Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  E.P

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Mystic Circle, Agathodaimon, Anorexia Nervosa, Bal Sagoth, Carach Angren, Chthonic, Diabolical Masquerade, Graveworm, Illnath, Limbonic Art, Ad Inferna, Dimmu Borgir, Old Man's Child, Crest Of Darkness, Lord Shades, Helioss
- Membre : Therion, Tenet, Atrocity, The Haunted , Vallenfyre, Angtoria, Anathema, Acheron, Paradise Lost, Symphonity, Solstice, Brujeria, Code, Decameron, December Moon, Entrails, Gorerotted, Leaves' Eyes, Lock Up, Serotonal, Sarah Jezebel Deva , At The Gates, My Dying Bride, Masterplan, Massacre
- Style + Membre : Abigail Williams, Ancient, Hecate Enthroned, The Kovenant
 

 Site Officiel Du Groupe (344)
 Myspace Officiel Du Groupe (346)
 Chaîne Youtube (115)

CRADLE OF FILTH - Vempire Or Dark Faerytales In Phallustein (1996)
Par MEFISTO le 3 Décembre 2014          Consultée 848 fois
Poussés par l'enthousiasme suscité par leur premier album, les vampires anglais reviennent deux ans plus tard avec ce qui deviendra un des E.P les plus mémorables de l'histoire métallique. Plus de 36 minutes au compteur pour six titres, dont un de dix minutes ; tout un programme ! Encore aujourd'hui, "Vempire" est considéré comme le premier grand succès de CRADLE et une de leurs plus solides œuvres. Aussi solide que les demoiselles sur la pochette, qui consolident une imagerie déjà peu subtile dessinée à gros traits sur "The Principle Of Evil Made Flesh"...

"Vempire" débute en force avec une de mes pièces courtes préférées chez CRADLE (donc moins de quatre minutes !), "Ebony Dressed For Sunset", une déferlante qui injecte une savante dose d'adrénaline et qui arrachera tout en concert. Après cette claque, on a envie de s'en faire mettre une autre sur le nez, peu importe ce qui arrive. Et qu'est-ce qui arrive, justement ? Une petite connaissance : "The Forest Whispers My Name", un des morceaux-phares de "The Principle Of Evil Made Flesh" ! Sauf que cette fois, on l'a amputé de son intro maladroite et on a repeint sa carrosserie pour en faire un bolide de la mort. CRADLE a eu une idée brillante en la redorant ainsi, car sans ça, je ne sais pas si elle aurait pu se hisser dans le top 10 des plus adorées chez les fans. En la retouchant ainsi, accouplée à "Ebony", Dani et ses sbires lui auront conféré le statut d'intouchable.

Ouf, quel départ ! Que demander de mieux ? C'est simple et complexe à la fois : "Queen Of Winter, Throned", une tempête de 10:27, véritable montagne russe qui expose au grand jour la talent d'auteur-compositeur de COF. "Queen..." est LA création qui m'a amené vers CRADLE, avec ses sinuosités, ses envolées épiques, lyriques et véloces qui bluffent complètement l'auditeur. Premier « phénomène » du groupe, "Queen..." est de loin l'étoile de cet E.P. et pas juste en raison de sa longueur... En dix minutes, on fait véritablement connaissance avec ce que CRADLE sera dans le futur : un monstre mélodique, un cador du Black Sympho. Putain, quand les guitares s'emballent sous couvert de synthé malsain dans la deuxième minute, on est ailleurs et très loin de "The Principle Of Evil Made Flesh" ! Pas aux antipodes, mais presque... Et cette voix féminine qui fait soudain son apparition et qu'on suivra avec bonheur dans le futur, celle de Sarah Jezabel Deva, icône FILTHienne... Brrrrrr...

CRADLE retourne dans l'obscurité sur la sulfureuse "Nocturnal Supremacy" et ses lignes mélodiques irrésistibles, un choix parfait et plus modéré pour succéder à l'obèse et extravagante "Queen...". Après l'instrumentale "She Mourns" déboule le point d'exclamation de "Vempire" : la vicieuse, ultra violente et surprenante "The Rape And Ruin Of Angels", dont le refrain est un des mieux réussis de la carrière de CRADLE. Bâtie un peu comme "Queen", "The Rape..." est un hallucinant festin autour duquel les voix de Dani et Sarah s'enroulent avec folie. Elle demeure une des pièces les plus cinglées de COF, car elle joue énormément dans les extrêmes : soit elle agresse (The Rape), soit elle déverse sa mélancolie (The Ruin) dans nos esgourdes médusées. Une perle noire dans un richissime océan.

On ressort à bout de souffle de cet E.P, c'est clair ! N'eut été de l'instru', on aurait manqué d'oxygène tellement les Anglais ont épaissi la sauce... et tout ça en quintette. Et c'est si délicieux et délirant à la fois qu'on en redemande. Des brûlots, une reprise, deux blocs de grès indélogeables, "Vempire" est équipé pour la guerre.

Note : 4,5/5. Un E.P du tonnerre, indémodable.

Podium : (or) "Queen Of Winter, Throned", (argent) "The Rape And Ruin Of Angels", (bronze) "Ebony Dressed For Sunset".




Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   POWERSYLV
   ROOTSPACOROOTS

 
   (3 chroniques)



- Dani Filth (chant)
- Stuart Antsis (guitare)
- Jared Demeter (guitare)
- Robin Eaglestone (basse)
- Nicholas Barker (batterie)
- Damien Gregori (claviers)


1. Ebony Dressed For Sunset
2. The Forest Whispers My Name
3. Queen Of Winter, Throned
4. Nocturnal Supremacy
5. She Mourns A Lengthening Shadow
6. The Rape And Ruin Of Angels



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod