Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Officiel (228)
 Site Officiel (157)
 Chaîne Youtube (138)

IMMOLATION - Failures For Gods (1999)
Par MOX le 7 Mars 2007          Consultée 4759 fois

Le remplacement du logo originel, épineux et -avouons-le- banal par un autre beaucoup plus basique et entièrement en lettres capitales peut laisser croire à une orientation musicale radicale que le groupe aurait prise. Mais le titre de l’album vient battre en brèche cette hypothèse car leur haine des religions s’expose une fois de plus, limitant de ce fait toute originalité. 3 ans après « Here in After », peu de choses ont évolué, ou de manière si infime qu’il ne serait pas raisonnable de parler de mouvement.

Le fait le plus marquant pourrait d’ailleurs être le changement de batteur, Alex Hernandez se révélant être d’une incroyable efficacité, rapide et très polyvalent, et ce bien que le son ne rende toujours pas honneur à son instrument. Encore une fois, les percussions pâtissent de cette production volontairement poisseuse que le groupe a certainement souhaitée plus convaincante mais qui ne crée aucun miracle pour cette double grosse caisse étouffée. L’effet est risible dès qu’elle prend une place plus importante : un coup de baguette sur un oreiller ne ferait pas pire.
Toutefois, on comprend plus facilement la musique d’Immolation sur ce troisième album, les guitares étant enfin créditées d’une puissance méritée, et ce sans abandonner le rendu crade qui caractérisait le groupe jusqu’alors.

Ainsi l’ambiance est intacte, cloisonnée et puante, et dont le charme certain est à corréler avec des riffs typiques de toute la mouvance de death-metal dit « satanique » pour pouvoir donner une âme à cette musique difficile à assimiler : accords aiguisés voire torturés, ribambelle d’harmoniques artificielles et parfois ces riffs empruntés au black-metal…
C’est ici que le bât blesse. En effet le jeu particulier de Bob Vigna qui s’amuse toujours autant à faire grincer sa six-cordes ne suffit pas à accorder une personnalité propre à la musique. A vouloir s’enfoncer dans le malsain sans que ce soit inaudible, le son a perdu étonnamment beaucoup d’aigus. Du coup, tout y est grave, les variations ne sont pas aisées à déceler et on s’accroche aux breaks classiques du groupe pour reprendre son souffle. Mais las, on ne parvient que trop rarement à reprendre le fil.

Un jeu similaire à l’essai précédent : longues étendues de rythmiques brutales sporadiquement agrémentées de breaks tout aussi féroces ou de passages lourds, seuls relatifs havres de paix. Ceux-ci (de la même manière que les atroces soli de Vigna) ne contrebalancent en rien des riffs souvent pauvres ou des refrains sans grand intérêt.
Ainsi, comme d’habitude à vrai dire, Immolation ne concède rien, et déballer ici le fait qu’ils « se contenteraient de tout fracasser pendant 40mn » serait réducteur. Si l’on s’en donne la peine, on remarque que l’album est varié : première partie assez accrocheuse (et notamment le plutôt bon « Failures For Gods » et ses acoustiques sorties de on ne saura jamais où), et seconde moitié beaucoup plus déstructurée. Aucune d’entre elles n’en ressort plus pertinente que l’autre (car toutes aussi denses) ; mais il est à noter que le temps joue pour beaucoup dans mon appréciation si j’admets avoir plusieurs fois piqué du nez en plein milieu. On a fait mieux pour découvrir un groupe…

Je crois sincèrement que ce serait remplissage si je m’attardais davantage sur le cas d’un album qui ne présente aucune avancée significative et dont la qualité m’apparaît, au bout du compte, inférieure à celle d’ « Here in After ». Par contre, il n’est pas étonnant que « Failures For Gods » constitue une référence auprès d’autres, car le jusqu’auboutisme sonore prend ici des proportions démesurées, responsable de cette atmosphère plus malsaine encore, suffocante et, dans mon cas, narcoleptique.

A lire aussi en DEATH METAL par MOX :


BLOODBATH
Resurrection Through Carnage (2002)
Death metal

(+ 1 kro-express)



ATROPHIA RED SUN
Twisted Logic (2004)
Death-metal spécial et complexe de grande qualité


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Ross Dolan (chant, basse)
- Thomas Wilkinson (guitares)
- Robert Vigna (guitares)
- Alex Hernandez (batterie)


1. Once Ordained
2. No Jesus, No Beast
3. Failures For Gods
4. Unsaved
5. God Made Filth
6. The Stench Of High Heaven
7. Your Angel Died
8. The Devil I Know



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod