Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  SINGLE

L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

1995 Herzeleid
1997 Sehnsucht
2001 Mutter
2004 Reise Reise
2005 Rosenrot
2009 Liebe Ist Fur Alle Da
2019 Rammstein
2022 Zeit
 

- Style : Oomph!, Die Kreatur, Megaherz, Stahlmann, Heldmaschine, Secret Discovery, Ham, ShaÂrghot
- Style + Membre : Emigrate, Lindemann

RAMMSTEIN - Zeit (2022)
Par DARK BEAGLE le 23 Avril 2022          Consultée 2198 fois

Il n’aura pas fallu longtemps à RAMMSTEIN pour donner un successeur à l’album à l’allumette. Trois ans. Selon le calendrier Kruspien, c’est court. Après, il est vrai que la situation sanitaire n’a pas permis à la machine de guerre allemande de rouler sur le monde comme elle l’escomptait. Les musiciens ont alors travaillé sur des morceaux dont certains étaient des chutes de "Rammstein". Cela ne vous rappelle rien ? "Rosenrot" était né en grande partie de titres non retenus pour figurer sur "Reise Reise", nos Teutons préférés s’arrêtant toujours au sacro-saintes onze pistes sur chaque disque. Très tôt il a fuité que le groupe travaillait sur un nouvel opus et il s’apprête à sortir le 29 avril 2022. "Zeit" est donc jeté en pâture avant que "Zeit", l’album, ne paraisse, comme cette bonne vieille habitude de s’annoncer à l’ancienne.

Avant de parler de la musique en elle-même, un petit aparté sur le clip. Comme d’habitude avec RAMMSTEIN, il se veut très soigné, très esthétique. Un peu glauque aussi par moments. Le thème du temps qui s’écoule avec ses peines inéluctables est astucieusement retranscrit et le groupe laisse une part de flou malgré tout. Bon, cela devrait leur valoir moins de shitstorm que "Deutschland" qui s’en était pris plein la poire parce qu’aujourd’hui, nous ne pouvons plus montrer certaines images sans que les interprétations deviennent absolument folles et souvent erronées. C’est soit noir, soit blanc, mais entre, il n’existe plus les nuances qui évitent de créer le malaise sur les réseaux sociaux, où tout prend rapidement des proportions inimaginables.

Quant au morceau par lui-même, il est finalement totalement inattendu en tant que premier single. RAMMSTEIN a souvent pour habitude de proposer un morceau agressif ou plus « Pop » dans ce format au préalable et ici, il s’agit d’une espèce de power ballad qui dégage un je-ne-sais-quoi d’épique malgré tout. Un peu l’antithèse de "Deutschland" finalement qui montrait un groupe qui revenait à des fondamentaux après un "Liebe Ist Für Alle Da" déroutant car très primaire dans l’approche. "Deutschland", c’était le retour des claviers en force, de rythmiques plus binaires et de guitares qui ne dérivaient pas vers des choses plus Thrash. "Zeit", c’est une vision du passé également.

Il est difficile de ne pas songer à la chanson "Mutter", on retrouve ce côté calme sur les couplets qui laisse place à plus de fulgurances sur le refrain. Seulement, "Zeit" se veut peut-être un peu moins évidente tout de même, l’approche diffère en cela qu’elle se développe très doucement, la batterie ne rentrant vraiment en scène que tardivement, pour soutenir un riff de guitare assez classique pour du RAMMSTEIN. Disons que c’est là que la formation entre dans une espèce de classicisme qui leur convient plutôt bien, et que cette montée en puissance s’avère en réalité la partie la plus jouissive de la composition. C’est un peu comme si on vous passait "Ohne Dich" et que cette dernière était couplée avec un titre plus Heavy.

La performance de Till se veut plutôt convaincante. Il est vrai qu’il a souvent été assez doué sur les ballades, où il se livre toujours un peu plus, où il sort de sa caricature d’Allemand qui roule des R comme dans un mauvais film de guerre. Il apporte cette touche mélancolique qui lui va bien et qui correspond assez bien au groupe depuis le virage engagé à partir de "Reise Reise" et qui a atteint son point culminant sur "Rammstein". Et il est fort à parier que "Zeit" soit, de fait, une espèce d’album miroir, qui poursuit ce qui a été entamé il y a trois ans, ou qui le complète, au risque de faire grincer de nombreuses dents. Ou alors je me trompe totalement et le groupe nous prendra à contrepied. Wait and see, comme ils ne disent pas en Allemagne.

Et comme j’aime bien parler du reste des morceaux qui composent un single, je vais vous causer des deux remix qui y figurent. Ne fuyez pas, ce n’est pas Richard qui s’en est chargé ici (comme quoi, Dieu existe peut-être bien…). Le premier est de Ólafur Arnalds, un Islandais connu pour mixer des instruments classiques avec divers loops, qui offre ici une vision instrumentale très posée et surtout très triste de "Zeit", tout en finesse. La vision de Robot Koch est plus classique dans l’approche sans être ouvertement Électro, il conserve le côté organique et accentue les bruitages plutôt que de synthétiser les guitares ou de faire des boucles par trop évidentes. Trop de travaux respectueux et studieux, qui n’apportent au final pas grand-chose de plus.

Y a-t-il des raisons d’être optimiste pour le prochain RAMMSTEIN à l’écoute de ce single ? Vu les réactions de mes chers collègues, je dirai que oui, l’enthousiasme de certains étant très vif. Pour ma part, j’ai apprécié, mais je n’essaie pas de projeter un album par rapport à ce seul morceau. Quoiqu’il en soit, l’œuvre est esthétiquement belle et serait presque audacieuse pour une formation qui aime les trucs bien carrés comme RAMMSTEIN. Il y a moyen qu’il y ait au final de belles surprises. On se dit ça fin avril !

A lire aussi en METAL INDUS par DARK BEAGLE :


MINISTRY
The Land Of Rape And Honey (1988)
La révolte des machines




NINE INCH NAILS
Pretty Hate Machine (1989)
Premier crachat dans ta face


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Till Lindemann (chant)
- Richard Z. Kruspe (guitare)
- Paul Landers (guitare)
- Ollie Riedel (basse)
- Christoph Schneider (batterie)
- Flake Lorenz (claviers)


1. Zeit
2. Zeit (olafur Arnalds Remix)
3. Zeit (robot Koch Remix)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod