualitatif) après une décennie de bons et loyaux services.

A lire aussi en ELECTRO par ANIMA :


HERRSCHAFT
Le Festin Du Lion (2019)
Gloire à technosatan !




SEASON OF GHOSTS
The Human Paradox (2014)
Sucrerie futuriste


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Wulf (tout)


1. Act 1 - Enter
2. The Catalyst
3. Our Burial Ground
4. Sleepwalker Lifeline
5. Act 2 - Adapt
6. The Flame Of Faith
7. Epitaph
8. At A Standstill
9. Act 3 - Surrender
10. The Seductive Void
11. Reconcile
12. Thoughts Become Air



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod