Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (5 / 16)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Endstille
- Membre : Abruptum, Devian, Hellfest Open Air Edition, Witchery
 

 Site Officiel (1117)
 Myspace (220)
 Chaîne Youtube (199)

MARDUK - Nightwing (1998)
Par JULIEN le 6 Février 2004          Consultée 11834 fois

Album conceptuel, « Nightwing » représente à mon sens – je crois largement partagé – le sommet discographique de la carrière de MARDUK (en 2003 du moins). Le groupe s’était façonné une véritable personnalité avec « Heaven Shall Burn » : une nouvelle présentation sonore puissante et impressionnante (assurée par l’incontournable Peter Tägtgren), un vrai front man (le charismatique Legion et sa voix diabolique), un Black Metal brutal et sans compromis, à base de riffs radicaux et typiques, de blast beats infernaux et des cavalcades d’un des très rares bassistes de Black - la basse est un instrument fondamental chez MARDUK - parvenant à imposer sa forte personnalité au milieu d’un déluge d’ultra violence. Ce bref portrait informatif brossé, que peut-on proposer d’un peu plus étoffé ?

Divisé en deux parties bien distinctes, chacune d’elle déployant son propos sur cinq titres, « Nightwing » s’affirme sans conteste comme le disque le plus ambitieux et abouti des suédois, un véritable manifeste du Black Metal porté à son acmé d’extrémisme, ménageant cependant suffisamment de plages d’oxygène- même si saturé de haine - pour que l’auditeur reprenne son souffle.. avant de plier derechef sous les assauts indomptables de la machine de guerre suédoise !

Intitulée « Dictionnaire Infernal », le premier chapitre de « Nightwing » s’ouvre sur un prologue inquiétant, ourdissant dans les ténèbres la toile de fond adéquate… à l’accueil de l’apocalypse ! C’est le tonitruant « Bloodtide (XXX) » et ses breaks mid-tempo fracassants qui ouvre le ballet percutant de MARDUK… et de quelle manière ! Et le bien nommé « Of Hells Fire », classique de la formation, de poursuivre avec virulence le monumental travail de sape mené par le quatuor téméraire, abrupt au possible, balayant d’office toute tentative de conciliation avec la sphère de l’écoutable : Il ne fait aucun doute que MARDUK jouit d’un capital génétique qui détient toutes les clés de la furie d’un Black intransigeant, et ce n’est pas l’offensif et militant « Slay The Nazarene », quasiment obtus dans sa violence, qui viendra s’achopper à cette lapalissade : sorte de « Darkness It Shall Be » amputé des longueurs qui rendaient ce morceau de « Heaven Shall Burn » franchement insupportable, ce titre canalise en moins de quatre minutes toute la bile volcanique de MARDUK, avant que l’énorme « Nightwing » et son riff anthologique ne vienne clôturer cette première partie d'une incroyable intensité, dans la totale continuité de « Heaven Shall Burn », honorée d’un son encore plus monstrueux. On en ressort sonné, le visage tuméfié, pressé de découvrir la suite…

Et quelle suite ! Car sous le titre « The Warlord Of Wallachia », c’est à la découverte de son autre facette que MARDUK nous convie, le sang dégouttant de lèvres voraces, peintes de carmin : Le goût de la lourdeur ! « Heaven Shall Burn », avec « Dracul Va Domni… », nous présentait un groupe friand de compositions puissantes et écrasantes, mais encore un peu vert. Qu’à cela ne tienne, MARDUK eut le temps de mûrir son sujet depuis, et nous offre ici la quintessence de sa science du riff assassin et de la rythmique d’airain, prompts à soulever les clameurs, exhortant au combat jusqu’aux troupes les plus rétives !

Rebondissant sur le thème du morceau suscité (évoquant la vie du véritable comte Dracula, alias Vlad Tepes, le tyran roumain), ce deuxième chapitre de « Nighwing » fait ainsi défiler les principaux faits d’armes du comte sanguinaire et barbare que fut Vlad, aux détours de compositions bien plus lentes que celle du premier chapitre (exception faite du terrible et fantastique « Kaziklu Bey (The Lord Impaler) »), ainsi qu’en attestent la gargantuesque enchaînement « Dreams Of Blood And Iron » - « Dracole Wayda ». Deux titres qui constituent sans nul doute le point d’orgue de ce disque remarquable, et l’un des moments forts de la carrière de MARDUK, qui ne se montra jamais aussi époustouflant qu’en l’occasion, libérant l’haleine d’une terre imbibée d’un sang versé comme dû à la folie belliqueuse du seigneur empaleur… et que MARDUK s’emploie ici à remuer avec délectation, répandant sur le monde les relents méphitiques extirpés à l’écorce terreuse du champ de bataille gavé de putréfaction.

S’achevant sur une nouvelle version de « Deme Quaden Thyrane » (initialement paru sur « Opus Nocturne »), enfin parée d’une production décapante et apte à retranscrire toute la lueur trouble et malsaine de cette pièce de Black Metal fort estimable, « Nightwing » referme son deuxième chapitre sur « Anno Domini 1476 », sorte de marche militaire menée par le voix écorchée de Legion, héraut de chœurs d’opéra saluant les humeurs du soleil couchant martelant les cadavres sacrifiés à la soif de mort de Vlad, comme pour mieux faire résonner l’air d’un sadisme appelant la nuit naissante. Il fallait bien ça pour parachever l’ouvrage, et tremper une dernière fois la plume acérée des suédois dans l’encre pourpre écrivant sa légende… « Nightwing » ou LE disque de MARDUK, et une œuvre simplement incontournable pour tous les amateurs de Black Metal.

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


ABIGOR
Orkblut - The Retaliation (1995)
Black metal




AMON AMARTH
Once Sent From The Golden Hall (1998)
Black death epique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   CANARD WC
   MEFISTO
   POSSOPO
   T-RAY

 
   (5 chroniques)



- Legion (chant)
- Morgan Steinmeyer Hakansson (guitares)
- B. War (basse)
- Fredrik Andersson (batterie)


1. Preludium
2. Bloodtide (xxx)
3. Of Hells Fire
4. Slay The Nazarene
5. Nightwing
6. Dreams Of Blood And Iron
7. Dracole Wayda
8. Kaziklu Bey (the Lord Impaler)
9. Deme Quaden Thyrane
10. Anno Domini 1476



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod