Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (20)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel De Cryptopsy (746)
 Myspace (185)
 Chaîne Youtube (233)

CRYPTOPSY - None So Vile (1996)
Par DEADCOM le 1er Mars 2009          Consultée 6152 fois

Je regarde la pochette à la tête coupée, au logo gluant et illisible. Ce disque, je l’avais acheté avec mes propres deniers lorsque je vaquais à mes premiers petits boulots. Souvenirs, souvenirs. Cet album représentait pour moi, tout ce qui était monstrueux, évidemment brutal et terriblement effrayant. Le genre de disque que l’on évitera d’écouter en famille ou dans une chambre commune.
Baignant dans le sang et la folie, le Death Metal vu par CRYPTOPSY a quelque chose en lui de fort sympathique, devenant pour le coup une image de marque que beaucoup de petits deatheux s’empresseront de reproduire avec moins de succès. Basé sur des rythmes soutenus, le processus de destruction est enclenché. En visant l’excessif, les Québécois touchent au répulsif. L’inepte mixture d’un groupe livré à lui-même sans tabou, sans retenu. Aucune retenue. Rien ne sera épargné à l’auditeur qui sera le martyr de ce chant mortuaire à l'ossature jazzy.

Tout commença par un « Blasphemy Made Flesh » dont l’hystérie commune avait marqué son temps, celui des années 90, du moins de la fin toute proche de cette décennie glorieuse. La complexité était son maître mot... la sauvagerie, son essence. Donnant suite à cette erreur de la nature dont les codes en vigueur de l’art macabre furent revus et corrigés. "None So Vile" s’inscrit dans une ère nouvelle où la technique du son abrasif n’est plus un cache misère.
Non, la technique ne fait pas tout, heureusement. La formule aux ajouts discrets, nous offre une musique plus condensée (8 titres) moins bavarde dans ses excès (32 minutes), plus Death aussi, moins barrée dans un bad-trip grind carnavalesque.

Situons le contexte : Début 95, KATAKLYSM venait de sortir son pavé archi torturé (« Sorcery »). Un peu plus tard, SUFFOCATION et son fabuleux « Pierced From Within ». L’année suivante, ce fut le tour de CRYPTOPSY. L’époque était au grosse production chaude et ventrue. Le charme de la modernité de la fin des années 90 enveloppe ce « None So vile » dans une cuirasse en acier blindé. Par l'intermédiaire d'un Pierre Remillard très habile aux manettes. Le Death Metal est encore plus terrifiant que jamais, il parle fort, il parle bien.

Et « None So Vile », ça frappe fort et ça cogne dur ! Ça vous agresse les tympans, ça vous oxyde le cortex, ça vous met un grosse branlée, la joue rouge gonflée, les oreilles qui siffle, le nez qui coule. L’ultra bestialité de cette petite bande en laissera plus d’un sur le tapis. Je salue haut et fort ce deuxième opus de sa violence toute aussi splendide que répulsive à l’extrême. Oui, CRYPTOPSY est un groupe extrême qui ne perd son temps a vous expliquer le pourquoi du comment, il frappe d’abord et ne discute jamais.
Son orateur suprême, le maître de cérémonie officiel : Lord Worm, nous administre ses versets gorgés de pus. Une boucherie vocale inaudible, un écoulement de viscosités gutturales, un siphon se vidant infiniment sous un vacarme ahurissant. Le seigneur ver de terre triomphe dans l’art du growl le plus profond, le plus dangereux.
Cette dangerosité est accentuée en grande partie par le pétage de plomb commun des musiciens, qui font de « None So Vile » un véritable asile de fou sur fond de jazz zombie. Aucune limite dans ce matraquage de couleur grind, ce même grind qui renvoie à l’hospice dès le premier cri de son géniteur. Les assauts continuels d’un kit de batterie littéralement possédé, nous immobilisent sur-le-champ. De ce grattage frénétique et morbide, écrasé sous le poids d’une saturation malingre qui n’a cure du repos ou de la modération (« Slit Your Guts »). Un délice pour les amateurs.


Du Death Metal de grande envergure (« Crown of Horns »), du grind fulgurant (« Lichmistress »). Pour tout ça CRYPTOPSY est grand, oui, très grand, colossal même.
"None So Vile" est et restera une des représentations grandioses de ce qu’il y a de plus monstrueux et de terrifiant.


Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION
2 (2003)
Histoires sans paroles 2 : le retour !




ABOMINABLE PUTRIDITY
In The End Of Human Existence (2007)
Entrez dans la danse...


Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
   LOCKE
   MEFISTO
   POSITRON

 
   (4 chroniques)



- Lord Worm (chant)
- Jon Levasseur (guitare)
- Éric Langlois (basse)
- Flo Mounier : (batterie et chant)


1. Crown Of Horns
2. Slit Your Guts
3. Graves Of The Fathers
4. Dead And Dripping
5. Benedictine Convulsion
6. Phobophile
7. Lichmistress
8. Orgiastic Disembowelment



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod