Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  DVD

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

1993 Serenades
1995 The Silent Enigma
1996 Eternity
  A Vision Of A Dying Embr...
1998 Alternative 4
1999 Judgement
2001 A Fine Day To Exit
2003 A Natural Disaster
2010 We're Here Because We...
2012 Weather Systems
2014 Distant Satellites
2017 The Optimist
 

- Style : My Dying Bride, On Thorns I Lay, Khemmis, Autumn, Silentium, Opeth, Paradise Lost, Madrigal
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Antimatter, Cradle Of Filth
- Style + Membre : Daniel Cavanagh
 

 Site Officiel Français (1366)

ANATHEMA - A Vision Of Dying Embrace (2002)
Par BIONIC2802 le 5 Octobre 2009          Consultée 3202 fois

Le concert se déroule à Krakow (soit Cracovie en Pologne). Et comme toutes les vidéos exécutées là-bas, celle-ci montre en premier lieu une proximité quasi intime entre les musiciens et leur public même si la salle est relativement conséquente. Cette chaleur transpire sur votre écran et vous gagne rapidement. Ça y est, vous y êtes !

L’intro est en fait le début de l’album "Eternity" qui allait débarquer cette même année 1996. Ce qui donnait un avant goût sous les meilleurs hospices. Idem en ce qui concerne la vidéo "Hope", reprise magnifiée de PINK FLOYD (tout le monde ne peut pas en faire autant, croyez-moi sur parole !), en donnait déjà une bonne saveur dans le chapitre « Promos » de ce DVD, mais n’anticipons pas davantage, corne de bouc !

Tous les autres titres présents sur ce live proviennent des trois premiers albums. Concert à tendance Doom, donc. L’intimité en est renforcée par le jeu de lumière des plus sobres qui soit - pas de stroboscopes à outrance mais bien une luminosité voilée qui se déchaîne parcimonieusement. Un peu comme sur la prestation de MY DYING BRIDE à la même époque (5 jours plus tôt !) et sur cette même scène (voir le DVD "For Darkness Eyes").

ANATHEMA en concert est toujours un événement unique. Chacun sait, après les avoir vus maintes et maintes fois, que le groupe change en permanence sa set-list en mélangeant les moments tristes et les morceaux rageurs. Ce qui est génial, car vous pouvez voir ces Anglais en ayant à chaque occasion la surprise des enchaînements. Bref, ici, une fois pour toutes, le concert restera à jamais figé. Profitons donc de cet instant pour vous dire qu’ANATHEMA défend bec et ongles ses « bébés » de façon intense. Un exemple ? Prenons "Shroud Of Frost". Souvenez-vous du long passage parlé du deuxième morceau qui se trouve sur le terrible "Silent Enigma", vous me suivez ? Au milieu du morceau, un texte écrit par le poète Deryk Fullwood est déclamé. Ce phrasé vous donnait déjà des frissons de par son intensité dramatique, n’est-ce-pas ? Eh bien ici, le public est religieusement silencieux et se fait hypnotiser par la fragile voix de notre Vincent. Époustouflant quand on aime ce groupe majeur.

Que dire de plus si ce n’est l’intensité d’un "Sunset Age" ou encore de l’euphorie déclenchée sur "Sleepless", mais aussi l'hystérie collective sur la chanson qui clôture magnifiquement ce concert : "A Dying Wish". Quant au paroxysme de la prestation qu’est, selon moi, "The Silent Enigma", quelle fascination de se voir transpercer de part en part avec ces arpèges grandiloquents et ces transitions majestueuses. Ok, j’en jette plus, vous avez compris que ce live est bougrement intense et libérateur de nos frustrations quotidiennes. Passons, si vous le voulez bien à la partie vidéo.

Notre curiosité nous pousse généralement à aller rechercher les débuts de tel ou tel groupe afin d’y déceler éventuellement les prémisses d’un style, voir le non professionnalisme (remplacé bien souvent par une détermination généralement payante), et pourquoi pas les changements de line-up éventuels ainsi que l’évolution artistique - et donc plastique - de l’image. Celle-ci est souvent (toujours ? ) révélatrice d’un succès ou non, d’ailleurs. Eh bien, ANATHEMA nous l’offre cette vision !

Je dirais que les trames des débuts ("Sweet Tears" et "Mine Is Yours") sont métaphoriques et que les nombreux montages d’images sont rapides, superposés (fondus et/ou dédoublements entre deux scènes régulièrement) arborant en alternance prise en concert et errance dans les bois, la nuit, tout en portant une torche enflammée afin de trouver un lieu abandonné, de préférence des ruines, afin de le parcourir sans fin. L’absence est déjà omniprésente dans le visuel. Nous y retrouvons pour l’occasion le premier chanteur d’ANATHEMA, je veux parler de Darren White parti fonder THE BLOOD DIVINE juste après.

La vidéo de "The Silent Enigma" est bien plus énigmatique, dans le sens où nous voyons le groupe au milieu de nulle part, sur une colline venteuse qui symboliserait, d’après moi, le vide de la perte d’un être cher… plus que probablement !

Enfin, avec "Hope", nous y retrouvons le groupe en live mais de manière floue, très colorisé dans les tons rouge et mauve principalement avec, en parallèle, une histoire qui explique le côté éphémère d’un succès - que ce soit dans votre vie ou sur scène en tant que dieu adulé le temps d’un instant…

Sachez aussi qu’une galerie de photos (bof !) s’y trouve également.

A lire aussi en DOOM METAL par BIONIC2802 :


SOLSTICE
Lamentations (1994)
Symbiose harmonique entre lourdeur et envolée …




SYNTHETIC WATERFALL
Inside The Different (2011)
"Et ce n'est qu'un ré-su-mé ! "


Marquez et partagez




 
   BIONIC2802

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant et guitare)
- Duncan Patterson (basse)
- Daniel Cavanagh (guitare)
- John Douglas (batterie)


- A Vision Of Dying Embrace

1. Sweet Tears
2. Mine Is Yours
3. The Silent Enigma
4. Hope

1. Intro
2. Restless Oblivion
3. Shroud Of Frost
4. We The Gods
5. Sunset Age
6. Mine Is Yours
7. Sleepless
8. The Silent Enigma
9. A Dying Wish



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod