Recherche avancée       Liste groupes



      
ATMO/PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NOVEMBRE - Materia (2006)
Par BIONIC2802 le 27 Avril 2010          Consultée 4069 fois

Quel avenir pour nos « bambini (enfants) » ? Du moins, c’est la première chose qui me vient à l’esprit en regardant la pochette de ces Italiens géniaux. Cela n’a pas l’air réjouissant, n’est-ce-pas ? A l’intérieur du livret, nous penserions bien que les photos du chien triste - mais fidèle - ainsi que du vieil homme, nous donnent à penser que ce serait l’enfant qui eut le temps de grandir malgré le retirement de la mer et cet amas d’acier terne, lugubre et certainement irrespirable qui lui, au contraire, a grandi la durée d’une… vie ! Eh bien, NOVEMBRE réussit avec sa musique à nous démontrer un résultat similaire : y'a tout de même moyen de survivre ; faut juste y croire, avoir de la chance aussi et dépasser les prédications les plus alarmantes !

Pas loin de cinq ans pour amener un nouveau matériel (pour peu que l’album retravaillé sortit sous le patronyme de "Dream d’Azur" en 2002 n’interfère sur la créativité du groupe) ! Et c’est en douceur que l’album attaque. Ensuite, imaginez des coussins moelleux dans lesquels vous aurez la possibilité de vous plonger ! Délicat et raffiné, comme à leur habitude, "Materia" va tout de même progresser par rapport à ces anciens travaux accomplis… avec finesse et doigté mélancolique, faut-il encore le préciser ?

NOVEMBRE préfère innover - en ce qui les concerne, bien sûr - en mettant bout à bout des riffs, des passages qui se chevauchent comme si le premier diminuait de volume alors que le second arrive crescendo et ce, simultanément ! Beaucoup de transitions qui, au final, amènent plus qu’elles ne perturbent.

L’album est plus en mode voix claire avec de-ci, de-là, des grognements à la Death du meilleur effet. Pas trop, juste ce qu’il faut. Ensuite, les titres s’étirent. Beaucoup de passages acoustiques, certes courts mais qui, tout au long de l’album, donnent du relief et des émotions assez diversifiées pour ne pas nous lasser. Nous dirions même que certaines transitions relèvent plus de la guitare sèche classique que du Metal atmosphérique. J’adore ces passages où, en voix claire et accompagnée d’un arpège léger, est posé un blastbeast du batteur détonnant dont seul - je crois - NOVEMBRE a le brevet !

Le morceau qui pète ? "Comedia", c’te question ! Le Metal fait son « coming out » comme pas permis et, à nouveau, l’album reprend des couleurs en plein milieu des titres. C’est l’élément qu’il faut pour nous revitaliser un brin. Au bon moment, au bon endroit, tel est le fil conducteur de ces musiciens d’exception. Bah, exceptionnels non pas dans la technique (quoique) mais bien dans l’apport des sentiments traduits au chevet d’une guitare, d’une basse, d’une batterie, d’un chant !

Souvenez-vous des autres chroniques du groupe où j’osais affirmer que ces musiciens étaient les rois de la reprise qui détonne. Ici, allez, faudra bien que vous y croyiez un de ces quatre mais c’est bien DURAN DURAN qui est passé à la moulinette ! "The Promise" est magique, rien avoir avec l’originale. Moins kitsch en tout cas.

Les deux derniers morceaux auraient été prévus à la base pour complèter l’album d’avant, soit "Novembrine Waltz". Ils ne déteignent pas l’atmosphère globale et montrent aussi que NOVEMBRE a su écrire des titres encore plus planants qu’en général. Ce "Croma" nous bouleverse, nous berce, nous rend la part de magie dont nous faisons cruellement défaut à cause de nos vies actives et stressantes. Là, je suis en train de l’écouter et la béatitude me transporte. J’aimerais tant que mon quotidien ressemble à cela… Aaargh, c’est dur de transcrire avec des mots mais sachez que j’en ai pratiquement la larme à l’œil et le sourire qui pointe à son écoute, là, en ce moment !

Et ce "Nothijngrad" ? Généreux, classe, apaisant, riche, planant, multitude de riffs (et donc d’émotions), mélange des genres, final grandiose. Je pense avoir été clair, non ?

Foncez acheter leur discographie, non d’un Pinocchio !!!

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE par BIONIC2802 :


ELEND
Les Ténèbres Du Dehors (1996)
Laissez-vous envahir par les ténèbres !




OMMATIDIA
In This Life, Or The Next (2011)
Au-delà de TODT, un nouvel univers pour 2 ex !


Marquez et partagez




 
   BIONIC2802

 
  N/A



- Carmelo Orlando (chant et guitare)
- Giuseppe Orlando (batterie)
- Massimiliano Pagliuso (guitare)
- Fabio Fraschini (basse)


-
1. Verne
2. Memoria Stoica/vetro
3. Reason
4. Aquamarine
5. Jules
6. Geppetto
7. Comedia
8. The Promise
9. Materia
10. Croma
11. Nothijngrad



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod