Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Testament, Overkill, Sulfator
- Membre : Primal Fear, Luca Turilli's Rhapsody , 21 Octayne, Omen
 

 Site Officiel (1023)
 Myspace (300)
 Chaîne Youtube (300)

ANNIHILATOR - Criteria For A Black Widow (1999)
Par CANARD WC le 11 Mars 2007          Consultée 7707 fois

Le problème de Jeff, c’est avant tout un problème d’ego. ANNIHILATOR c’est lui. Jeff WATERS à lui tout seul pense pouvoir tenir le groupe. Première erreur d’appréciation.

Pour rebondir après un moribond et mégalomane « Remains », Jeff décide de réunir le line up originel d’ANNIHILATOR (période « Alice in Hell » et « Never Neverland ») pour ce septième album. C’est un signal fort envoyé aux fans. Comme un mea maxima culpa signifiant : « J’ai compris mes erreurs, on revient à ce qu’on faisait de mieux. La preuve, j’ai même repris ce gros nul de Randy RAMPAGE ». Moi je l’aime bien Randy perso, je ne vois pas ce qu’on lui reproche (si ce n’est sa voix et le fait qu’il ne sait pas chanter). Seulement, si réunir les « bonnes » personnes dans un local en leur filant des instructions était l’unique clé pour la réussite d’un album, ça se saurait. Deuxième erreur d’appréciation.

L’ambition de Jeff avec Criteria était de faire une suite à « Alice in Hell » (sous forme de concept album). Mais tout comme l’album (qui frôle la supercherie), le line up est un trompe l’oeil. Simplement parce que le fond du problème reste le même : Jeff est toujours aussi dirigiste et tyrannique. Il compose tout, dicte tout, écrit tout. La pause pipi, c’est quand lui le décide. Et le problème c’est que Jeff arrive à un stade où il n’a malheureusement plus grand-chose à dire. C’est toujours une « bête » à la gratte, mais le reste ne suit plus. De ce fait, les paroles sont grotesques, l’inspiration minimale et les compos dramatiquement moyennes. A un moment donné, faut savoir passer le témoin. Du moins, accepter de se faire aider.

Du coup, la moitié des titres de Criteria sont des redites de précédents (Shizos 3, Back to the Palace) et accusent un arrière goût de « déjà entendu ». L’ensemble tourne un peu en rond, même s’il y a une volonté de faire mieux, de faire « comme avant ». Ca riffe mais ce n’est plus génial et les breaks tombent comme des cheveux sur la soupe. La virtuosité a pris le pas sur la composition. Résultat : le meilleur titre de Criteria est à peine dans la moyenne de Never Neverland. Pour un album annoncé comme le successeur d’Alice, on repassera.

Reste une évidence, le ANNIHILATOR de la vieille époque est terminé. Même avec la meilleure volonté du monde, on ne retrouvera plus ce groupe là. Il s’agit donc d’un nouveau groupe qui a pris un virage décisif. Le Thrash délivré n’en reste pas moins de bonne facture, assez « puissant » avec des touches Panteresques et quelques pointes volées à l’Indus (héritage direct de Remains). Une évolution est donc amorcée et à ce titre Criteria – avec toutes ses imperfections - laisse entrevoir autre chose. Un album moyen mais qui a le mérite d’être différent. Il y a de la matière pour rebondir autrement, voire d’être optimiste pour les prochains albums.

Avec ce Thrash un peu lourdingue mais relooké, ANNIHILATOR a trouvé un nouveau ton. Des pistes pour le futur. A new Hope. Si Criteria manque cruellement d’inspiration, il s’agit d’un album intéressant car de transition pour le groupe. Les efforts suivants conforteront ses évolutions entrapercues sur Criteria, qui se pose donc comme un album de la renaissance, où tout n’est pas rose. Mais où tout est encore possible.


Note : 3/5 (je suis sympa)


Morceaux préférés : Bloodbath, Sonic Homicide.
Morceau burk : Punctured, Double Dare

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


SADUS
Swallowed In Black (1990)
Thrash, Black et Mortimer (jeu de mot de l'année)




SANITY BURNS
Sanity Burns (self Titled) (2012)
Les anglais ne savent pas thrasher. Enfin presque.


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   FREDOUILLE

 
   (2 chroniques)



- Randy Rampage (chant)
- Jeff Waters (guitare)
- Dave Davis (guitare)
- Russell Bergquist (basse)
- Ray Hartman (batterie)


1. Bloodbath
2. Back To The Palace
3. Punctured
4. Criteria For A Black Widow
5. Schizos [are Never Alone] Part 3
6. Nothing Left
7. Loving The Sinner
8. Double Dare
9. Sonic Homicide
10. Mending



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod