Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (3 / 7)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Ex Deo
 

 Site Officiel (357)

KATAKLYSM - In The Arms Of Devastation (2006)
Par DEADCOM le 17 Mai 2009          Consultée 3487 fois

Bon, pour éviter de retomber dans une rhétorique abstraite et peu passionnante, je dirais simplement que KATAKLYSM me déçoit de plus en plus. Après l’indigeste « Serinity In Fire » c’est au tour de cet « In the Arms of Devastation » de me titiller le bout du tympan.
Attention les muscles se bandent : KATAKLYSM avec son nouvel album (au titre prétentieux à en mourir) va tous nous pulvériser. Mais oui, bien sûr...

Les Québécois se mettent en tête d’enfoncer encore un peu plus le clou dans le purin, deux ans plus tard. Si on m’avait dit que le Death Metal c’était du catch pour "tarlouzes", j’aurais tout de suite enfilé ma combinaison fluo et mon masque de pervers et mis une plume dans le cul en guise d’étendard. Car cette troupe frappe dans le vide comme de vulgaires éoliennes brassant infatigablement le même air pollué. Et il faut bien se rendre à l’évidence, que tout ça c’est énormément surfait. L’exercice de la gonflette signe le divorce entre un groupe et sa personnalité.

Et pourtant KATAKLYSM est un grand parmi les grands. Mais ce même géant se mord la queue dans un registre beaucoup trop épuré, dégraissé et finalement bien commun. Au vue de ça, on peut être tout sauf réconforté dans l’idée que le combo va briller de mille feux et nous éblouir de son savoir gigantesque. C’est très facile de jouer des riffs Thrash, du tempo trépidant quand on s’appelle KATAKLYSM et que l’on sert la même soupe depuis un moment. Et c’est vraiment à ça qu’il faut attendre d’un groupe aussi talentueux ? Dont le début de carrière fut amorcée par deux chefs d’œuvre, tels que « Sorcery » et « Temple Of Knownledge ».
Non, je dois sûrement rêver mais je peux dire que le réveil fut brutal!

Honnêtement, KATAKLYSM veut impressionner qui ? Il cherche quoi ? Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, qu’ils s’attendent à de la grosse déflagration car effectivement le combo envoie la purée, normal devrais-je dire. Par contre pour les adeptes de « l’époque de la gloire » ces bûcherons s’éloignent considérablement de l’énergie et de la créativité (le mot est lancé) d’un Brutal Death ou d'un Grind mutant (progressif et misanthrope) remplacer par le confort d'une écriture sommaire (mais de qualité) loin d'être époustouflante.

Maintenant l’orchestre n'a plus rien de transcendant car tout est millimétré. En deux mots : C’est mou. Ça ce veut brutal mais ça en a pas la saveur. Lisse comme du marbre et indigeste comme du mercure, « Arms » est hautement toxique. Le son énorme à la scandinave pose les marques de cette machine de guerre à l’esthétique très « bling bling ». Le tout est mis en boîte sous le regard attentif de Monsieur Dagenais himself. Pour du Death à peine brutal et de ses rots surfaits en guise de spectacle.

Néanmoins, ça marche bien pour eux et ça cartonne même... Le suivant jouira de tous les bénéfices de leur succès (grosse promo, DVD en sus), pour un résultat tout aussi navrant. C'est dire. Quand on pense que ce groupe était vraiment bon à une époque maintenant oubliée, enfouie dans le tréfonds des âmes des Death maniac, il y a de quoi perdre la foi. Alors oui, je suis encore une fois déçu. Mais bon, vous voulez du Death ? Alors allez-y, envoyez vous cet opus en plastique et basta. C’est vraiment peine perdue car le vrai potentiel de ce groupe se trouve ailleurs que dans cette gymnastique pompeuse qui fera vibrer la plèbe par son ego (bien vivant, lui) et non par son talent.


Verdict : un opus bien navrant pour une telle pointure.

Note finale : 2/5

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


LAST SACRAMENT
Enantiodromia (2013)
Microtonal Ancient Death Metal !




DEVOURMENT
Butcher The Weak (re-recorded Version) (2006)
C'est beau le Slam


Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
   BAHAMUTT

 
   (2 chroniques)



- Maurizio Iacono (voix)
- Jean-françois Degenais (guitares)
- Stephane Barbe (basse)
- Max Duhamel (batterie)


1. Like Angels Weeping (the Dark)
2. Let Them Burn
3. Crippled & Broken
4. To Reign Again
5. It Turns To Rust
6. Open Scars
7. Temptation´s Nest
8. In Words Of Desperation
9. The Road To Devastation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod