Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Tad Morose, Silent Force, Serious Black, Michael Bormann
 

 Site Officiel De Bloodbound (742)

BLOODBOUND - War Of Dragons (2017)
Par GEGERS le 20 Mars 2017          Consultée 888 fois

Le point commun entre BLOODBOUND et NIGHTWISH ? La présence sur ce nouvel album des Suédois d'Anette Olzon, ancienne vocaliste des rois du metal symphonique, en tant que choriste de luxe. Pour le reste, BLOODBOUND donne à entendre du EDGUY, du SABATON ou du ELVENKING. Un cocktail détonnant qui ne parvient pas à égaler la superbe de son précédent album, mais qui constitue tout de même un bon opus de Power Mélodique, à mettre entre toutes les oreilles.

Il y a ici comme un léger sentiment de gâchis. Pour son septième album, et le quatrième depuis l'intégration en ses rangs du formidable chanteur Patrik Johansson, BLOODBOUND semble avoir baissé son niveau d'exigence. Il n'est plus question de diable, d'enfer, d'opposition entre le bien et le mal, mais de dragons, de quêtes héroïques, d'opposition entre le bien et le mal... Dit comme cela, le changement ne saute pas aux yeux, mais il ne tarde pas à se révéler aux oreilles. Là où le groupe proposait il y a trois ans un album certes pétri d'influences, mais doté d'une personnalité propre et immédiatement reconnaissable et, surtout, d'une qualité constante de bout en bout, il se fait aujourd'hui un peu moins solide sur ses appuis et semble, chose étrange, avoir moins bien digéré ses influences que sur sa précédente réalisation. Ainsi, si l'ensemble reste efficace et extrêmement travaillé, les clins d’œil peu subtils à RHAPSODY ("King Of Swords", "Dragons Are Forever"), ELVENKING ("Silver Wings") ou SABATON (les claviers martiaux qui servent de nappe de fond à de nombreux morceaux) passent cette fois-ci un peu moins bien. Tout simplement parce que les morceaux, s'ils étaient précédemment portés par une folie incontrôlable, semblent cette fois-ci comme plus calculés, moins organiques. Il en va ainsi par exemple du mid-tempo "Fallen Heroes", bien trop générique pour nous emporter complètement. Le groupe tente de se construire un univers épique, majoritairement constitué de titres aux tempi très rapides (qui rappellent en un sens le raz de marée speed-mélodique de la fin des années 90), mais qui souffre d'un manque de personnalité.

Ne vous trompez pas : "War Of Dragons" est un album fort bien construit et interprété, qui doit beaucoup à la prestation vocale débridée et puissante de Patrik Johansson. Son défaut principal est de ne pas réussir à égaler son prédécesseur, la faute (comme déjà signalé) à une mauvaise digestion des influences du groupe, et à la présence en plus petite quantité des éléments qui faisaient la force de "Stormborn" : les duels de guitare, la puissance des refrains notamment. Sur ce septième opus, certains titres fonctionnent à merveille (c'est le cas notamment de "Silver Wings", doté d'un feeling Folk Metal), ou de "Tears Of A Dragonheart", qui n'est pas sans évoquer l'univers de POWERWOLF, tandis que nombre d'autres, à vouloir trop en faire, se révèlent finalement plein de vide ("Guardians At Heaven's Gate"). Les clichés utilisés ne sont pas ici les mêmes que sur "In The Name Of Metal", mais tout de même, impossible de passer outre ces écueils.

Pour autant, les amateurs d'un Speed Mélodique de bonne qualité en auront ici pour leur argent. La production est claire et puissante, la production et l'interprétation sont sans faille. On se trouve simplement à regretter la flamboyance de "Stormborn" qui semble vouloir être durablement considéré comme l'album référence, peut-être inégalable, de la formation suédoise. "Ainsi vient la neige après le feu, et même les dragons ont une fin", nous dit Tolkien dans Bilbo le Hobbit, qui contredit le postulat du groupe sur le dernier morceau passe-partout de l'album, "Dragons Are Forever". Visionnaire ? A vous de juger.

A lire aussi en POWER METAL par GEGERS :


MOB RULES
Tales From Beyond (2016)
Retour vers le futur




HELLOWEEN
Pumpkins United (2017)
Les citrouilles ascètes


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Patrik Johansson (chant)
- Tomas Olsson (guitare)
- Fredrik Bergh (claviers)
- Henrik Olsson (guitare)
- Pelle Åkerlind (batterie)
- Anders Broman (basse)


1. A New Era Begins
2. Battle In The Sky
3. Tears Of A Dragonheart
4. War Of Dragons
5. Silver Wings
6. Stand And Fight
7. King Of Swords
8. Fallen Heroes
9. Guardians At Heaven’s Gate
10. Symphony Satana
11. Starfall
12. Dragons Are Forever



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod