Recherche avancée       Liste groupes



      
POP METAL  |  STUDIO

Commentaires (26)
Questions / Réponses (3 / 9)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Oomph!
- Style + Membre : Lindemann

RAMMSTEIN - Reise Reise (2004)
Par POULARD le 8 Novembre 2004          Consultée 14548 fois

3 ans; c'est la durée qu'il aura fallu au sextet allemand pour produire un successeur à l'excellent "Mutter". Mais de suite il n'est pas vraiment question puisque "Reise Reise" marque un profond changement déjà amorcé sur "Mutter". Creusant un peu plus l'écart avec le metal industriel teinté d'electro auquel ils nous avaient habitué, les membres de Rammstein ont produit un album qui décevra certainement les plus mordus de leur musique sombre et brutale, le « tanz metal » qui les avait fait émerger puis reconnaître cédant du terrain à un metal nettement plus mélodique et orienté « pop ». Le mot est lancé…

Déjà, le visuel de l'album est moins osé que ceux choisis pour " Sehnsucht " et " Mutter " et annonce, à l'instar du titre poétique " Voyage Voyage " (pas de fausse blague), une volonté de mettre du sucre dans leur metal.

Certes des titres tels que " Mein teil " (au sujet pour le moins douteux et au riff kornien sombre et pesant), " Morgenstern " (aux forts relents de « Sonne ») ou "Steim um Steim" (qui rappelle « Heirate mich » et son phrasé parlé sec) sauront séduire les aficionados du metal brut agrémenté de chœurs grandiloquents, marque de fabrique de Rammstein. 3 morceaux aux rythmiques pachydermiques, aux vocaux graves avec cette touche mélodique qui fait de chaque piste un hymne puissant et immédiatement mémorisable.

Mais on compte parmi ces 11 pièces des titres résolument pop dont certains sont excellents ("Dalaï Lama", "Keine Lust" et "Moskau", tous affublés de riffs souvent peu recherché mais qui font mouche, la puissance vocale et les arrangements au clavier faisant le reste) et un particulièrement médiocre et simpliste : le single raté "Amerika" (dont le choix pour vendre l’album me laisse encore perplexe).

"Ohne dich" succède à "Seemann" et "Mutter" dans un registre plus calme tandis que "Reise, Reise" et "Amour" expérimentent des sonorités nouvelles, douces, entraînantes et toujours accompagnées par des guitares lourdes et cette voix gutturale inimitable. L'essai à l’électro-acoustique finira de faire s'arracher les cheveux aux inconditionnels de "buck dich" et autres joyeusetés peu finaudes du groupe : " Los ", placée en milieu d'album n'en est pas moins un morceau très réussi et reposant. Il convient d'ailleurs d'insister sur les paroles de ce titre, et de manière générale sur la recherche de textes (relativement) poétiques, toujours ambiguës, polysémiques et chantées dans 4 langues. Till Lindemann étant, à ce qu'il paraît, un écrivain reconnu dans son pays… On notera en tout cas l'effort de ne plus mettre le mot " feuer " toutes les 2 phrases et d’explorer des registres plus imagés à l’instar du magistral « Amour » qui clôt l’album sur une note lyrique.

La production est énorme ainsi que les moyens investis pour les divers accompagnements, normal pour une sortie du combo allemand. On regrettera juste la durée un peu courte de l'album qui reste cependant fidèle aux standards du groupe ainsi que la timidité des petits soli, souvent sympathiques mais qui auraient vraiment gagné à être développés. De même, la structure des morceaux reste classique : la galette est une vraie boîte à tubes, chacune des pièces étant formatée pour une éventuelle diffusion radio dont on sait que les managers du groupe font bon usage.

« Reise Reise » ne manquera pas de surprendre et risque fort de déclencher de vives polémiques entre fans de la première heure et nouveaux venus dans l’univers des teutons. Rammstein change. Vraiment. Coloré, varié, incohérent pour certains, il n'en retient pas moins notre attention pour ne plus la lâcher, que l'on headbangue ou que l'on chantonne (en yaourt complet en ce qui me concerne). Certains morceaux peuvent être targué de simplistes, mais le groupe ne se caractérise pas par des compositions alambiquées et n'a jamais caché sa volonté de ratisser un public plus large. Une belle démonstration de pop metal, un virage easy listening bien négocié pour un album travaillé et profond qui porte bien son titre : " voyage " où mélodies et puissance se mêlent à merveille. Reste à passer l'épreuve du temps et surtout de la scène, car c'est là qu'ils sont le plus attendus.


N.B. 1: " Reise Reise " connaît un retentissant succès à tel point que le groupe se produira à Bercy ! On espère que Lindemann aura amélioré son chant depuis le Zénith de 2001 et qu’il saura rendre justice aux nouveaux morceaux plus « chantés » que dans le passé.

N.B. 2: 3 pistes sont issus des sessions de l'album " Mutter " ou de l'année qui a suivit (" Los " prévu à l'origine à l'électrique, " Ohne dich " et " Moskau ", originellement annoncé en duo avec T.A.T.U.)

A lire aussi en ELECTRO :


MACROSYSTEM
Homo Sapiens (2015)
Je leur tire ma chapka !

(+ 1 kro-express)



MANES
Vilosophe (2003)
Album culte de la scène avant gardiste norvégienne


Marquez et partagez





Par RENAUD STRATO



Par METAL




 
   POULARD

 
   RENERION

 
   (2 chroniques)



- Christoph Doom Scheider (batterie)
- Doktor Christian Lorenz (claviers)
- Till Lindemann (chant)
- Paul Landers (guitare)
- Richard Z.kruspe Bernstein (guitare)
- Oliver Riedel (basse)


1. Reise Reise
2. Mein Teil
3. Dalai Lama
4. Keine Lust
5. Los
6. Amerika
7. Moskau
8. Morgenstern
9. Stein Un Stein
10. Ohne Dich
11. Amour



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod