Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Madrigal, Paradise Lost, Opeth, Silentium, Khemmis
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Cradle Of Filth
 

 Site Officiel Français (1242)

ANATHEMA - The Optimist (2017)
Par DARK BEAGLE le 15 Août 2017          Consultée 1183 fois

ANATHEMA est un groupe qui a beaucoup évolué au cours de son histoire. Membre du triumvirat du Doom britannique à l’aube des années 90 en compagnie de MY DYING BRIDE et de PARADISE LOST, les p’tits gars de Liverpool ont fait à plusieurs reprises le grand écart, passant de passages funestes aux growls tristes à quelque chose de plus en plus atmosphérique et acoustique jusqu’à enfin trouver la lumière. On était presque heureux pour les musiciens qui sortaient du spleen pour proposer des choses non pas joyeuses, mais comme drapées d’une aura blanche qui tranche complètement avec une œuvre comme "Alternative 4". Certains diront qu’à ce moment, ANATHEMA est devenu chiant (et que celui qui n’a jamais pensé ça me jette la première bière ! Belge de préférence, sans vouloir abuser. Si ça peut être une ambrée ou une triple. Merci). "The Optimist" va marquer une nouvelle mutation chez nos Anglais : le groupe va en effet faire marche arrière.

"32.63N 117.14W". Beaucoup d’entre vous connaissent cette géolocalisation, il s’agit de la plage de Coronado, le long de Silver Strand Boulevard, Californie. Celle-là même qui a servi pour la pochette de "A Fine Day To Exit", "The Optimist" en étant la suite. L’introduction joue sur l’effet des stations radios balayées par quelqu’un, avant que le Rock particulier de ANATHEMA ne revienne en force dès "Leaving It Behind", avec quelques beats Electro qui commencent lentement à s’imposer dans la musique du groupe. Ce n’est pas désagréable, cela vient installer une légère. C’est lent, électrique et mélodique à souhait et puis arrive la voix de Vinnie Cavanagh, toujours coupable de caresser dans le sens du poil tout en filant les frissons.

Profitez-en. Ce dernier va se montrer très discret sur cet album, faisant des apparitions espacées, il laisse en effet le micro principalement à Lee Douglas, qui va porter la plupart des compositions sur ses épaules et ce dès la jolie "Endless Way". Et bien vite, on se rend compte que ANATHEMA se glisse à nouveau dans l’ombre sans trop en avoir l’air. Il ne se dégage pas grand-chose de réellement positif de la musique jouée, qui revient en arrière doucement. Nous sommes plus proches de ce que proposait le groupe à la fin des années 90 et au début des 2000 que des dernières productions. La question devient alors : est-ce plus passionnant pour autant ?

"The Optimist" est un album sensible, qui s’apprivoise au fil des écoutes. Il ne se dévoile pas d’un coup, il s’effeuille comme une stripteaseuse qui sait s’y faire, la sensualité en moins néanmoins. Encore une fois, la question de l’appartenance d’ANATHEMA aux pages de Nightfall peut encore une fois être posée, il n’y a pas grand-chose de Metal dans ce disque, disons même qu’il n’y a rien qui se rapproche du genre, sinon le souvenir d’un passé qui aura su toucher plus d’un d’entre nous. Le côté émotionnel est toujours aussi important, comme s’il était le squelette des compositions et que les mélodies venaient se greffer dessus.

Et ANATHEMA, à défaut de redevenir passionnant, est beau, très beau même. Mais rapidement, les défauts que l’on pointe du doigt depuis quelques années maintenant commencent à remonter à la surface. Ce n’est pas parce que le groupe ne fait plus de Metal à proprement parler, là n’est pas le problème. En fait, entrer dans un album d’ANATHEMA, c’est, ces dernières années, faire des expériences assez similaires, quand la musique devient un brin prévisible à force d’employer les mêmes gimmicks et "The Optimist" souffre de ce même défaut. Il y a une impression de déjà entendu qui plane. Certains riffs, certaines nuances ne nous sont pas inconnus, la voix de Lee Douglas et celle de Vinnie semblent toujours véhiculer les mêmes émotions et bien sûr, ça ne surprend plus, ça ne conduit plus nulle part et c’est franchement dommage, il y a toujours tellement mieux à faire !

Mais on ne peut retirer à cette formation sa force émotionnelle. Elle est toujours très présente, elle domine l’ensemble au point où l’on retient surtout cela et finalement, c’est ça sa véritable force. "The Optimist" est un disque sur lequel on va forcément revenir, pour vivre une expérience plus sensorielle que musicale. On en oublierait presque la sensibilité de "Ghosts", la réussite artistique qu’est "Springfield" ou encore ce "Back To The Start" qui termine l’album sur une longue pièce qui, si elle est loin d’être envoûtante, montre un ANATHEMA qui continue malgré tout à avoir des idées qui peuvent être intéressantes.

Il est juste dommage que le reste de l’album soit relativement prévisible et sente parfois le réchauffé. Quand on gratte, on constate cependant que ANATHEMA a toujours des choses à dire, mais qu’il s’est lui-même enfermé dans un carcan duquel il a du mal à se libérer. Et c’est dommage parce qu’au final, depuis "A Fine Day To Exit", les Liverpuldiens n’arrivent plus à convaincre comme ils le faisaient avant, avec la simplicité qui était leur alors qu’ils enregistraient un "Judgement" touchant de bien des manières. Mais "The Optimist" est un bon disque dans l’ensemble, sans être génial. Un album de plus, en quelque sorte, mais un bon album en définitive, ce qui est déjà encourageant pour l’avenir, en espérant qu’ANATHEMA parvienne un jour à se libérer de sa prison mentale.

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE :


YEARNING
Frore Meadow (2000)
D'une beauté mélancolique "sublimissime" !




ANATHEMA
A Moment In Time (2006)
Un concert sans aucune fioriture mais si touchant


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (guitare, chant)
- Lee Douglas (chant)
- Daniel Cavanagh (guitare, basse, piano, chant)
- Jamie Cavanagh (basse)
- John Douglas (batterie, claviers)
- Daniel Cardoso (batterie)


1. 32.63n 117.14w
2. Leaving It Behind
3. Endless Ways
4. The Optimist
5. San Francisco
6. Springfield
7. Ghosts
8. Can't Let Go
9. Close Your Eyes
10. Wildfires
11. Back To The Start



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod