Recherche avancée       Liste groupes



      
SYMPHONIC SCORE  |  COMPILATION

Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mystic Circle, Agathodaimon, Anorexia Nervosa, Bal Sagoth, Carach Angren, Chthonic, Diabolical Masquerade, Graveworm, Illnath, Limbonic Art, Ad Inferna, Dimmu Borgir, Old Man's Child, Crest Of Darkness, Lord Shades, Helioss
- Membre : Therion, Tenet, Atrocity, The Haunted , Vallenfyre, Angtoria, Anathema, Acheron, Paradise Lost, Symphonity, Solstice, Brujeria, Code, Decameron, December Moon, Entrails, Gorerotted, Leaves' Eyes, Lock Up, Serotonal, Sarah Jezebel Deva , At The Gates, My Dying Bride, Masterplan, Massacre
- Style + Membre : Abigail Williams, Ancient, Hecate Enthroned, The Kovenant
 

 Site Officiel Du Groupe (575)
 Myspace Officiel Du Groupe (607)
 Chaîne Youtube (442)

CRADLE OF FILTH - Midnight In The Labyrinth (2012)
Par JEFF KANJI le 16 Novembre 2012          Consultée 3476 fois

CRADLE OF FILTH, en proie à une métamorphose quasi constante, enchaîne les sorties à un rythme fou depuis ses débuts, si bien que ce sont aujourd’hui neuf (bientôt dix) albums studios en dix-huit années de carrière que CRADEUL nous a livrés en pâture, sans compter la multitude d’EPs, DVD et autres compilations que nous servent régulièrement les natifs du Suffolk. Alternant l’excellent avec le plus que passable, surtout ces dernières années, CRADLE OF FILTH doit sa réputation à une série d’albums sortis entre 1995 et 2003 d’une qualité rare et redéfinissant les canons du Black Sympho alors que le grand EMPEROR régnait sans partage.

Habité par une extravagance et une démesure sans pareils, Dani Filth a toujours cherché à toucher le public, quitte à devenir le premier groupe de Black FM s’il le fallait. Sans s’imposer de limites artistiques et en misant beaucoup sur sa voix si particulière, alternant narrations presque Death, et hurlements déchirants à la fois fascinants et insupportables, il a développé un univers horrifique autour de sa formation, enrichi tantôt par une ambiance dérangeante typiquement Lovecraftienne ("Midian") ou par une imagerie gothique victorienne des plus appropriées ("Dusk… And Her Embrace"), le tout saupoudré d’une dose d’érotisme vaguement fétichiste. Les études d’anglais du vocaliste l’ont entraîné à se plonger également dans l’Histoire en nous contant les épopées légendaires et romancées de la comtesse Báthory ("Cruelty And The Beast") ou de Gilles De Rais ("Godspeed On The Devil’s Thunder"). La qualité des paroles a toujours été un atout qualité considérable dans l’œuvre de CRADLE OF FILTH.

Peut-être poussé par son label Peaceville, dont un autre glorieux compatriote, MY DYING BRIDE, a tenté la démarche avec succès, CRADLE OF FILTH s’essaie aujourd’hui à la relecture orchestrale de son œuvre. Pour l’occasion, le groupe se débarrasse de tous ses atours Metal, abandonnant même pour le coup son célèbre logo. Et "Midnight In The Labyrinth" n’est pas à proprement parler un opus de CRADLE OF FILTH, ni un Best Of. Dani Filth est seul maître à bord en compagnie de Mark Newby-Robson, fidèle du groupe depuis "Thornography", et à qui l’on doit entre autres les ambiances travaillées de "Godspeed On The Devil’s Thunder", dernier grand album des Anglais.
Le groupe (et ses fans visiblement) ont choisi deux extraits de "The Principle Of Evil Made Flesh" ("The Forest Whispers My Name", "Summer Dying Fast"), un autre de "Vempire" ("The Rape And Ruin Of Angels" une des réussites de "Midnight In The Labyrinth") et pas moins de trois extraits de "Dusk... And Her Embrace" (le morceau-titre, "A Gothic Romance" et "Funeral In Carpathia") et de "Cruelty And The Beast" ("The Twisted Nails Of Faith", "Thirteen Autumns And A Widow" et "Cruelty Brought Thee Orchids"), de loin les deux albums les plus plébiscités du combo.

Le plus intéressant est que CRADLE OF FILTH choisit dans ses tous premiers opus pour écrire sa B.O. Hollywoodienne. Car l’objectif de Dani Filth est d’approcher le travail des grands Jerry Goldsmith et Danny Elfman. Ces derniers peuvent dormir sur leurs deux oreilles ; CRADLE OF FILTH ne leur fait pas d’ombre. Malgré la qualité des ambiances développées sur cet opus, CRADLE OF FILTH est handicapé par le fait d’avoir eu recours à des synthétiseurs, là où il est évident qu’un orchestre aurait apporté une chaleur organique nécessaire à un projet comme celui-ci où l’évocation sert de moteur pour provoquer la peur chez l’auditeur. Le "Evinta" de MY DYING BRIDE réussissait cette entreprise (au prix d'une refonte complète des morceaux, ce qui n'est pas le cas ici, CRADLE OF FILTH respectant scrupuleusement les structures originales de ses compositions), notamment grâce à un violon qui vous tirait des larmes.
Ensuite, entre le fatras de vocaux endiablés, de riffs décapants et d’ambiances mortuaires développés sur album, CRADLE OF FILTH se devait de garder la substantifique moelle de chaque morceau pour en faire un parfait scénario de film d’horreur. Et tout le problème est là... Si on reconnaît sans peine les passages emblématiques de "Funeral In Carpathia" ou "The Twisted Nails Of Faith", on ne ressent jamais cette rage qui faisait accéder les morceaux à une autre dimension. L’exemple le plus probant est "Dusk And Her Embrace" dont le final apocalyptique reste pour moi un sommet du genre. On ne sort jamais de sa position d'auditeur ici.

Les lignes originales sont respectées, voire un peu plus orchestrées ("Summer Dying Fast", "Thirteen Autumns And A Widow") et l’on se prend même à redécouvrir certains passages. C’est particulièrement vrai sur les trois extraits de "Cruelty And The Beast". Mais ce sont indiscutablement les extraits de "Dusk And Her Embrace" qui tirent leur épingle du jeu, "Funeral In Carpathia" en tête. Le choix d’avoir démarré l’album par "A Gothic Romance" est d’ailleurs l’une des meilleures idées qu’a eues CRADLE OF FILTH dans la conception de "Midnight In The Labyrinth". On voyage à travers ces morceaux, et le pouvoir évocateur de la musique revient par moments, nous permettant de nous faire nos propres images de ce labyrinthe plus épique qu’horrifique. Cependant, l’absence de certains riffs de guitare nous fait décrocher de "Cruelty Brought Thee Orchids" ou "The Forest Whispers My Name". La difficulté de l’exercice est parfaitement résumée dans ce titre. Comment conserver la noirceur et la lourdeur sans les riffs ? C’est rigoureusement impossible. Et si certaines parties réadaptées pour orchestre passent à peu près ("Funeral In Carpathia"), elles ne sont pas toujours heureuses. Sur "The Forest Whispers My Name" justement, le riff final dévastateur s’accommode bien mal de son interprétation aux cordes façon orchestre de chambre.

Sinon, CRADLE OF FILTH a eu une bonne idée : faire appel de nouveau à Sarah Jezebel Deva pour reprendre ses parties jouant sur la nostalgie des auditeurs. Dani Filth égaye (ou dérange) avec ses narrations, reprenant certains pans de ses parties vocales originales mais nous a fait le « cadeau » d’une version entièrement orchestrale (sans vocaux donc) de "Midnight In The Labyrinth", nous épargnant pour le coup "Goetia", seule pièce proprement horrifique (ses bruitages et ambiances dérangeantes rappelant « Saw ») mais épuisante. Ses treize minutes sont incroyablement longues. Pas de haro sur le baudet, CRADLE OF FILTH ne se vautre pas complètement non plus. Le travail de réorchestration est bon, et bien que cela ne fonctionne pas tout le temps, les Anglais délivrent un travail soigné et respectueux des œuvres. CRADLE OF FILTH a composé une splendide B.O. de film d’horreur, mais plus pour « Cradle Of Fear » que pour « L’Exorciste ».

A lire aussi en AMBIENT :


SAåAD
Deep/float (2014)
Toi seul dans l’espace empli de sons




ELEND
Sunwar The Dead (2004)
Du grand art...orchestral, sombre et magnifique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Dani Filth (narration)
- Sarah Jezebel Deva (narration, chant)
- Mark Newby-robson (orchestration, claviers)


- seedy I
1. A Gothic Romance (red Roses For The Devil’s Whore)
2. The Forest Whispers My Name
3. The Twisted Nails Of Faith
4. The Rape And Ruin Of Angels (hosannas In Extremis)
5. Funeral In Carpathia
6. Summer Dying Fast
7. Thirteen Autumns And A Widow
8. Dusk And Her Embrace
9. Cruelty Brought Thee Orchids
10. Goetia (invoking The Unclean)

- seedy Ii
1. The Rape And Ruin Of Angels (hosannas In Extremis)
2. Dusk And Her Embrace
3. Summer Dying Fast
4. The Twisted Nails Of Faith
5. Funeral In Carpathia
6. Cruelty Brought Thee Orchids
7. The Forest Whispers My Name
8. A Gothic Romance (red Roses For The Devil’s Whore)
9. Thirteen Autumns And A Widow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod