Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2018 Symphonic Kommandoh
 

- Style : Def Leppard, Judas Priest, Riot, SortilÈge, Patrick Rondat
- Membre : Disconnected, Shakin' Street, Vulcain, Blackstone, Zouille & Hantson
- Style + Membre : Furious Zoo
 

 Site Officiel (817)
 Myspace (587)

SATAN JOKERS - Sex Opéra (2014)
Par JEFF KANJI le 5 Janvier 2015          Consultée 4335 fois

Il n’échappe pas à grand-monde, je pense, que SATAN JOKERS, et particulièrement son leader Renaud Hantson, ne fait rien comme tout le monde. En plein enregistrement de "Psychiatric", voilà que Laurent Karila propose déjà une conclusion au triptyque initié avec "AddictionS" : un nouveau concept sur l’obsession ultime qu’il partage avec Renaud : le sexe. Bien que les textes lui aient semblé un poil en-dessous, comparés à la puissance évocatrice de ceux de 2011 et 2012, l’idée de boucler une aventure sur un ton sulfureux ne pouvait que coller avec l’état d’esprit décalé de SATAN JOKERS, dont le leader pense sérieusement à stopper la carrière, craignant entre autres de faire l’album de trop.

Il y a deux manières d’aborder cet album et qui amènent à un jugement très différent : le premier est de le considérer comme un opus de Metal conforme à ce qu’a sorti SATAN JOKERS auparavant, c’est-à-dire une compilation de morceaux de Heavy Metal teinté par le mélange des genres et une touche FM qui rend les morceaux les plus complexes instantanément mémorisables. Dans ce cas on peut dire que le contrat est rempli avec les tubes instantanés que sont "MILFS" ou "Professionnelle", qui pour son réenregistrement profite d’une interprétation incarnée de Céline Lacroix (SAINTE OMBRE) en duo avec Renaud Hantson. On peut se demander qu’est ce qui a poussé SATAN JOKERS à réinterpréter un morceau aussi récent de son répertoire (l’original était présent sur "SJ 2009").

La réponse on l’obtient très vite : ce titre à la thématique assez claire s’inscrit parfaitement dans ce concept-album en forme de descente aux enfers qui, contrairement à "AddictionS", ne se termine pas bien, le sexaholic incarné par Renaud perdant dans ses excès jusqu’à sa vie ("VIP-HIV"). On observe un recours à un son plus Rock, moins agressif que sur les précédents opus. Un air de "Trop Fou Pour Toi" semble planer sur ce nouvel opus dont les clins d’œil au passé restent dissimulés dans les paroles (un petit Pas fréquentables par-ci, un petit En partance pour l’enfer par-là). Si on s’en tient à ça on obtient un bon album, qui ne se détache du lot qu’en de très rares occasions, et ne rivalisant pas avec les travaux passés du groupe.

Mais entre cette pléiade d’invités et la manière dont Renaud Hantson a monté ce concept, on se rend compte que SATAN JOKERS a innové une nouvelle fois : adapter les canons de l’Opéra Rock, milieu que connaît plus que bien Renaud Hantson, à la musique Metal. Et là chapeau ! Mais si : prenez l’exemple de STARMANIA par exemple :
1) Roger-Roger, le journaliste/narrateur extérieur à l’action → Brigitte Lahaie
2) Sadia, le travesti plus vrai que nature au tempérament de feu → La TranseX
3) Cristal, la jeune femme faussement sage éprise de révolution → Cassandra Domina
4) Johnny Rockfort, le loubard sans limites → Le sexaholic
5) Zéro Janvier, l’ambitieux incarnant la réussite et le vice → King Sodom.

Là tout de suite ça cause non ? Si on ajoute l’Underground Café qui devient le Club 6 Sex 6, les personnages sont ici encore plus noirs et malicieux, et malgré l’apparente toxicité des femmes qui empoisonnent le sexaholic, c’est bien King Sodom, interprété par Stéphane Buriez, qui tire les ficelles du business et encourage la dépravation la plus totale de notre protagoniste. Comme dans "AddictionS", le personnage principal va s’enfoncer de plus en plus dans son obsession et ses déviances… pas aidé il faut le dire par tous les individus, voyeurs, maîtresse BDSM, transeX et bien entendu Internet qui prend toute sa place dans le processus.

Je finis par privilégier ce deuxième angle d’attaque, et prend une belle claque une nouvelle fois. La principale différence étant que ça n’a pas été automatique cette fois-ci, la faute à "Asphyxie Érotique" et "Charnel Déclic" un peu en-dessous. SATAN JOKERS a créé une œuvre de musique novatrice, à mi-chemin entre le Metal Opera à la AVANTASIA (grosse influence de Laurent karila) et Opéra-Rock dans la tradition des comédies musicales francophones, STARMANIA en tête. Renaud Hantson projette d’ailleurs d’enfin achever l’écriture de son propre Opéra Rock, que des somités comme Luc Plamondon ou Michel Berger l’ont depuis 25 ans encouragé à écrire. "Sex Opéra" aura donc servi de déclic, et s’il s’avérait qu’il devait être le dernier opus de SATAN JOKERS, le groupe partirait alors en pleine gloire !

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ORDEN OGAN
Gunmen (2017)
Entre les deux (c)yeux




SAVATAGE
Still The Orchestra Plays: Greatest Hits Vol. 1 & 2 (2010)
Another note for my requiem...


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Renaud Hantson (chant - sexaholic)
- Aurélien Ouzoulias (batterie)
- Pascal Mulot (basse)
- Michaël Zurita (guitares)
- Laurent Karila (textes)
- Brigitte Lahaie (narration)
- Stéphane Buriez (king sodom)
- Virgine Gonçalvès (cassandra domina)
- Céline Lacroix (la transex)
- Olivier Del Valle (voyeur)
- Fred Le Tazz (voyeur)
- Boba Milojevic (voyeur)
- Jo Amore (sex addict)
- Walther Gallay (sex addict)
- Christophe Godin (guitare lead sur 4)
- Patrick Rondat (guitare lead sur 9)
- Sébastien Bizeul (guitare sur 12)
- Gildas Arzel (guitare lead sur 18)


1. Intro
2. Préliminaires À L’infini
3. Sexaholic
4. King Sodom
5. 666
6. Club 6 Sex 6
7. Asphyxie Érotique
8. Charnel Déclic
9. Professionnelle
10. Mothers I’d Like To Fuck
11. Milfs
12. Promis
13. Voyeurs
14. Exhibition
15. Transex
16. Royaume Décadence
17. Outro
18. Vip-hiv



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod